Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marie-Véronique Raban
Interview  (Paris)  27 octobre 2006

Au printemps 2006, nous avions rencontré Marie-Véronique Raban, comédienne et metteur en scène, fondatrice de la Compagnie du Marchepied, à l'occasion du spectacle "Sainte Jeanne" de Georges-Bernard Shaw qu'elle a monté au Théâtre du Nord-Ouest dans le cadre du Cycle Jeanne d'Arc et autres femmes.

Nous la retrouvons à l'automne dans le même lieu où elle participe activement en tant que comédienne au Cycle Montherlant.

Dans "Sainte Jeanne" que vous avez monté dans le cadre du Cycle Jeanne et autres femmes au Théâtre du Nord-Ouest vous étiez metteur en scène et vous jouiez un petit rôle.

Marie-Véronique Raban : Oui, le rôle de l'inquisiteur Que je gérais depuis la salle pour ne pas quitter mes comédiens des yeux. On ne pourra pas me reprocher de les avoir négligé !

Et nous vous retrouvons pour 4 participations dans le Cycle Montherlant du deuxième semestre 2006. Montherlant est un auteur que vous appréciez ?

Marie-Véronique Raban : Oui mais uniquement en tant que comédienne. J'avais travaillé Montherlant pour "Port Royal", pour le rôle de Mère Agnès, chez Jean-Laurent Cochet et j'avais donc pu apprécié son talent et sa merveilleuse façon dont il parle de la foi lui qui, paraît-il et on a du mal à le croire, était athée. Et c'était la seule pièce que je connaissais vraiment. Les cycles d'auteur organisés par le théâtre du Nord-Ouest permettent de découvrir et de connaître l'intégralité d'un œuvre. Ce qui est fantastique et le privilège du Théâtre du Nord-Ouest tant pour les comédiens que pour le public.

J'ai donc découvert "Brocéliande" qui est une comédie pleine d'humour, "L'exil" qui est la première pièce de Montherlant et c'est un régal. Cette pièce se situe pendant la Première guerre Mondiale qui n'est une histoire si lointaine que cela. Il y a une partie dramatique sur les relations mère-fils, avec un merveilleux rôle de mère, qui me touche d'autant plus que j'ai un fils, mais aussi une partie comédie.

Je joue également dans "Les célibataires" qui est montée par mon ami comédien Rémy Oppert, que j'avais d'ailleurs employé dans Jeanne d'Arc pour le rôle de l'Evêque Cochon. Ce roman avait fait l'objet d'une adaptation pour la télévision et Rémy Oppert en a fait une spécialement pour le théâtre à la demande des ayant droits de Montherlant. Il m'a proposé un rôle et bien évidemment j'ai accepté car je ne sais pas refuser quand on me propose de monter sur scène.

Et puis enfin, je joue dans "Malatesta" mis en scène par Alice Safran. On m'accuse souvent d'avoir des idées farfelues car j'adore les contre-emplois mais en l'occurrence je n'y suis pour rien. C'est le metteur en scène qui m'a proposé le rôle du Pape alors que j'avais auditionné pour le rôle d'Isotta le femme de Malatesta.Et je suis absolument enchantée d'avoir accepté cette expérience. Donc que des nouveautés pour moi qui adore gérer plusieurs rôles à la fois car je trouve que tous très différents ils s'enrichissent réciproquement.

Parlez-nous un peu de ces rôles.

Marie-Véronique Raban : Dans "L'exil", je joue une des trois commères dans une scène de comédie, au milieu du drame, qui est très drôle, très vaudevillesque et très agréable à jouer. Sous prétexte de prendre le thé, elles envoient des piques pour blesser Madame de Presles leur hôtesse. Cette dernière, comme beaucoup de femmes lors de la Première Guerre Mondiale, se dévoue et elle se montre sur ce plan-là héroïque. Mais sur un plan personnel elle a perdu son mari et un de ses enfants et son égoïsme de mère prévaut. Elle tente de préserver le fil unique qui lui reste et ce d'une manière épouvantable en lui refusant de partir la guerre ce qui le ravale pour le reste de sa vie au rang des planqués.

Dans "Brocéliande" un bourgeois dépressif qui s'ennuie auprès de sa femme apprend par un généalogiste qu'il est un descendant de Saint Louis ce qui illumine sa vie. Mais quand il apprend qu'il y a des milliers de descendants de Saint Louis il retombe dans sa dépression. Je joue le rôle de la domestique, sympathique et espiègle, qui assiste à ces événements.

"Les célibataires" raconte l'histoire de deux aristocrates restés vieux garçons qui croupissent dans leur pavillon et mènent une vie tellement désargentée que l'un d'eux contacte un parent richissime pour améliorer leur ordinaire. Je joue le rôle de leur domestique. C'est un rôle plus sombre. Mais il s'agit davantage d'une pièce d'atmosphère et les représentations n'ont pas encore commencé.

"Malatesta" se passe pendant la Renaissance et je joue le rôle du pape Paul II qui était un grand pape mais jouissait d'une réputation un peu équivoque qui venait de son goût pour les bijoux, pour les fêtes à l'occasion desquelles il se maquillait. On l'avait surnommé "Notre Dame de charité". Cela étant on part du principe qui s'agit d'un homme mais avec des manières un peu efféminées. Le Pape est aussi un chef d'Etat et il se doit d'exercer son pouvoir avec une certaine dureté surtout à une époque où le meurtre était monnaie courante.

Vous connaissez ma curiosité donc quelles nouvelles de "Sainte Jeanne" ?

Marie-Véronique Raban : C'est un pièce magnifique que j'ai eu plaisir à monter avec un très belle Jeanne, Odila Caminos que je vais retrouver dans "Les célibataires", et que je souhaiterai pouvoir porter plus loin mais elle comporte une distribution nombreuse de 15 comédiens qui constitue un frein important.

Et les projets ?

Marie-Véronique Raban : Le prochain thème du Théâtre du Nord-Ouest étant Le cœur et l'esprit, je pense que certaines pièces comme "Les célibataires" en feront partie. Et puis j'ai des vues sur le Cycle Shakespeare toujours au Théâtre du Nord-Ouest.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du spectacle "Sainte Jeanne"
La chronique du spectacle Malatesta
La chronique du spectacle "L'exil"
L'interview de Marie-Véronique Raban en mars 2006


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=