Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elista
La folie douce  (Epic)  octobre 2006

Après ses débuts si prometteurs et la ferveur grandissante autour d’Elista, premier album éponyme du groupe, le groupe parisien revient avec une douce oxymore en guise de titre, La folie douce, pour introduire un deuxième tout en contraste, tout en nuance. Une façon de se libérer du tuteur qui avait vu grandir l’arbre à l’abri du soleil voila 3 ans avec une fragile innocence et des exercices d’équilibre sur le fil ("Debout", "La vie à deux").

2006. La fragile innocence a laissé place à l’adolescence teintée de réalisme, une avancée dans le monde, qui voit la bande à Thomas Pierron (chant, guitares, claviers) et François N’Guyen (idem) évoluer sans perdre son rock lettré dans la langue de PPDA.

Dès la première écoute, un violent branle-bas de combat s’opère dans la tête de l’auditeur en manque de repères par rapport au premier album en acoustique à texte cru. Car sur La folie douce, la mièvrerie est morte, et la plume acérée du groupe se renfonce davantage dans le réel, l’instrumentale se durcit. La chanson française cède la place au rock musclé, et ce dès le premier titre taillé pour les concerts explosifs, arrogance des jeunes coqs sûrs de leurs remises en question, refrain idéal, crossover entre la pop song et le brûlot incendiaire.

Elista semble avoir remplacé ses béquille par des fusils, et les guitares tronçonneuses s’aiguisent comme des lames sur l’engagé "Finir dans les journaux", avec ce phrasé si particulier, les rimes qui tombent juste sans jamais déborder.

L’entité Elista fonctionne donc encore à plein régime, comme une synthèse de quatre compositeurs mettant en commun leurs idées, en régime démocratique, comme un ordre juste. Une folie douce en somme. Quelques chansons venant d’ici et d’ailleurs rappeler le premier album ("Dès le départ dès le début") et d’autres lorgnant vers d’autres cieux, comme "Le niveau des mers", symbolisant parfaitement l’évolution et le travail à la production de Dimitri Tikovoi (Placebo, Kill the young) pour internationaliser le son du groupe. Le décapitaliser sans doute, sans le décapiter.

Faisant fi de cette ouverture, la bande hétéroclite revient à ses racines rock français, hésitant entre ouverture et repli, car choisir c’est renoncer. Et donc se propose d’offrir une perle de rock incendiaire digne de Bertrand Cantat sur "Lâcheté", avant de balancer un pavé dans la mare avec ses guitares saturées sur "Courage" plus proche de Dave Gahan que du rock à la française.

Un grand écart semble s’opérer du début à la fin de ce deuxième album, succession de vagues en arpèges et de power chords bien amenées (le frissonnant "Je déteste tout") qui en feraient presque oublier la candeur du premier album.

La folie douce opère donc son charme à grands coups de scalpel teinté d’encre indélébile, clôturant son album avec un "Mon ivresse" déguisé en electro rock, composition à la gueule de Jack l’éventreur pour faire peur aux enfants. Une belle façon d’évoluer, qui nécessitera cependant un troisième album pour confirmer définitivement qu’Elista peut concilier poésie fragile et ouverture sur le grand public.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'amour, la guerre et l'imbécile de Elista
L'interview de Elista (28 février 2011)

En savoir plus :

Le site officiel de Elista


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Elista (28 février 2011)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=