Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks 2006
Gang Of Four - Midlake - Guillemots - Bat For Lashes - Love Is All  (Paris (La Cigale))  11 novembre 2006

Début des festivités avec Bat For Lashes.

Bien qu’absente de la formidable compilation The Golden Apples Of The Sun, Bat For Lashes s’est raccrochée depuis quelque temps à la galaxie Devendra Banhart, comme en témoigne sa récente participation au festival All Tomorrow’s Parties du maître.

Visuellement on croirait Coco Rosie : pléthore de filles sur scène, majesté des costumes, maquillage exubérant, majoritairement à proximité des yeux ; Spleen traînant même dans les parages. Musicalement, on jurerait Bat For Lashes en provenance d’Islande (et non de Brighton) tant la voix de Natasha Khan rappelle celle Björk et les atmosphères celles de Sigur Ros (surtout ce spectacle minéral présenté il y a deux ans à La Villette : "Odin's Raven Magic").

Ne manquent plus que des projections de paysages humides, froids et verdoyants, peuplés d’elfes, hantés par des créatures et des légendes extraordinaires pour compléter le tableau. Une mise en bouche idéale.

Pas vraiment de points communs entre Bat For Lashes et le groupe suivant : Love Is All. La mélancolie a laissé place à la furie.

Responsable d’un premier disque paraît-il remarqué Nine Times That Same Song, les suédois marquent immédiatement leur différence : riffs furieux, chanteuse hurlante et saxophoniste maladroit à plein gaz.

Alléchant en théorie, ce mélange détonnant épuise après quelques titres seulement.

Ainsi, en dépit d’un fort investissement scénique, on ne reste que partiellement convaincu : impossible en effet, de dépasser le stade sous-Deerhoof (pour la folie de la chanteuse) ou sous-Bush Tetras (pour le côté post punk dansant).

Ce samedi, les Inrocks ont construit une affiche parfaitement cohérente, programmant successivement Guillemots et Midlake, pour leur plus grande salle dans la capitale à ce jour.

Confortablement lové dans un fauteuil en bois, face à un imposant clavier, le chanteur de Guillemots s’installe doucement sur "Sake" avant d’être rejoint par le reste du groupe sur "Trains To Brazil".

A l’instar de leurs influences, les personnalités composant Guillemots s’avèrent extrêmement différentes et parfaitement atypiques : chanteur vocalement très démonstratif et fort maniéré ; guitariste skater, doté d’un jeu de scène absolument dément, recroquevillé sur son instrument, bondissant d’arrière en avant ; violoncelliste concentrée derrière ses yeux clos !

On omettrait presque cette utilisation jamais abusive de percussions de récupération en tout genre (couvercle de poubelle, plat de cuisine …), recevant même à l’occasion le renfort d’un roadie.

Certains trouveront ces anglais prétentieux, d’autres abuseront en ne voyant en eux qu’un Arcade Fire du pauvre mais force est de constater que la pop un peu dingue de leur disque From The Cliffs fonctionne à merveille sur scène.

Auteur d’un magnifique second album (The Trials Of Van Occupanther) cette année, la venue de Midlake représentait incontestablement la grande attraction de cette soirée (après les vétérans de Gang Of Four, on s’entend).

Sans pour autant être déçu, il faut avouer que l’on s’attendait à mieux.

Probablement la faute au style du groupe, arrivant dans le meilleur des cas à sonner aussi bien que sur disque sans pouvoir proposer mieux (très évocateur pour ceux ont déjà vu Grandaddy sur scène).

Au risque de contrarier les aficionados de Gang Of Four, les barbus de Midlake proposent une pop-rock mélodique et fort contemplative, faite de longues plages instrumentales et d’harmonies magnifiques ; des images de films désuets ou de vastes paysages étant projetées à l’arrière de la scène.

Malgré quelques récurrents problèmes de son (de terribles coups de larsen), le groupe obtiendra les faveurs du public, revenant finalement pour rejouer "Roscoe" en rappel.

Bon nombre de spectateurs peinaient encore à se faire à cette idée démente.

Après des années de vaines espérances, Gang Of Four revenait en France dans sa formation originale (au batteur près).

Dans une des plus belles salles de Paris qui plus est ! Tous ces tubes dancefloor post-punk allaient enfin pouvoir être joués par leurs créateurs sous nos yeux ébahis.

Il faut dire que depuis leur pseudo débandade au milieu des années 80, la réputation de Gang Of Four n’a cessé d’enfler, devenant une référence citée, re-citée, galvaudée et souvent injustement réduite à leur insurpassable premier effort, Entertainment.

Les années se sont peut-être écoulées mais Gang Of Four n’a rien perdu de son efficacité.

La quarantaine largement tapée, les musiciens assurent en effet mieux que jamais. Ainsi, Dave Allen à la basse, porte son instrument au premier plan ("Ether"), distillant riffs métalliques et motifs répétitifs traumatisant encore les nuits de Shellac.


Jon King
éructe des vocaux habités, comme si sa vie en dépendait, quand il ne s’acharne pas sur un four micro-ondes ou ne traverse latéralement la scène tel un crabe orang-outan.

 

 

 

 

 

 

 

 

De son côté, le guitariste Andy Gill s’avère probablement le plus époustouflant de la bande : au chant par moment, distillant le reste du temps riffs aiguisés ou solo assassins. Jamais une note de trop, d’une efficacité stupéfiante : la guitare comme on l’aime.

Côté répertoire, les londoniens piochent évidemment largement dans leur premier album (neuf titres) sans laisser de côté leur deuxième livraison Solid Gold ("Paralysed", "What We All Want"). Hommage tardif effectivement, mais amplement mérité.

Fin du set sur le premier simple "Damaged Goods", sans hésitation possible, haut la main, LE concert du week-end.


Setlist : Return The Gift, Not Great Men, Ether, Glass, At Home He’s A Tourist, Paralysed, What We All Want, Anthrax, He’d Send In The Army, 5:45, Natural’s Not In It, Poverty – I Parade Myself, Damaged Goods

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gang Of Four en concert au Festival Les Trans 2005 (Samedi)
Gang Of Four en concert au Festival All Tomorrow's Parties
Gang Of Four en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Gang Of Four en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
La chronique de l'album Bamnan and Slivercork de Midlake
La chronique de l'album The trials of Van Occupanther de Midlake
La chronique de l'album The Courage of Others de Midlake
Midlake en concert au Festival Le Rock dans tous ses Etats 2007 (samedi)
Midlake en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (vendredi 16)
Midlake en concert au Grand Mix (jeudi 15 avril 2010)
Midlake en concert au Festival Les Inrocks Black XS 2010 (Jour 2
Midlake en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Midlake en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
L'interview de Midlake (16 avril 2010)
La chronique de l'album From the cliffs de Guillemots
Guillemots en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
La chronique de l'album Fur and Gold de Bat For Lashes
La chronique de l'album Two Suns de Bat For Lashes
Bat For Lashes en concert au Trabendo (24 octobre 2007)
Bat For Lashes en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mercredi 4)
Bat For Lashes en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi

En savoir plus :

Le site officiel de Gang Of Four
Le site officiel de Midlake
Le site officiel de Guillemots
Le site officiel de Love is all
Le site officiel de Bat of lashes

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of indie)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=