Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mièle
Mièle  (Humpty Dumpty / Rue Stendhal)  octobre 2006

L’aventure commence ici, en Belgique, année 00.

Et les plus lents des moins rapides ne saisissent pas que le rock se fait LA, en pays plat, à l’abri des batteries binaires et des accords en majeur. Loin des fish & chips, loin du star & strass, loin de l’Angleterre, vérolée comme la Tatcher avec un rock, disons, classique (N’en déplaise aux fans de Razorback).

Loin de tout la Belgique est, reste, existe. Et si les retardataires s’accordent à dire que depuis 3-4 ans des groupuscules majeurs (Ghinzu, dEUS, Venus, Major Deluxe, Ozark Henry, Sharko, en vrac) s’activent en Belgique, les défricheurs savent. Que le rock a changé de propriétaire, il a trouvé meilleur dealer. Et le pire, c’est que ces Belges chantent en anglais, ultime pied de nez aux rockers du bras d’honneur. Belgique année 00. Tout se passe ici et ailleurs.

Miele, le dernier rejeton, est différent, mais dans la continuité. Miele chante en français, et, c’est un brin facile, pourrait se perdre dans le flot des groupes qui butinent en Belgique. Oui mais.

Le groupe fondé en 1998 par Stéphane Daubersy et Catherine De Biasio est déjà rodé. De tests démos en additions fortuites (Frank Baya, actuel batteur de Françoiz Breut et Gregory Rémy, guitariste de Ghinzu), Miele devient une machine de guerre poétique et atmosphérique, prête à balancer en accusé de réception sa pop incisive sur les contrées en guerre.

Pendant près de 3 ans, Miele attend son heure. Et sort du bois ce premier album éponyme en dents de scie sexy. Des ballades de rock contenu chanté avec candeur christique ("Jésus II") juste bonnes à rendre heureux, des chansons aux titres improbables ("Je vous avoue Mireille"), des allers retours vocaux entre Stéphane et Catherine en forme de passage de témoins.

L’album est bon car divers, naviguant entre low-fi française et rock musclé mode Ghinzu, balancé, cadencé par les rythmes sexuels hybrides des auteurs de "Blow". Et s’il ne devait en rester qu’un, de titre, cela serait sans doute celui-là !

Les chiffres rouges, ultime envolée lyrique portée par le son des guitares de Gregory Remy de Ghinzu, qui parvient à imposer sa patte avec ce rock génétiquement travestie, alternant entre rock et electro, une valse à mille temps des sentiments portée par la voix fantomatique de Catherine De Biasio. Une chanson pour tout casser, un titre à tout emporter. Orgasme fulgurant d’un groupe sans concession prêt à jouir sur l’instant mélodique.

Le groupe Miele souffle donc le chaud et le froid, sans décider vraiment de son étiquette et de sa direction. Par ici le glauque acoustique made in Belgium ("Les méfaits", "Les eaux troubles") comparables aux compositions Venusiennes, par là les musiques de cirques électrique en forme de cabaret rock instrumental ("Gladiator"), le groupe Belge joue aux fléchettes en touchant à chaque piste une cible différente.

Disque polymorphe écoutable selon les chansons en période d’accalmie ou d’urgence. Le nouveau genre, le rock bipolaire à l’horizon, Miele convainc d’autant plus sur ses titres enlevés comme "Vois tu", caressant le rock à Gainsbourg "L’homme à tête de chou" dans le sens du jack.

Le collectif Belge joue les extrêmes sur "Rock", bordel foutraque crié plus que chanté et finalement se fout des conventions. Le rock comme l’addition des autres genres, du surf au blues, du folk à la variété.

Et oui, incontestablement, si l’on devait parler de nouvelle scène française, il faudrait sans nul doute parler de Miele, groupe Belge.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Le jour et la nuit de Mièle
L'interview de Mièle (13 octobre 2006)
L'interview de Mièle (mercredi 22 septembre 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Miele


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Mièle (22 septembre 2010)


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=