Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Blanche - Sonia Litwin
Le Zèbre de Belleville  (La Manufacture du Disque)  8 novembre 2006

Concert de rentrée ce mercredi 8 novembre pour le groupe La Blanche, concert événement après quatre années de silence à mettre au propre leurs idées sales, concert des voix qui acclament le retour physique du groupe auteur de Michel Rocard, premier album de rock lettré.

Une autre idée du rock français s’installe donc dans son trône laissé vide, pour jouer ce soir le dernier album, Disque d’Or, nouveau brûlot de cynisme rempli d’espoir et d’incandescence rock.

Comme de bon aloi, la première partie s’installe avec la sémillante Sonia Litwin, auteuse compositeuse en tournée solo acoustique.

Une fois les quelques problèmes techniques réglés "Je n’ai pas de blagues pour combler les silence" s’excuse en riant la dame réglant ses branchements), Sonia distille comptines folk mordantes, flirtant tant avec le pathos touchant des filles fragiles que l’Eros des compositions en folktronica, bidouillant ses compositions. Quitte à évoquer My Bloody Valentine sur le titre d’ouverture, "On a l’air".

Quelques chansons sur les thèmes éternels, l’amour et l’amitié,  plus loin, c’est un public conquis qui applaudit Sonia pour son jeu de guitare sec et ferme, les cordes remplies d’émotions ou d’humour sarcastique sur Tant pis .

On ne peut s’empêcher de penser à Tori Amos sur certains titres pour le jeu vocal sur le fil, auquel il faut dans le cas de Sonia rajouter un second degré fort appréciable, lorsque l’on sait que la Folk est souvent synonyme de silence de politesse. 

Une bonne première partie donc, chose rare, mais l’impatience de retrouver enfin le groupe d’Eric Lablanche se fait sentir.

Les voila qui débarque, dandys d’ici et d’ailleurs, d’un autre temps, et des l’attaque d’"Adélaïde", issue de Disque d’or, le public comprend que les compositions de Lablanche sont encore un niveau au dessus du premier album.

Abordant avec classe les arrangements technoïdes de la version studio, la bande d’Eric Lablanche assurent à mort, haranguant la foule comme aux temps anciens, invitant le chaland à pénétrer les compositions, se les coller sur la peau comme une décalcomanie Malabar.

Retour au premier album avec un "Sous-marine" humide et salé, joué grande classe, puis c’est "Tout est parfait", les mots roulent dans la bouche d’Eric comme des cailloux sur la rivière, en ricochets interminables. Ronds dans l’eau et cible touchée. Le virage electro rock semble porter ses fruits, mais c’est bien l’instrumentation live qui prend le dessus, soutenue par une violoncelliste/bassiste ensorcelante….

Le bocal et ses paroles aquoibonistes trouve son public sur scène, les mots d’Eric font mouche ("Regardez moi dans mon bocal/Je ne suis pas différent de vous/A peine plus un animal/A peine moins humain que vous") tant en conservant une énergie rock dure à conserver dans la langue d’Arthur (le présentateur, pas le roi…). Une poésie en riff, épaulée par le jeu de guitare/basse puissant de Gilles sur le coté droit, soldat du capitaine Fracasse.

Vient l’heure de l’anti-single, "La mort à Johnny", et Eric qui demande vicieusement au public, "Il y a des fans de Johnny ici ?!" avant de rajouter tout bas "Tant pis pour eux", sourire sur les babines. Le live accentue encore l’ironie des propos, second degré, sur l’éventuel jour de la mort à Johnny. Mots qui riment et s’entremêlent, Eric possède réellement la science des syntaxes.

Ca s’emballe à Belleville. L’un des meilleurs titres de l’album, "Allongé dans un pré en automne", débute et c’est un grand moment acoustique. L’un de ceux qui rappelle Bart à la pêche aux coquillages.

"Allongé" se déroule, le groupe monte en puissance, serre le jeu, batterie au carré, jusqu’au refrain qui explose comme la tempête sur la prairie.

Les yeux se ferment….Pour se rouvrir sur "Alcoolique", ambiance disco boite cheap avec un Eric possédé comme Big Jim Morrison, charisme diabolique. Rare.

Le public sourit, complice sur "La mienne", fausse chanson misogyne, aux rimes fallacieuses, et l’on se prend une grosse claque sur l’inédite "Y a plus de jeunesse", hypra rock, en dépit de ses paroles volontairement débiles (Une ode à Goldorak…Ce genre).

Au final, un concert époustouflant dans un lieu unique, fascinant pour son atmosphère de cirque baroque. Au final, une bonne soirée. Au final, trois heures de gagnées sur le temps qui passe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Disque d'or de La Blanche
La chronique de l'album Imbécile heureux de La Blanche
La Blanche en concert à L'Européen (mardi 1er décembre 2009)
L'interview de La Blanche (novembre 2006)

En savoir plus :

Le Myspace de La Blanche

Crédits photos : Fabrice (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=