Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Blanche
Disque d'or  (La Manufacture du Disque)  novembre 2006

La Blanche pourrait être une peinture, monochrome, qu'on accroche au mur, résistante à l’eau, indélébile, le genre de trace qu’on n’oublie, en dépit des heures à regarder le plafond. Des mélodies Michelin pour tailler la route et des textes Ikea qui s’emboîtent facilement, sans notice.

Car le parcours est fléché dans la tête, la destination, un autre rock français, une nouvelle voie démocratique, un ordre juste. Après Michel Rocard, premier album remarqué pour son name dropping politique qui fit grand bruit, Lablanche revient avec Disque d’or.

Un bras d’honneur en acrylique à l’industrie du disque. Cynique. Un album réussi, incisif, mélodique, alcoolique. La Blanche revient donc. Lablanche était-il parti ? Peu importe en fait. Départ ou retour, Disque d’or est une confirmation du bien fondé.

La Blanche emporte ici tout sur son passage, célébré des le premier titre, "Le bocal", par une rage tantôt acoustique et symphonique, tantôt électrique et furibarde. Un aquoibonisme dans l’air, la réalité des mots ("Je suis un genre de poisson homme/ C’est étrange mais c’est ainsi/ Ma vie est comme un aquarium/Mon univers est trop petit") et un parti pris artistique évident. Connaître ses limites et les dépasser, proposer une alternative à la nouvelle scène française, la prendre par derrière et lui enfoncer le micro dans le larynx.

En bon turfistes du quotidien, Eric Lablanche (chant, composition) et sa bande tirent le meilleur du plus pire et distille des le deuxième titre un "Alcoolique" simplement rock, dans l’esprit et les notes ("Si le monde était moins décevant/ Je boirais moins beaucoup souvent"), jamais blasé ni déçu. Toujours vrai.

Si la faute de goût est humaine ("Le discoïde" electro-rock fatiguant "Tout est parfait") et les boites à rythme cheapos un brin lassantes, Disque d’or contient la chanson parfaite pour tout dandy qui ne se respecte pas. Ou plus. La mienne, chef d’œuvre faussement misogyne, reste un travail des mots exceptionnel, à cheval entre plusieurs canassons, de Brassens à Gainsbourg.

Tout feu tout flamme, la flemme jamais de mise, Disque d’Or alterne le chaud et le froid, provoque avec le brûlot "La mort à Johnny", adressée au petit monde bien-pensant qui s’offense de l’attaque du mythe Jean-Philippe Smet. Puis revient un temps sur l’ambiance onirique du premier album avec un "Allongé dans un pré" en automne qui rappellera indubitablement le "Bart à la pêche aux coquillages" du premier album.

"Un dormeur du val" mis en musique, porté par un refrain simplement beau, Eric au top de sa voix crooner, en balance des idées, à chaque syllabe, chaque couplet, chaque lettre. Le rock punchy de "Le martien à grosse tête" donne le LA, relève l’album et l’envoie direct sur orbite, entre rock et symphonie. En français, s’il vous plait.

Clairement, Disque d’or ne sera jamais Disque d’or. Trop hétérogène et varié, trop poétique (l’hommage à Brassens sur "Les animaux") et mélodique. Trop bon. Mais en ne sombrant jamais dans le noir, Lablanche étaye sa palette de couleur et déborde sur la marge.

Une façon subversive de résister au système. Une façon de proposer un deuxième album encore meilleur que le premier.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Imbécile heureux de La Blanche
La Blanche en concert au Zèbre de Belleville (8 novembre 2006)
La Blanche en concert à L'Européen (mardi 1er décembre 2009)
L'interview de La Blanche (novembre 2006)

En savoir plus :

Le Myspace de La Blanche


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=