Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Pierre Muller - Rémy Oppert
Interview  (Paris)  18 novembre 2006

Dans le cadre de l'Intégrale Montherlant au Théâtre du Nord-Ouest, Rémy Oppert a adapté le roman "Les célibataires", y joue le rôle de l'infâme Octave de Coetquidan et Jean-Pierre Muller s'est attelé à la mise en scène.

Nous les avons rencontré juste avant une représentation.


Vous avez adapté le roman "Les célibataires" de Montherlant dans le cadre de l'intégrale Montherlant au théâtre du Nord-Ouest. Pourquoi Montherlant ? Pourquoi "Les célibataires" ? Et pourquoi une pièce plutôt qu'une lecture ?

Rémy Oppert : Montherlant parce que dès l'âge de 20 ans j'étais fan de Montherlant dont le théâtre m'a fasciné. J'ai découvert un grand auteur, une langue superbe et de grands personnages. Et j'ai vu nombre de ses pièces qui ont été créées à l'époque à la Comédie Française. "Les célibataires" parce que j'en avais vu une adaptation télévisée faite en 1962 par Jean Prat qui était remarquable avec de grands comédiens de l'époque comme Fernand Ledoux, Jean-Paul Moulinot, Germaine Kerjean qui a connu un beau succès.

Au départ, je voulais m'appuyer sur cette adaptation mais l'ayant droit de Montherlant a souhaité qu'intervienne une nouvelle adaptation originale pour le théâtre. Jean-Luc Jeener m'a donné son accord pour que je lance ce projet.

Et une pièce parce que cela relève d'un travail plus intéressant et abouti qu'une lecture et qu'en l'espèce, les caractères très typés, les trois célibataires, et l'intrigue du roman permettait d'en faire une représentation théâtrale.

Et vous n'avez pas souhaité en assurer la mise en scène ?

Rémy Oppert : Au départ, si. Mais le comédien pressenti pour le rôle d'un des 3 célibataires, Octave, n'a pu se libérer. Comme j'étais très tenté par ce rôle que je trouve très pittoresque, et qu'il correspondait à un rôle que je n'avais pas encore joué, j'ai repris le rôle et du coup je ne pouvais plus faire la mise en scène tout en étant acteur. J'ai donc pensé à Jean-Pierre Muller avec qui j'ai travaillé pour "Brocéliande" toujours dans le cycle Montherlant.

Votre actualité c'est donc ces deux pièces de Montherlant. Et pour 2007 ?

Rémy Oppert : Je pense que nous continuerons "Les célibataires", qui se jouent en fin de cycle Montherlant, qui s'intègreront dans le cycle "Cœur et esprit" prévu pour le premier semestre 2007 au Théâtre du Nord-Ouest.

Nous libérons Rémy Oppert qui file se préparer pour la représentation.

Jean-Pierre Muller, comment avez-vous reçu cette proposition de Rémy Oppert ?

Jean-Pierre Muller : Je connaissais ce roman que j'avais lu, disons, un peu en diagonale car il est un peu "barbant" et j'ai trouvé qu'il était possible de tirer parti de l'adaptation de Rémy Oppert. Quand on part d'un roman, il y a 2 possibilités : soit l'adaptation fidèle soit la transposition. Pour ma part, je préfère la seconde car j'aime prendre des libertés avec les auteurs; Rémy Oppert est resté très fidèle au texte d'origine ce qui m'a un peu gêné au départ mais finalement cela a constitué un exercice intéressant que j'ai abordé comme une commande. Ce qui ne me déplait pas à faire de manière ponctuelle.

J'ai donc travaillé à partir de cette adaptation en mesurant les difficultés. La première était de recentrer sur le théâtre c'est-à-dire en accentuant le côté pittoresque des personnages de manière à ce qu'ils soient très datés d'autant que la pièce dure plus de deux heures et qu'il faut savoir capter l'attention du public. La deuxième difficulté était de représenter sur une scène unique une pluralité de lieux et pour ce faire j'ai choisi une mise en scène un peu cinétique pour éviter les noirs et faire des sortes de fondu-enchaîné ce qui n'est pas aisé à faire ici au Théâtre du Nord-Ouest compte tenu des conditions techniques.

