Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce CSS
Cansei de ser sexy  (Sub Pop / PIAS)  octobre 2006

Avant Propos : Que pourrait-il manquer dans tout cela, car il faut bien que je vous prévienne dès le début... cet album de CSS et un peu souffrant. Son écoute sans piquer du nez m'a été très difficile. Il manque en fait toute une dimension sexuelle, on a là un groupe de filles qui n'est même pas foutu de trémousser des fesses.

Même George Michael le fait encore, comme à l'époque de Fatih. Vous voyez, c'est le même principe que celui du mauvais film d'horreur. Le réalisateur sait qu'il va se prendre une veste, alors il met les héroines à moitié à poil. C'est un très vieux procéder en plus. C'est comme La Fontaine et ces petites histoire cochonnes. C'est bien beau de jouer les moralistes au XVIIéme, mais il faut savoir gagner en excitation. Enfin tout le monde l'avait compris, les Boys Band les premiers.

Mais c'est avouer par le groupe après tout Tired Of Being Sexy, CSS, Cansei De Ser Sexy... je crois que c'est du portugais. Sinon pour vous écrire en italique j'ai du changer d'album... Tom Waits était en fait beaucoup plus approprié, et je vous assure que l'on ressent une différence. Bon, commençons la chronique comme si de rien était.

Un sacré morceau de bravoure, commencer un album de cette manière. Scander pendant deux minute "Mon groupe craint", CSS Suxx. Et avec un riff minimaliste, une guitare sur un hymne guerrier. Ca commence assez mal, c'est de la grosse blague potache. On sent tout de suite que l'on va avoir affaire à l'un de ces groupes de rock disco, un truc qui fait dans la provoque à tout prix. C'est ça et après des guitares qui sonnent déjà comme un classique, les guitares du premier Strokes. Enfin vous voyez le genre.

Et la dessus il va falloir s'immuniser contre le virus robot, celui qui s'attrape dans les boites de nuit branchées entre les non boissons que sont les Smirnoff Ice, et les Smirnoff Ice de la musique : les DJ. Mais il faut croire que c'est à eux de gagner, les DJ. Ils ont déjà ouvert leur brêche.

Quand l'un des guitaristes les plus talentueux de notre époque balance "On a déjà exploré les limites de la guitare. Les nouveaux guitaristes ont tout intérêt à s'inspirer des techniques des Dj, s'approcher de leur sonorité.." ; oui, ils ont bien gagné du terrain, les nouveaux héros des jeunes, des anti heros pourtant... comment admirer un mec qui a toujours un casque sur la tête? Mais c'est Tom Morello qui nous dit ça, alors on comprend que la fusion a un bel avenir devant elle.

Les groupes de Rock s'y mettent gentiment, et les premières clientes sont celles que l'on appelle les "Riot Girl", ces groupes de filles ultra provocants qui étaient nées grâce à tsunami Punk. Toutes celles d'aujourd'hui, Le Tigre, Peaches, et la CSS. Un groupe de filles pour sûr. Pas loin de cinq demoiselles constituent les rangs serrés. Puis un gars, tombé là par hasard certainement.

Alors ça "groove" comme dirait l'autre. On est dans une sorte de grand bazar de la musique : les Bip de David Gueta, les guitares d'Isaak Hayes, des voix qui se ponctuent sur le rythme... on bouge un peu des épaules... au mieux. C'est en fait très gentil malgré le semblant de provoc : des titres "Arts Bitch", "Musik Is My Hot Sex"...; et on a les thèmes. Parler de sexe dans un groupe de filles est quasiment devenu un leitmotiv, une sorte de revendication de liberté... alors il est logique que CSS le fasse. Il reste la touche d'humour, "Meeting Paris Hilton".

Balancer sur Paris Hilton est devenue un devoir citoyen. La femme la plus inutile du monde, la seule star du porno qui arrive à passer aux heures de grande écoute. Hilton respire la connerie, son opportunisme a tendance à irriter. La vrai question est : à quoi sert cette fille? La chanson ne parle que de ça, ultra répétitive "The Bitch say Yeah...". Geste assez amusant en fait.

On connaît la résonance qu'a ce genre de groupe dans le monde gay... et on est toujours assez étonné de l'icône qu'est Paris Hilton dans ce même microcosme. Simple Life... je connaissais que deux personnes qui regardaient : un gay et une gamine de 14 ans. Bon, c'est donc presque une attaque interne, un friendly fire. Et le plus drôle, c'est que la grande dame dansera certainement sur le morceau dans une boite de Soho, sans même s'en rendre compte.

Bon CSS nuit pas mal quand même. Même si "Alcohol" tient de la vraie chanson de clown, entre les paroles, le mélange des deux voix et la musique style Game Boy... c'est presque un procédé ! Mais ça ne change rien, l'album est assez insipide.

Et le pire : leur single est ignoble ! Un vrai single digne de, haut hasard, Blue ou Jessica Simpson. Mise à part la même provocation qui ne vole pas bien haut. Parler de drogue pour parler de drogue, de cul pour parler de cul... c'est la cour de CM2. On ne peut même pas dire que le tout est sexy ou ultra efficace... ce n'est pas vrai.

Le tout est très creux, et parler du vide, c'est bien difficile.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Donkey de CSS
La chronique de l'album Planta de CSS
CSS en concert au Festival Les Trans 2006 (samedi)
CSS en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
CSS en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
CSS en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
CSS en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
CSS en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)

En savoir plus :

Le site officiel de CSS


L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=