Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gravy
Gravy  (Pony Records)  septembre 2006

Happy here, happy it is….La pop nordique se porte bien, il a enlevé ses mitaines, pissé sur ses bas, troqué sa culotte contre un riff.

Et ce n’est pas la surf music baltringue de Gravy qui chantera le contraire, car Gravy, album éponyme, surprend par ses influences et son sens du contrepoint. Son danois de leader, Nikolaj Grummesgaard, offre avec ce premier album un condense de décontenancement musical, plus proche de la pop noisy bricolo Weezer que du rock garage auquel on l’étiquette à tort.

Gravy le groupe sors donc Gravy l’album, mélange subtil de pop 60’ toute sucrée dedans ("Remember me" et ses guitares en barbapapa Beatles), enregistrée dans le garage au papa qui vend sûrement des meubles Ikéa. Gravy semble loin des clichés, s’en fout du moins, produit 11 galettes sans sel ne durant pas plus de trois minutes chacune et pas moins de deux ou trois singles potentiels dans un monde merveilleux où les radios diffuseraient la qualité et les auditeurs achèteraient les albums. Autant commencer ici et maintenant, le rêve et l’illusion.

Sans se taper le membre par terre, on décèle ça et là des moments de musique unique, sorte de crossover entre les 60’ des Trashmen et Duane Eddy (pour la surf music indépassable) et les 70’ psyché ("Amon Duul" et "Hapshash and the coloured heat" pour le refus des structures classiques), voire même un relent de 90’ arty/dirty sur le très My Bloody Valentine "Do I feel free".

Les yeux clos, l’auditeur pourra même voir Fonzie de Happy days débarquer dans le bar, sur le très teenager "Can’t you see", frôlant même le gimmick innocent du générique de Friends. Si Gravy flirte souvent avec le limite, leur écoute prolongée de Pet Sounds et Smile les sauve souvent des catastrophes, et l’on peut retrouver les harmonies Bouglione (xylophones, piano, batteries syncopées, orgues) si chères à Wilson Brian.

Et puis, au détour d’une rue guimauvée, on tombe sur le tube évident, piste 4, "Shine on us", mélange de trop de choses pour qu’on les résume, avec la batterie martiale et les guitares en fuzz, l’orgue qui vibre dans le fond, peut être un clavecin, et ces voix doublées qui rappellent Arcad fire…. Clairement une autre époque.

Le pathos et le spleen semblent être des jurons au pays des danois, jamais, jamais glauques, portés par l’espoir du Nord comme seule lumière, ils tirent leur pop vers des cimes agréables et gratuites (l’intriguant "Party in the mens room", uh uh…). On marche, on avance en terres inconnues et l’on tombe sur un autre single, "Behind my wills", avec un énorme riff en mise en bouche, très lads dans l’esprit, proche de l’Angleterre en lui léchant les côtes, mais revenant vite à sa base pop, avec l’éternel refrain de la voix qui suit la partie mélodique de la guitare.

S’en suit un coup de bambou pop, oui, Gravy sort un premier album d’excellente facture, pondu dans l’artisanat, comme les premiers Beatles justement, où la voix et les harmonies faisaient tout par ses petits riens. Ces petits riens, c’est déjà tout. Achetez Gravy.

 

En savoir plus :

Le site officiel de Gravy


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2018-09-23 :
Léonie Pernet - Crave
Jean Cohen-Solal - Captain Tarthopom - Flûtes Libres
Fantôme - Mésopotamie
Low - Double Negative
Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - Sonny & the Sunsets - One sentence. Supervisor - Mister Milano - Laake - Baloji - Malik Djoudi - Aaron Cohen - Oktober Lieber - Ctrl-Z
Goël - Le bruit dehors
Pauline Drand - Faits bleus
You, Vicious ! - You, Vicious !
Papapla - Sounds of Papapla Vol. 1

• Edition du 2018-09-16 :
Idles - Joy as an Act of Resistance
The Coral - Move Through The Dawn
BlauBird - Rising, la fin de la tristesse
Géraud Portal - Let My Children Hear Mingus
No Mad ? - Idomeni
Black Foxxes - Reiði
The Innocence Mission - Sun on the square
 

• Archives :
Thomas Breinert - Thomas Breinert EP
Madame Robert - Comme de Niro
Brendon Anderegg - June
Eles - Neige à Londres
Judith Owen - Interview
Festival La Route du Rock #28 (édition 2018) - Chevalrex - The Limiñanas - Grizzly Bear - Shame - Etienne Daho - The Black Angels -The Brian Jonestown Massacre - Föllakzoid - Josh T. Pearson - Patti Smith - Ariel Pink - Nils Frahm - Protomartyr - Charlotte Gainsbourg - Superorganism - Phoenix - The Le
Delgres - Mo Jodi
Vox Bigerri & Jim Black - Tiò
The Lemon Twigs - Go To School
Thibault Noally, Blandine Staskiewicz & les Accents - Ontario
Cam Deas - Time Exercises
Ella/Foy - Walking in the space
Sarah Maison - EP
Interpol - Marauder
La Luz - Floating features
RVG - A Quality Of Mercy
Quiet Dan - When the Earth Was Flat
Sue Foley - Ian Siegal - Fred Chapellier - Archie Lee Hooker - Sélection d'albums
Danny Goffey - Schtick
Devil Jo & the Blackdoormen - Press Rewind
Keith Kouna - Bonsoir Shérif
Le pied de la pompe - Modernéanderthal
La Green Box - La Green Box
Kian Soltani & Aaron Pilsan - Home
Martha Argerich & Sergei Babayan - Prokofiev for two
Nuage Fou - Art autoroutier
Pampa Folks - South by West
Lise Cabaret - L'Ailleurs
Bancal Chéri - Bancal Chéri
Glass Museum - Deux EP
- les derniers albums (5326)
- les derniers articles (123)
- les derniers concerts (2270)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1040)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=