Ensuite, la direction d'acteurs tendait à faire rentrer les acteurs dans des personnages plus caricaturaux qu'ils ne sont dans le roman de manière à donner un peu de relief à l'ensemble car il s'agit d'un roman narratif sans action. Comme nous disons dans le théâtre c'est une histoire sans enjeu, sans confrontation réelle ce qui est le nerf du théâtre, puisqu'il s'agit des relations entre trois vieux garçons marginaux même si l'un des trois est mieux intégré dans la société.

La première partie du spectacle est vraiment axée sur leurs relations et la seconde fait intervenir des personnages de leur entourage qui éclairent un peu l'histoire jusqu'à son dénouement final qui est la mort de l'un des trois que tous regardent avec détachement sans réel intérêt et là on rejoint des comportements contemporains.

Etes-vous intervenu dans la distribution ?

Jean-Pierre Muller : Non pas du tout.

Donc deuxième exercice ?

Jean-Pierre Muller : Tout à fait.

Vous avez aussi assuré la mise en scène de "Brocéliande" toujours dans le cadre de cette intégrale. S'agit-il d'un de vos projets ?

Jean-Pierre Muller : Non. C'est Nathalie Hamel a monté ce projet et m'avait proposé de le jouer avec elle. Je n'ai pu lui donner une réponse favorable dans la mesure où j'avais déjà un emploi du temps chargé qui ne me permettait pas d'envisager des représentations étalées sur 6 mois. En revanche, j'ai accepté de faire la mise en scène qui est un travail plus ramassé tout en ne connaissant pas du tout la pièce. Et c'est Rémy Oppert qui a pris le rôle qui m'était destiné.

Et alors ?

Jean-Pierre Muller : Et bien j'ai pris plaisir à ce travail et j'ai souhaité que les personnages évoluent de manière un peu humoristique et moins sérieuse de manière à ce que cela puisse intéresser le public. Car le théâtre de Montherlant est rempli de beaux rôles pour les comédiens, ils se font plaisir, mais notre but premier est quand même d'intéresser le public. J'ai donc incité les acteurs à se départir un peu de leur sérieux car sinon, du fait qu'il y a aussi beaucoup de texte dans le théâtre de Montherlant et peu d'action dans "Brocéliande" comme dans "Les célibataires", on entendrait des ronflements dans la salle au bout de 15 minutes ! (rires).

Avez-vous une actualité hors du Théâtre du Nord-Ouest et de Montherlant ?

Jean-Pierre Muller : Je prépare actuellement, au sein de ma compagnie "Le théâtre du Peuplier Noir" implantée à Colombes, qui dispose d'un lieu, petit par la taille mais grand par les ambitions, "La traviata", l'opéra de Verdi, pour le mois de janvier. Depuis 2 ans, avec Bernard Muracciole, qui est un chanteur d'opéra et un ami, nous travaillons pour faire des mises en scène d'opéra en France et l'année dernière nous avons monté "Le barbier de Séville". En avril 2007, je jouerai un rôle parlé dans "L'amour masqué" d'André Messager. Ces deux spectacles seront joués à Puteaux avant de tourner en France.

Pas de programmation sur Paris ?

