Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tindersticks
Waiting for the moon  (Beggars Banquet)  janvier 2004

Depuis longtemps déjà, les albums des Tindersticks ne ressemblent plus à un péplum. Fini les "Sweet man" en 3 parties, les intermèdes et les morceaux brut de décoffrage.

Aujourd'hui, les Tindersticks on trouvé leur vitesse de croisière et font des albums plutôt plus courts que la moyenne, 9 titres sur Simple pleasure, 8 sur Can our Love et 10 sur celui-ci, le brillant Waiting for the moon.

Une chose n'a pas changé en tout cas, le son "Tindersticks" reconnaissable entre mille, le violon, la batterie et la basse formant en effet chez ce groupe un ensemble tout à fait magique et unique. La voix de Stuart Staples, n'a pas changé non plus et si sur les premières mesure de "Until the Morning comes" c'est Dickon Hinchliffe que l'on entend avec une voix qui semble plus distante du morceau que ce que l'on connaît de lui, c'est surtout pour lui laisser la part belle sur cette superbe ballade surlignée par un léger chœur et un souffle de violon, un murmure qui annonce l'album le plus mélodique et subtil des Tindersticks.

"Say goodbye to the city" renoue avec la voix de Stuart qui se mélange plus au instruments qu'elle ne les survole. Un morceau qui progresse lentement mais sûrement comme savent si bien le faire les Tindersticks, guitare et violon se font menaçants, et puis une trompette vient en renfort au loin pour tout anéantir et puis revient le calme, après la tempête... On souffle mais cette fois ci on sait que ça peut recommencer, on retient notre respiration en attendant le prochain assaut.

"Sweet memory" rappelle assez largement "Tiny tears", tant par le chant que par la musique. Mais loin de sentir le réchauffé, c'est probablement (comme Tiny tears en son temps) un des morceaux forts de l'album, superbe chanson mélancolique adoucie par la présence d'un violoncelle. Malgré les cordes omniprésentes, ce morceau semble dépouillé à l'extrême et les chœurs apportent un peu de chaleur sans alourdir la mélodie.

"4.48 Psychosis" est un texte de Sarah Kane que Stuart scande plus qu'il ne chante sur un fond de guitare électrique qui donne au morceau un coté blues à la façon de Kat Onoma du plus bel effet.

Bon bon, je vous sens impatient, je ne vais pas passer tous les titres en revue mais quand même il faut dire un mot sur celui qui donne son nom à l'album "Waiting for the moon", le plus court morceau mais sans doute aussi un des plus émouvants de toutes les chansons des Tindersticks (puisque je vous le dis que ce disque est fabuleux).

Et puis pour ceux qui ont eu la chance d'écouter le joli duo avec Isabella Rossellini sur "A mariage made in Heaven", vous aurez droit au très élégant "Sometimes it hurts" en duo cette fois ci avec Lhasa de Sela. Trop poli pour être honnête pourrait on dire tant ce duo rappelle beaucoup beaucoup celui avec Isabella Rossellini, un auto plagiat gros comme une maison mais qui reste dans l'absolu un très bon morceau et tant pis si ce n'est pas le plus original, ne boudons pas notre plaisir ravivé largement par la chanson marathon de l'album, "My oblivion" de 7 minutes enrobée de violons.

Après cela, même l'harmonica et le banjo de "Just a dog" ne réussissent pas à gâcher la fête même si la voix semble franchement décalé sur cette musique de cowboy.

"Running Wild" est presque anecdotique et termine le disque comme il a commencé, par une douce ballade sur laquelle s'égrènent quelques notes de piano.

Rideau... Rouge bien sur.

Alors certes, "Waiting for the moon" a le défaut de sa qualité, c'est d'être une album 100% Tindersticks. Une sorte de modèle déposé peut être mais une chose est sûre, Stuart et sa bande sont bien les seuls à pouvoir le faire. Et le résultat vaut largement le détour.

Waiting for the moon, en attendant le prochain, sera sans doute élevé au rang de référence dans leur discographie ... Reste à savoir si les prochains culmineront encore davantage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The hungry saw de Tindersticks
La chronique de l'album Falling down a mountain de Tindersticks
Tindersticks en concert à La Cigale (26 septembre 2003)
Tindersticks en concert à Folies Bergères (5 mai 2008)
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock 2008
Tindersticks en concert au Grand Théâtre (mardi 2 novembre 2010)
Tindersticks en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Tindersticks en concert à Splendid (jeudi 11 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Fil (dimanche 14 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
L'interview de Tindersticks (janvier 2010)
La chronique de l'album Lucky dog recordings de Stuart Staples
La chronique de l'album Leaving songs de Stuart Staples
Stuart Staples en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
L'interview en VO de Stuart Staples(20 avril 2006)
L'interview de Stuart Staples (20 avril 2006)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=