Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeffrey Lewis est un paradoxe
 


Jeffrey Lewis est un paradoxe. Ce qui séduit chez lui au premier abord, c’est une fraîcheur et une spontanéité qui décoiffent. On n’avait jamais vu depuis Jonathan Richman quelqu’un d’aussi culotté : là où Jojo pose sa guitare pour pouvoir danser, chanter sans micro ou improviser une version française ou espagnole de ses chansons, Jeffrey Lewis chante plusieurs titres a-capella en montrant au public son carnet de croquis où ses dessins illustrent sa chanson : c’est ce qu’il appelle ses "low budget video" ….

Et puis, en creusant un peu sous cette nouveauté, on découvre un type nourri de toute une tradition musicale qui ne nous rajeunit pas. Plus j’écoute ses deux disques, et en particulier It’s The One Who’ve Cracked That The Light Shines Through, plus les noms des tas de vieux fantômes amércains se bousculent au portillon : Leonard Cohen bien sur, Fred Niehl, Phil Ochs ou Richard et Mimi Fariña, tous ces vieux songwriters du début des années 60.

Le talking blues de "The last time I did acid" , c’est Dylan, qui l’avait lui même appris de Woody Guthrie. Dylan encore, sa façon de déraper du folk "classique" pour exploser dans des up-tempo frénétiques et distordus ("Texas" , "Kill the Ghoul" , "No LSD tonight" ), tout comme Dylan réveillait les folkeux à Newport en 65 avec les iconoclastes Bloomfield et Kooper. Et puis, incontournable pour tout musicien new yorkais qui se respecte, le Velvet (Jeff est bien le seul à oser reprendre "Murder Mistery" pour illustrer son bad trip d’acid).

Américains ? Pas seulement… sur "3/4 Moon", c’est l’Anglais Nick Drake qui apparaît (et ils ne sont pas nombreux à pouvoir conjurer cet esprit-là) et le vieux Kevin Coyne et son folk déjanté joue lui aussi dans la même cour. Sans oublier Robert Wyatt ("The Sea Song" )…

Qu’est-ce qu’ils avaient tous ces songwriters pour que, 40 ans après, on les cherche encore ? Une guitare cabossée, trois accords ? Une voix ? Des textes ! Lewis ne fait pas dans le protest song mais ses textes sont la plus belle chose qui soit arrivée depuis "Waiting for the man" .

L’innocence réinventée, voilà la formule… Il les connaît surement par cœur tous ces ancêtres mais il écrit comme au premier jour, sans se démonter, sans se laisser impressionner. Comme Woody Guthrie dans ses wagons de marchandise ou Dylan marchant dans la neige à New York sur la pochette de "Blowin’ in the wind" .

Encore un grand mot : Jeff Lewis est authentique. Ecoutez-le raconter comment il organise ses tournées : "Quand je veux faire une tournée, j’envoie à l’avance des e-mails aux salles ou aux promoteurs ou à quiconque pourrait m’aider à jouer là où je le voudrais. A mon niveau, je prends ce qu’on me donne, je ne demande pas vraiment un cachet précis. Je dors chez des amis. Je survis en vendant mes disques ou mes BD après le concert. Je réduis tout au minimum.On partage le bénéfice entre les musiciens, l’éventuel chauffeur et l’essence. C’est une façon de tourner assez 'punk' ".

On comprend mieux après ca la chanson "Don’t let the record label take you out to lunch" … Jeff Lewis est une sorte de saint… Même dans nos rêves les plus fous, on n’aurait pas osé. Figurez-vous qu’en plus il est sympa, accessible… Hors de scène, il a l’air d’un ado très sage et mal dans sa peau. Pourtant, ce type-là ne fait pas de concessions. Jeff Lewis ne joue pas le jeu du showbizz et j’aimerais bien savoir ce que le show-bizz compte faire de lui. Un type doué comme ca, qui ne veut pas se faire inviter au resto par le label, ça fait désordre… Rough Trade est quand même arrivé à le signer. Jeff lui même n’a aucune idée de ce qu’il fera dans quelques années… Ce type qui vient de sortir un excellent cd ose dire que la musique est un moyen pour lui de se faire connaître comme dessinateur !

Il arrive parfois qu’on rencontre un vieillard qui vous dit avoir vu les Beatles à l’Olympia en 1964, avoir bu du vin blanc avec Hendrix quelques semaines avant sa mort ou vendu des yaourts à l’ile de Whight pendant le concert des Doors et on reste toujours baba de cette petite fenêtre ouverte sur l’Histoire. Dans 20 ans, les ados ouvriront des grands yeux quand vous leur direz : "Jeff Lewis ? Je l’ai vu en 2003 à Paris ; on était à peine 50 dans la salle…".

 

PascalR         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=