Jean-Pierre Muller : Non. C'est très difficile sur Paris. Nous sommes plus soutenus financièrement en province. Le budget de la culture a été réduit et il y a moins d'aides attribuées aux spectacles vivants. Et il se passe des choses assez curieuses du fait que certaines structures qui n'ont jamais été subventionnées vont désormais l'être alors qu'elles n'ont jamais fait de création théâtrale et que des structures pérennes depuis des années qui font cette création ne le sont toujours pas ! Mais, comme on dit, c'est une autre histoire…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du spectacle "Les célibataires"


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 septembre 2017 : A quelques pas de l'automne

Les compagnies de théâtres sont toutes rentrées d'Avignon, les Festivals de musique se raréfient, les jours raccourcissent et on va bientôt passer à l'heure d'hiver. Au milieu de tout cela, voici de quoi aiguiser, comme chaque semaine votre curiosité et oublier les tracas du quotidien.

Du côté de la musique :

"Bury the hatchet" de Jay Jay Johanson que nous avons rencontré cet été pour un nouvel entretien avec notre chouchou suédois
"La nébuleuse" de Lisa Portelli
"Crescent hôtel" de Antoine Bataille
"Circle songs" de Francesco Tristano
"Settlement" de Lodz
"Incorporée EP" de Mina Sang
"Juchu ! EP" de Odds & Ends
"Massage" de The Cats Never Sleep
"The source" de Tony Allen
"Welcome Oxygen" de Will Samson
Présentation du festival Nancy Jazz Pulsation
et toujours :
"Hippopotamus" de Sparks
"Tchaikovski : String quartet N°1, souvenir de Florence" de Novus String Quartet
"Devil on TV" de Balkun Brothers
"Agitato charismatic" de Dissonant Nation
"Armor" de Emmanuel Tugny
"The end of everything EP" de The Off-Keys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Marco Polo et l'Hirondelle du Khan" au Théâtre La Bruyère
"Et Swan s'inclina poliment" au Théâtre de Belleville
"Amphitryon" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Au but" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Terre Sainte" au Théâtre de l'Opprimé
"La gentillesse" au Théâtre Paris-Villette
"Tristesse Animal noir" au Théâtre L'Atalante
"You-You" au Studio Hébertot
"Bovary" à la Maison ds Métallos
"La Huchette en liberté" au Quartier Latin
"Ecrits d’Art Brut à voix haute" au Centre Culturel Suisse
les reprises :
"Grande" au Centquatre
"La logique des femmes" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Arrête ton char Ben-Hur !" au Théâtre de Dix Heures
"Elodie Poux - Le syndrome du Playmobil" au Théâtre Apollo
"Guillaume Bats - Hors Cadre !" à la Comédie des Boulevards
"Karine Lyachenko - Rebelle(s)" au Théâtre du Marais
"Passage en revue" au Théâtre Les Feux de la Rampe
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Petit Palais des Glaces
et les autres spectacles de septembre

Expositions :

"Caro/Jeunet" à la Halle Saint Pierre
dernière ligne droite pour "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" à la Maison de Victor Hugo,
et les autres spectacles de septembre

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Faute d'amour" de Andreï Zviaguintsev
"Nos années folles" de André Téchiné
"A ciambra" de Jonas Carpignano
"Kidnap" de Luis Prieto en E-cinema
Ciné en bref avec :
"Otez-moi d'un doute" de Carine Tardieu
"Le prix du succès" de Teddy Lussi-Modeste
"Seven Sisters" de Tommy Wirkola
"Bonne pomme" de Florence Quentin
"Barbara" de Mathieu Amalric
les chroniques des autres sorties de septembre
et les chroniques des sorties d'août

Lecture avec :

"Ecrire liberté, à l'école des migrants" de Lauriane Clément
"Et soudain la liberté" de Evelyne Pisier & Caroline Laurent
"Les primates de Park Avenue" de Wednesday Martin
"Théâtre des dieux" de Matt Suddain
et toujours :
"Gaston Lagaffe : La galerie des gaffes" en hommage à André Franquin
"Hillbilly elégie" de J.D. Vance
"Il nous reste que la violence" de Eric Lange
"La mythologie Viking" de Neil Gaiman
"Mon étincelle" de Ali Zamir
"Pourquoi les oiseaux meurts" de Victor Pouchet

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=