Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks 2006
The Blood Arm - The Automatic - Rock & Roll  (Paris)  10 novembre 2006

Effervescence à la Boule Noire ce vendredi soir. Trois vrais groupes de vrai rock se succèdent devant un parterre blindé de gens, des popeux au stoner, du public lambda qui ouvre la page culture des Inrocks une fois l’an aux groupies énamourées.

Et ce sont ces mêmes fans transies et moites qui acclament Rock & Roll, groupe encensé par les Inrocks, justement, et gagnant du CQFD 2005.

Il va sans dire que les compositions trouvent grâce auprès du public amateurs de buzz et de fuzz, même si l’inconsistance mélodique se fait criante sur "Lipstick", par exemple. Chanteur qui roule des yeux tel un psychopathe interné, groupe soudé qui bouge avec les cheveux dans le vent. Les cheveux, parlons en…

Ce groupe semble tout droit sorti d’une pub L’Oréal, ce groupe pose un groupe de top models, chemise ouverte, brushing tendance. Et la musique dans tout ça, hein ptit gars ? La musique semble être ailleurs, les chansons vides, le groupe absent. Et ce n’est pas la "Suzanne" joué en rappel façon jam session qui changera la donne. Rock & Roll est un groupe de bal sans réelle direction.

"Bande de gays !" lance un spectateur éméché. C’est un peu fort, c’est un peu homophobe, c’est un peu faux. Mais on rigole.

Tension qui monte d’un cran pour l’arrivée sur scène de The Automatic, groupe de Grande-Bretagne ayant très peu - ou jamais - joué en France.

Les fans s’agglutinent au premier rang, les autres un peu partout ailleurs, la Boule Noire semble prête à exploser. Et elle explose littéralement à l’apparition des kids brittons qui débutent leur set par quelques pépites fuzz bien tendance, de quoi réveiller la salle de la première partie soporifique.

The Automatic préfère l’énergie à la mélodie, c’est défendable, et l’ensemble de la salle semble s’en foutre, de la mélodie, tant la dynamique se lance, les pieds sautent, le cortex amoindri ne réfléchit plus, le rock anglais gagne les esprits et tout le monde y va de son refrain entonné.

Si les compos tiennent sur le fil (une partie clavier jouée sur deux notes !!), l’ensemble tient la route.

Véritable tête d’affiche de la soirée, The Blood Arm rentre en scène sous les applaudissements, quoiqu’un peu tard pour le commun des mortels.

Pas grave, les Californiens se fichent des horaires pour réciter leur rock chamanique, qui rapelle tantôt Franz Ferdinand pour le phrasé, tantôt The Doors, et l’on ne saurait dire pourquoi. L’utilisation du clavier, les origines du groupe… Peu importe. Le récital du dernier album, Lie lover lie, semble faire son effet, son violent et puissant, sans démonter le tympan, clair et propre.

Les américains prouvent que Bomb romantic, le premier album, et Lie lover lie s’inscrivent comme une évolution pour le groupe.

En synthèse, soirée rock, certes, mais pas de révélation outre mesure ou d’outre-manche. Peu de moments réellement incroyables, juste un poum-tchak sur fond de gling gling gling à la Fender, buveurs de bières invétérés sifflant les femmes dans le fond de scène. Le rock était maître, mais on cherchait ce soir ses serviteurs.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Blood Arm parmi une sélection de singles (décembre 2007)
The Blood Arm en concert à La Flèche d'Or (11 décembre 2006)
La chronique de l'album No accepted anywhere de The Automatic
La chronique de l'album The Automatic Door de Anton Barbeau
The Automatic en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mardi)
La chronique de l'album Destroy Rock & Roll de Mylo

En savoir plus :

Le site officiel de the Blood Arm
Le site officiel de The Automatic


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=