Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Karpatt
Cabaret Sauvage  (Paris)  24 octobre 2006

A l'occasion de la sortie de son nouvel opus Dans d'beaux draps, Karpatt se produisait au Cabaret Sauvage pour y donner plus qu'un concert, un véritable spectacle.

Bonne idée que d'investir le magic miror du Cabaret Sauvage, chapiteau décoré pour l'occasion de guirlandes de lampes rouges rappelant les bals de village, de branchages qui masquent les piliers et même d'un clocher.

Car la grande tribu Karpatt a atténué les touches arabisantes du lieu pour le transformer en véritable place de village, d'un village ensoleillé du sud de la France, avec même sa piste de pétanque.

Sur un air de musette, arrivent sur scène, pourvue d'une table et reconstituant une salle de bistrot, la bande de copains, vêtus à l'ancienne, gilet, bretelles, pantalons de velours et casquettes de titi parisien.

 

 

 

 

Le public est immergé dans une atmosphère années 30, au "bon vieux temps" quand les hommes du village suçotent le pastis, jouent à la pétanque et regardent passer le temps en suivant l'arabesque du soleil.

Ils parlent aussi, "avé l'assent", des filles et puis de Léon.

Car Karpatt invite le public à écouter une histoire en chansons, celle de Léon, le timide, celui qui n'a pas eu de chance. Un seul regard suffit à Frédéric Rollat dit Fred Rollat (guitare/voix), Gaëtan Lerat dit Gets (guitare) et Hervé Jegousso dit RV (contrebasse), le trio de Karpatt qui a bien bourlingué, pour ouvrir le bal avec "Fan de maman".

Au fil de l'histoire de Léon, du swing manouche à la valse, les titres nouveaux ("Les canards en plastique", "Lino", "Mélisande") et ceux plus anciens, les petites pépites de l'album Dans le caillou ("Achille", "Soulève ta jupe", "Jeux Olympiques") s'enchaînent dans une sarabande énergique entrecoupée de solos plein d'émotion de Fred Rollat et d'intermèdes narratifs pendant que Sébastien Thomazo, auteur des illustrations des deux derniers albums, prend le pinceau et la couleur pour illustrer en "direct live" les titres joués.

Le public rit, chante, danse, connaît toutes les paroles. Le trio improvise même une chanson à partir de mots choisis par le public et les fameux et festifs "La mouche" et le "Dans la rue du jardin des Hespérides" déchaînent une liesse communicative. Le public est heureux !

Et le temps passe sans que l'on s'en aperçoive. Fred Rollat postrophe le public : "Les gars, vous savez quoi ? C'est fini !". Il est temps d'écrire le mot "fin".

A lire aussi sur Froggy's Delight :

 

 

Le public fait une véritable ovation au groupe et à tous les intervenants sans se décider à partir.

Alors Fred Rollat prend l'accordéon et ses deux compères leur instrument et ils descendent dans la salle pour un dernier titre a cappella, "Léon" bien évidemment, en demandant au public de s'asseoir.

Ce qui est fait illico. Et puis le trio repartira ainsi qu'il était venu...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dans le caillou de Karpatt
La chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Une 2ème chronique de l'album Dans d'beaux draps de Karpatt
Karpatt en concert à La Maroquinerie (14 octobre 2004)
Karpatt en concert au Café du Commerce (4 mai 2005)
Karpatt en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (dimanche)
L'interview de Karpatt (août 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Karpatt

Crédits photos : Laurent (Plus de photos sur Taste of Indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=