Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alain De Nardis et Bruno Allegre
Les Uns et les Autres  (Rouen)  16 septembre 2006

On ne pourra pas appeler ça une critique, non pas vraiment, comment éclairer le concert sous formes de déclaration d'amour pour la musique. Non pas une critique, le simple témoignage d'un choc, renouer avec le frisson de la musique. Retrouver une joie très simple, deux mecs, deux guitares et les harmonicas. Alors ne rien juger, juste retransmettre, servir de prisme absorbant et repeindre le tableau d'une soirée comme l'on en vit pas assez.

Alors c'est un tout petit concert dans un tout petit bar. "Les Uns et les Autres" ce n'est pas vraiment pour l'ambiances que j'aime y aller ; plus par pure sympathie pour les gens qui travaillent ici. Alors dans le décor foullis de culture bobo, entre les affiches des films de Lelouch, un bouddha et des tableau néo-cubiques... deux pionniers posent leur botes, avec une équipe. Le comble du professionnalisme, même pour une trentaine de personnes, on a toujours son roadie et un garçon de la sécurité dans les parages.

Mais la rue Ecuyére et de ses rues pavées de grosses pierres, comme la rue de la Monnaie à Lille ou le Boulevard Saint Germain jadis. Et de ses pierres s'est échappée une drôle de vibration hier soir. Ce sont les trois accords, les trois du blues, répétés sans cesse, enivrants de présence. Alain De Nardis est un vieux baroudeur, l'ancien guitariste de Bashung, de Christophe.

Et comme toutes ces personnes il aime Dylan, Les Stones, le blues rural des Muddy Waters et Elmore James... plus que les aimer, c'est devenue une idée fixe dans sa tête. Comprendre ce qu'il y au plus profond de ces choses simples. Creuser, avec pour seul pioche un Jaguard rouge feux, un bel instrument raide, qui fait mal au doigt, que l'on doit serrer fort avec la paume. Et son Vendredi à lui, c'est Bruno Allegre, celui qui comme on le fait si souvent ici, on surnomme Nono ; Nono le mineur, Nono a la précision bien sentie, au feeling immense bien sûr. Un acrobate de la guitare, qui lâche les cordes, se lance dans le vide pour tout rattraper, juste avant le point de non retour. Et quand ces deux là jouent ensemble, c'est tout l'arbre des pendus qui se met a bouger, les cadavres qui se réveillent en s'entrechoquant. L'invocation est exquise. Devenir un mort vivant sous leurs musiques, ils tentent de nous hypnotiser et nous deviendrons des pantins.

Ils nous on offert beaucoup, tout un début blues, du Carl Perkins, All Along the Watchrtower, Satisfaction... je ne sais quels autres standards. Mais n'oublions pas d'où ils viennent, qui était leur mentor. Alors bien sûr, plusieurs Bashung. Bashung revisitait le répertoire américain avec son esprit français plein d'hallucination baroque et littéraire, ici c'est l'Amérique qui a repris le droit sur ses morceaux. Une version Bayou normande de "Oser Joséphine", au slide guitare et l'harmonica joués par un soliste, ami de passage, les deux mains sur le micro, le contrôle même des vibrations, des lamelles. Puis ils ont reconfirmé, Dutronc n'est pas un chanteur de bal, c'est un dandys électrique, celui de "La fille du Père Noël..." ou des "Playboys". L'invocation est allée jusque là, jusqu'au rythm and blues français, le seul vrai dont nous pouvons nous gorger après tout. C'est bien la musique qui porte le plus notre identité.

Tout ça c'était la fin pour nous, il était 23 H. Mais il paraît que la chose a duré jusqu'à 2 H. J'imagine facilement l'alcool et la fatigue reprendre le dessus, aidés par la chaleur. Les esprits qui se libèrent ne sentant plus que le rythme binaire de la musique. Le roadies a la coupe mullet toujours à battre la musique avec son éternel cigare des chefs, et le regard avec cette sorte d'admiration pour les deux sur leur tabouret. Puis le mec en jogging du premier rang, enfin silencieux, peut être pensant à partir, ne pouvant plus demander ses morceaux préférés. Ca serait l'heure où le fan club se rappelle pourquoi il vient à toutes les prestations. Le personnel serait un peu bourré ou en aurait marre... et les voisins de cette humble établissement commenceront franchement à penser à appeler les flics.

Voilà la fin d'une histoire, une histoire que l'on a du mal à voir mourir. L'histoire du Rock and Roll, dans sa forme la plus pure. Il y a toujours des mécontents pour critiquer les personnes droites, ceux qui défendent leur amour avec passion. Ce sont de ses gens qui n'acceptent plus de voir à quel point la musique leur manque, la première forme... la musique magique.

 

L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=