Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Divine Comedy - Duke Special
Olympia  (Paris)  19 octobre 2006

Le 19 octobre, c'était soirée irlandaise à l'Olympia. Pourtant, pas de festivals celtiques à l'horizon, pas de folklore de Saint Patrick et encore moins de célébration d'Halloween en avance au programme.

A la place ce sera la pop déjantée de Duke Special et la pop luxuriante de The Divine Comedy ! Une superbe affiche qui tiendra toutes ses promesses et même au delà !

Duke Special entouré d'un batteur déjanté au look à la Django Edwards et de 3 autres musiciens (guitare, basse et clarinette), toutes dreadlocks sorties, est installé derrière un vieux piano laissant dépasser 2 yeux maquillés sur une tête que l'on croirait venir d'un poupon en porcelaine.

Musicalement c'est un concentré de pop énergique et de rock malmené de main de maître par le garçon qui n'a pas résisté à la mode du moment côté vestimentaire (veste à galons), qui alterne les positions assis et debout mais toujours derrière son piano ainsi que par le batteur, en véritable showman qui lâchera même sa batterie pour venir en devant de scène jouer ... du batteur à oeuf et de la râpe à fromage !

Une remarquable mise en bouche et une parfaite introduction à la musique de The Divine Comedy que le public de l'Olympia, enchanté et nombreux (le spectacle affiche complet depuis quelques temps déjà) attend de pied ferme et de bonne humeur.

Neil Hannon ne se fera d'ailleurs pas attendre très longtemps et c'est sous un tonnerre d'applaudissements que ses musiciens et celui qui est un peu le chouchou du public français depuis plus d'une décennie déjà arrivent sur scène.

Dandy toujours mais souriant et facétieux, Neil caché derrière ses lunettes de soleil ne tardera pas à se laisser aller. Les lunettes disparaîtront rapidement, et la veste aussi un peu plus tard. Neil parfaitement à l'aise sur scène fera son show.

Tout sourire, il est parfaitement à l'aise et nous gratifiera de petites blagues, de pas de danses (même du twist !) le tout arrosé de quelques pintes de Guinness ! Irlande oblige.

Musicalement tout est parfait, les musiciens excellents portent la voix de Neil comme jamais et la présence d'un seul violon cette fois ci pousse le concert à avoir un côté plus immédiat, plus brut et de fait plus rock que lors de certaines prestations accompagnées d'un ensemble complet (on se souvient notamment du spectacle au Grand Rex, certes musicalement réussi mais qui n'avait pas cette force jubilatoire).

Si le concert commence comme il se doit par un titre du récent album Victory for the comic muse, l'ensemble du set sera un savant mélange de vieux titres, toujours aussi fédérateurs et charmeurs comme "Generation sex" qui agite l'Olympia mais aussi "Daddy's car" magnifiquement interprété et même mimé !

Et puis "Something for the week end", "Die a Virgin" en rappel ou encore "A Lady of a certain age" frappent fort. Neil n'est plus seulement souriant mais semble franchement joyeux, remercie largement le public de deux rappels faussement improvisés (mais qu'importe).

 

Et quand Neil veut "faire l'amour avec tout le monde" ce n'est que pour le plaisir de réussir à prononcer quelques mots de français et accessoirement de faire réagir le public, qui ne se fait pas prier. Dans le même genre, il annoncera un "live sex show" avec son clavier et son guitariste. Comprendre un très bel instrumental à 3 mains de 3 personnes différentes, malicieusement intitulé "Threesome".

Plus qu'un concert, The Divine Comedy à l'Olympia était un rendez vous à ne pas manquer et ce n'est sans doute pas innocemment que Neil quitte la scène en disant "Next year, same place ? are you ok ? OK ! this is a date".

A n'en pas douter, The Divine Comedy reviendra donc bientôt ! Tant mieux ils nous manquent déjà et la pop ciselée de Neil Hannon prend vraiment une dimension supplémentaire sur scène. Preuve fut faite !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Absent Friends de The Divine Comedy
La chronique de l'album Victory for the comic muse de The Divine Comedy
La chronique de l'album Bang Goes The Knighthood de The Divine Comedy
La chronique de l'album Foreverland de The Divine Comedy
The Divine Comedy en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
The Divine Comedy en concert à La Coopérative de Mai (14 octobre 2006)
The Divine Comedy en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
La chronique de l'album Songs from the deep forest de Duke Special
Duke Special en concert à La Maroquinerie (19 janvier 2007)
L'interview de Duke Special (janvier 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de The Divine Comedy
Le site officiel de Duke Special

Crédits photos :
The Divine Comedy : : David (Plus de photos sur Taste of Indie)
Duke Special : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=