Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jasmine Vegas - Damien
La Maroquinerie  (Paris)  23 septembre 2006

Chroniquer une soirée que l’on organise, s’il fallait résumer, équivaudrait à répondre objectivement à la petite amie qui vous demande "Comment me trouves-tu ce soir ?". Tenté par les louanges ("Tu est très en beauté ce soir") en évitant les pièges ("Ce rouge à lèvres bleu fushia est-il vraiment nécessaire ?"). Le dur crossover entre l’honneteté et l’optimisme, objectivité et point de vue subjectif.

Bref, cette première soirée organisée par l’Association Eh ! les Vilains à la Maroquinerie offrait ce soir un plateau de nerds bien étranges, avec la jeune signature de chez Record Makers, Damien, et la prêtresse Jasmine Vegas en maîtresse de cérémonie. Un plateau alléchant pour les amateurs de décalages sonores.

Charge à Damien d’ouvrir le bal des monstres avec son rock cosmique, surfant sur le buzz – mérité - de son premier album, L’art du disque, sorti voila quelques mois. Un rock déconcertant flirtant avec l’absurde et le non sens, mais également avec des vrais moments de génie.

Ainsi donc, Damien eut donc la lourde mission de décomposer ses perles déstructurées devant un parterre d’invités concentrés toujours, déconcertés parfois, par ces ritournelles sans étiquettes, comme ce "Fresh people" mixant funk, rock, metal, inserts audios, avec la plus grande fraîheur.

Peut on seulement parler de rock, lorsque les genres se brassent, que Damien embraye sur un "Mitsuki" gainsbourien dans une langue inconnue. Le public se tait, il apprécie, claque la porte excédé par ce grand bordel foutraque, il insulte il adore. Le public vit, enfin.

Et Damien de se lancer dans des scénographies improbables (chanter par-dessous sa jambe, ce genre) avec décontraction, de bon aloi. Champ ultime et son clavier tonitruant est joué sans complexe, sans aucune concession sonore, en parvenant presque à recréer l’ambiance melting pot de l’album de Damien.

L’impression réelle de se retrouver dans la chambre d’un enfant de 5 ans exhibant ses jouets. Avec fierté. Si le jeune homme gagnerait à canaliser son énergie dans son jeu de scène et sa voix parfois fluctuante, on compare sans aucune peine le garçon à Sébastien Tellier, pour sa folie, son éloquence et ses compositions je-m’en-foutiste, qui, l’air de rien rentrent dans la tête comme un jack en tête d’épingle.

Un chanteur qui se cache derrière l’ampli Marshall, un claviériste qui porte veste militaire et jupe avec éloquence… Un grand n’importe quoi qui dérange ou amuse, mais ne laisse pas insensible. Une réussite donc, pour cet amoureux de puzzle sonore qui finit sur un "I love you so" joué serré et complice.

Que le petit Damien grandisse et nous remontre sa chambre dans quelques mois, et la décoration devrait nous plaire encore plus.

Et puis il y a. Il y a Jasmine Vegas et son public transi.

Melting pot lui-même, fait de jeunes et de vieux, de nerds et de classiques. Des humains amoureux de Vegas et de son excentricité rationnelle, sa raison déraisonnable.

Et ce soir, le live de Jasmine, s’il est essentiellement axé sur les chansons de son premier album Time, est beau. Beau comme un camion en peluche, beau comme l’univers de Jasmine et de son piano à bretelles comme elle l’appelle, son accordéon, avec lequel elle débute le live.

Chanson sur la Normandie et ses bretons, comme elle le dit, et voix très en haut de forme avec cette magie pré-fabriquée, cheap et classe, juste belle la Jasmine.

"Avec un J dur, pas Yasmine, Jasmine, comme dans éjaculation et Vegas comme la ville de l’argent et du money… Comme ça quand vous penserez à Jasmine Vegas, vous penserez sexe et money ! " clame Jasmine, public transi et hilare, alpagué au collet pour se prendre "Blue sky" dans l’oreille, ce genre de perles qu’on fredonne trois heures encore après le concert.

Un son clair et précis, fin et intimiste, avec un groupe énorme de professionnalisme, pas seulement un backing band, mais vraiment un groupe avec du Jasmine dedans.

Un concert qui alterne moment d’émotions et moment pur pop ("Je te vois"), versions réarrangées ("Encaisse moi") et solo intimiste. La Jasmine, en bonne artiste de stand-up américain, se permet même le luxe absolu d’interrompre son live pour distiller blagues potaches et tours de magie factice.

Et l’aller-retour entre live et stand-up s’avère, avouons-le, savoureux et rafraîchissant, détonnant face aux nombreux concerts parisiens mous du genou, consensuel et faiblement dodeliné de la tête.

Du rock hard chord comme le Jasmine le vend, dans une bien jolie robe, s’éloignant de l’étiquette trip-hop ambient qu’on aimerait y coller.

Alors... Alors à la question "Me trouvais-tu belle ce soir chéri ?", la réponse est oui ma douce, indéniablement.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Time de Jasmine Vegas
Jasmine Vegas en concert à Théâtre des Bouffes du Nord (28 février 2005)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (26 mars 2005)
Jasmine Vegas en concert au Point Ephémère (mai 2005)
Jasmine Vegas en concert aux Bains Douches (28 janvier 2006)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (21 février 2006)
Jasmine Vegas en concert au Zénith (30 mars 2006)
L'interview de Jasmine Vegas (17 juin 2005)
L'interview de Jasmine Vegas (28 janvier 2006)
La chronique de l'album O de Damien Rice
La chronique de l'album L'ordre et le désordre de Damien
La chronique de l'album Saint Bartlett de Damien Jurado
La chronique de l'album Orchidées de Damien Jourdan
La chronique de l'album Homme Autonome de Damien Robitaille
La chronique de l'album Flirt de Damien
Damien en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)
L'interview de Damien (mai 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Jasmine Vegas
Le site officiel de Damien sur Myspace
Le site officiel de Eh ! les vilains

Crédits photos Jasmine Vegas : Loic Le Queré (Plus de photos sur Taste of Indie)
Damien : Nérone


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=