Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks 2006
The Blood Arm - The Automatic - Rock & Roll  (Paris)  10 novembre 2006

Effervescence à la Boule Noire ce vendredi soir. Trois vrais groupes de vrai rock se succèdent devant un parterre blindé de gens, des popeux au stoner, du public lambda qui ouvre la page culture des Inrocks une fois l’an aux groupies énamourées.

Et ce sont ces mêmes fans transies et moites qui acclament Rock & Roll, groupe encensé par les Inrocks, justement, et gagnant du CQFD 2005.

Il va sans dire que les compositions trouvent grâce auprès du public amateurs de buzz et de fuzz, même si l’inconsistance mélodique se fait criante sur "Lipstick", par exemple. Chanteur qui roule des yeux tel un psychopathe interné, groupe soudé qui bouge avec les cheveux dans le vent. Les cheveux, parlons en…

Ce groupe semble tout droit sorti d’une pub L’Oréal, ce groupe pose un groupe de top models, chemise ouverte, brushing tendance. Et la musique dans tout ça, hein ptit gars ? La musique semble être ailleurs, les chansons vides, le groupe absent. Et ce n’est pas la "Suzanne" joué en rappel façon jam session qui changera la donne. Rock & Roll est un groupe de bal sans réelle direction.

"Bande de gays !" lance un spectateur éméché. C’est un peu fort, c’est un peu homophobe, c’est un peu faux. Mais on rigole.

Tension qui monte d’un cran pour l’arrivée sur scène de The Automatic, groupe de Grande-Bretagne ayant très peu - ou jamais - joué en France.

Les fans s’agglutinent au premier rang, les autres un peu partout ailleurs, la Boule Noire semble prête à exploser. Et elle explose littéralement à l’apparition des kids brittons qui débutent leur set par quelques pépites fuzz bien tendance, de quoi réveiller la salle de la première partie soporifique.

The Automatic préfère l’énergie à la mélodie, c’est défendable, et l’ensemble de la salle semble s’en foutre, de la mélodie, tant la dynamique se lance, les pieds sautent, le cortex amoindri ne réfléchit plus, le rock anglais gagne les esprits et tout le monde y va de son refrain entonné.

Si les compos tiennent sur le fil (une partie clavier jouée sur deux notes !!), l’ensemble tient la route.

Véritable tête d’affiche de la soirée, The Blood Arm rentre en scène sous les applaudissements, quoiqu’un peu tard pour le commun des mortels.

Pas grave, les Californiens se fichent des horaires pour réciter leur rock chamanique, qui rapelle tantôt Franz Ferdinand pour le phrasé, tantôt The Doors, et l’on ne saurait dire pourquoi. L’utilisation du clavier, les origines du groupe… Peu importe. Le récital du dernier album, Lie lover lie, semble faire son effet, son violent et puissant, sans démonter le tympan, clair et propre.

Les américains prouvent que Bomb romantic, le premier album, et Lie lover lie s’inscrivent comme une évolution pour le groupe.

En synthèse, soirée rock, certes, mais pas de révélation outre mesure ou d’outre-manche. Peu de moments réellement incroyables, juste un poum-tchak sur fond de gling gling gling à la Fender, buveurs de bières invétérés sifflant les femmes dans le fond de scène. Le rock était maître, mais on cherchait ce soir ses serviteurs.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Blood Arm parmi une sélection de singles (décembre 2007)
The Blood Arm en concert à La Flèche d'Or (11 décembre 2006)
La chronique de l'album No accepted anywhere de The Automatic
La chronique de l'album The Automatic Door de Anton Barbeau
The Automatic en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mardi)
La chronique de l'album Destroy Rock & Roll de Mylo

En savoir plus :

Le site officiel de the Blood Arm
Le site officiel de The Automatic


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=