Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elli Medeiros
Nouveau Casino  (Paris)  16 octobre 2006

Elle est belle Elli et quand elle arrive sur scène, tout sourire, le public lui est déjà acquis. Le Medeiros show peut commencer.

Dans son pantalon informe et trop grand et son t-shirt mité, elle a pourtant une sacrée allure avec ses cheveux longs que d’aucuns pourraient facilement comparer à une crinière au détail près que les lionnes n’ont pas de crinière.

Lionne ou pas, il suffit de la voir chanter pour se rendre compte qu’elle n’a rien perdu de son allant et de sa superbe d’il y a quelques années déjà, du temps du punk et des Stinky toys.

Les musiciens dans une formation assez classique (guitare, basse, batterie, claviers) sont très efficaces mais totalement effacés sur la scène et quasiment plongés dans le noir. Discrétion du groupe mise au profit d’une chanteuse en pleine lumière, bondissante, gesticulante et hurlante et visiblement plutôt enchantée d’être sur scène.

Musicalement tout commence pour le mieux. Ce que l’on peut appeler un "gros son" envahi rapidement le Nouveau Casino. Un peu lourd, dynamisé par des rythmes électro, très rock en somme.

Pourtant quand Elli entame le chant on est un peu déçu il faut bien l’avouer. La voix n’est pas si incisive qu’on l’aurait souhaité et malgré les mimiques dignes d’une chanteuse de blues, le son qui sort de la bouche de la plus belle punk de Paris laisse un peu sur sa faim.

Du coup malgré ses efforts sur toute la première partie du set à essayer de jouer tour à tour à Chrysie Hynde, Marianne Faithfull ou Nico, il manque ce petit quelque chose, ce déclencheur impalpable et pourtant indispensable pour faire basculer un concert sympa en un concert mythique.

Sur "Toi mon toit" bien sûr c’est une autre histoire. Bien que dans une version électro rock remarquablement bien remise au goût du jour et qui démontre que cette chanson n’a pas pris plus de ride que Elli elle-même. Toujours sautillante et radieuse mais qui n’arrivera cependant pas à totalement charmer le public qui restera curieusement fort statique.

La seconde partie du set sera plus électro et toujours d’un rythme soutenu. Infatigable, Elli Medeiros bondit comme un diablotin hors de sa boite, mime une danse orientale et occupe l’espace autour d’elle avec de grands gestes élégants façon arabesques.

Et si tout le monde n'avait pas compris que Elli est toujours aussi sexy elle reprendra même dans une version, reconnaissons-le, assez bonne, le célèbre "My heart belongs to daddy" de Cole Porter notamment chanté par une certaine Marylin Monroe en son temps.

Le reste des titres sera sans surprise avec un mélange de nouvelles compositions et de vieux titres des Stinky Toys portés par l'énergie de la musique.

Un concert élégant, un concert rock et un concert nostalgique, assurément, mais pas un concert aussi efficace que l’on aurait souhaité pour fêter dignement le retour de nos jeunes années et celui d’une icône de cette époque bénie au côté des Daniel Darc, Jacno et autres punk de l’ancienne "nouvelle scène française" !

Punk not dead … parait il…

 

En savoir plus :

Le site officiel de Elli Medeiros

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=