Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La diagonale du fou
La forme du vent  (Autoproduction)  2006

La forme du vent ne se laisse pas réduire en mots, pas aisément. La forme du vent est sa force, surtout, l’insaisissable, furieuse quand on l’attendrait douce, étonnamment sensuelle, colérique, venue de loin, chargée d’odeurs et de sable, orientale comme un sirocco passé dans la nuit sans qu’on ne l’ait senti. La forme du vent s’esquisse du bout des doigts, sur un manche de guitare, à grands moulinets de bras sur une batterie, du plat et du bout du pieds, secs, sur des pédales de batterie - comme sur un accélérateur, pour s’ébouriffer - la forme du vent s’aspire, souterrainement, à pleins poumons, comme un besoin primordial. La forme du vent, en silence, résonne, de toute sa clameur.

La forme du vent est le premier EP, officiel quoique autoproduit, du trio parisien La Diagonale du Fou, qui a su garder de ce titre évocateur toute la richesse.

En six titres, que l’on ne pourra que dire instrumentaux, malgré les quelques voix qui hantent Dunn, La diagonale du fou impose le paradoxe bien vivant de sa musique à la fois hyper-appliquée et tout à fait fiévreuse. Fiévreuse - comme un bouillonnement, comme un geyser mis en équation, une leçon de géothermique théorique dérisoire, à flanc même du volcan en pleine éruption ; fiévreuse - comme l’indolence opiacée d’une rêverie baudelairienne, où plane un malaise dont on ne sait s’extraire.

Avec un goût pour l’exploitation jusqu’au-boutiste de ses plans et contre-plans, la diagonale du fou n’hésite pas à remonter ses manches et plonger jusqu’au cou dans des compositions faussement simples, aussi sincères que saturées, qui porte en elles la nostalgie de pays lointains, mystérieux. Jouant d’incessants contretemps secs, servis par une batterie qui maîtrise sa fougue pour offrir une partition aussi sobre qu’intelligente, ménageant au cœur de leur précipitation de salutaires respirations, les morceaux, l’un après l’autre, happent l’auditeur, comme seuls happent les meilleurs conteurs – ils parlent d’ailleurs, comme en parlerait le vent, murmurant au creux d’une oreille ravie.

Il y a dans la musique du trio un arrière-goût de ce que le math-rock a fait de mieux, Don Caballero en tête, l’affectation virtuose en moins – mais il y a aussi quelque chose de plus âpre, rêche, qui vient certainement d’une batterie qui se souviendrait de Christian Vander et Max Roach autant que de Damon Che. En une petite demi-heure, le trio offre un aperçu d’un univers musical déjà très consistant, c'est-à-dire : à la fois riche et cohérent, qui permet d’espérer une suite heureuse à cette aventure naissante.

 

En savoir plus :

Le site officiel de La diagonale du fou


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=