Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Brian Jonestown Massacre
Elysée Montmartre  (Paris)  28 octobre 2006

Il devait être écrit que la traditionnelle causette-bière durant la première partie allait être escamotée ce samedi soir. A vingt heures pétantes, sous des acclamations nourries, la 74ème mouture du Brian Jonestown Massacre fait son entrée sur la scène de l'Elysée Montmartre.

Il faut dire que leur précédente prestation à la Cigale s'était un peu achevée en jus de boudin : pour les absents, fin forcée du set à 22h40 pour cause de couvre feu, vaine standing ovation du public - dix minutes montre en main - ...

Pour son retour à Paris, Anton Newcombe semble aux anges, tout simplement ravi de se produire dans une salle sold-out depuis longtemps. A quoi peut-il bien penser à cet instant ? Espérer que cette renaissance tardive ne se cantonne pas à un effet de mode ? Savourer sa revanche sur toutes ces années de galère ?

Et pourtant ... à une époque, les BJM avaient tout pour réussir ... Pas aussi dingue sur scène que le Beta Band, moins inventif qu'Olivia Tremor Control, moins expérimental que Spaceman 3, moins chiadé sur disque que Mercury Rev, moins culte que les Stones Roses, moins tubesque que les Dandy Warhols ... les BJM n'étaient jamais les meilleurs mais excellaient dans tous les domaines. Ce qui faisait d'eux un des groupes phare du rock psyché underground dans les années 90.

Puis, contre toute attente, en 2004, un documentaire - le fameux "DIG !" - les projette enfin sur le devant de la scène. Alors, comme les Pistols en 96, les BJM viennent récolter, dix ans après la bataille, un peu de cette gloire et de cet argent qui leur avaient jusqu'ici si injustement échappés. Et on ne peut que s'en réjouir.

La première heure se déroule comme dans un rêve ; Anton et ses sbires reprenant les choses où elles s'étaient arrêtées : le meilleur des premiers albums ("Who", "That Girl Suicide", "Servo", "Straight Up And Down" ...), des titres récents plutôt corrects, un light show des plus classes... Le plus fascinant dans l'histoire restant sans conteste ce son vintage incroyable, patiemment érigé par l'empilage de couches d'instruments : trois guitares, une basse, un clavier et une batterie.

A peine ose-t-on déplorer un jeu de scène quasi-inexistant et l'absence de l'incroyable trublion Joël Gion (le fameux frontman au tambourin portant des lunettes de mouche). Fin du premier acte et début des complications.

En effet, une fois l'état de grâce atteint, la qualité du show va lentement mais sûrement s'effriter pour s'achever dans la confusion la plus totale ... La faute à quoi ? A qui ? Quelques éléments de réponse :

Une setlist en forme de montagnes russes. La recrudescence de titres pop-psyché récents en vient à plomber la setlist : trop banals, trop de similitudes ... ne récoltant guère mieux que des applaudissements polis. Et ce ne sont pas les fillers de concert qui manquent si l'on considère que BJM n'a plus sorti de disque potable depuis Strung Out In Heaven ... en 1998.

A juste titre, le public réserve son enthousiasme et ses débordements pour les valeurs sûres (au hasard "Vacuum Boots"). Ondi Timoner ne s'y était d'ailleurs pas trompée expédiant les dernières années dans les dernières minutes de son film. Un peu comme une bonne bio sur les Stones : 300 pages des débuts à Exile et 50 pages pour le reste (catalogue de groupies de Bill Wyman inclus).

Une prestation mal gérée. On pourrait y voir une absence de professionnalisme, disons que le groupe pêche par excès de confiance ...

D'abord les faux départs à répétition ... Anton s'agace ... Va-t-on assister à une baston ? Pas grand risque ... le leader semble avoir tiré un trait sur ces enfantillages. Ce soir, c'est juste du folklore ... les musiciens sont détendus, aucun coup de botte ne sera distribué. Tout ça sans parler des interminables périodes d'accordage entre les titres. Même au bout de 90 minutes, l'effet saucissonnage de prestation et cassage d'ambiance demeure inévitable.

Une fin foirée. Riche idée de prime abord que de clore les débats sur "Evergreen", classique de l'époque Methodrone. Malheureusement, dans les faits, c'est l'esprit des Byrds époque 1970 qui est convié, tant le groupe s'abîme dans une version digne de "Eight Miles High" sur le pénible "Untitled" ... Sans parler des prolongations sous la forme de gargouillis électroniques pendant une dizaine de minutes ...

Non, définitivement, on ne gardera de ce millésime 2006 de BJM que le souvenir des prestations en festival, parfois frustrantes car trop courtes mais ô combien jubilatoires.

Morale de l'histoire, n'est pas le Grateful Dead qui veut ; Brian Jonestown Massacre ne peut rivaliser sur la longueur, mais demeure un excellent groupe de rock psyché à chansons. Comme les Dandy Warhols en somme ...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Trans 2005 (Vendredi)
Brian Jonestown Massacre en concert à La Coopérative de Mai (7 juin 2006)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Brian Jonestown Massacre en concert à Aéronef (mercredi 28 avril 2010)
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - jeudi 25 août
Brian Jonestown Massacre en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :

Le site officiel de The Brian Jonestown Massacre


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=