Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Louis Murat
La Cigale  (Paris)  17 novembre 2006

Les années se suivent et se ressemblent pour le prolifique Jean-Louis Murat, entre un concert humanitaire à Clermont, un nouvel album et une tournée hexagonale. En effet, depuis quelques temps, rendez-vous est pris mi-juin dans la petite salle de la Coopérative de Mai pour une prestation à but caritatif de l’enfant du pays.

Voir le Jean-Louis à la maison dans ces conditions diffère en tout point de ses shows habituels. Accompagné par ses copains de toujours, Murat y atteint régulièrement des sommets, sans aucune limite de temps. Beaucoup moins discipliné et intimidé qu’à Paris, jamais avare d’une apostrophe au chanteur, le soutien du public à son préféré reste inconditionnel.

2006 ne faillit donc pas à la règle, même si Murat a dû faire face à la défection de Fred Jimenez parti rejoindre Peter Van Poehl. Entre deux et trois heures de jeu, des surprises à la pelle, des titres rares interprétés, pléthores de formations (groupe 1, solo, groupe 2 ...) : un spectacle exceptionnel, rien de moins. Sans oublier la primeur d’entendre des nouveaux titres, parmi lesquels le morceau éponyme de son dernier opus Taormina.

On l’aura compris, Jean-Louis Murat semble avoir délaissé les plateaux du Massif Central pour les côtes ensoleillées de la Sicile. Creusant profond dans le sillon de son précédent (Moscou), Taormina s’avère dès les premières écoutes extrêmement bien fait, fort agréable à écouter, fournissant une série de perles à inscrire parmi les meilleures de l’auvergnat : "Est-Ce Bien L’Amour ?", "Au Dedans De Moi" ou encore "Accueille Moi Paysage".

Comme souvent, les paroles sont magnifiques, subtilement poétiques, teintées d’un romantisme un peu désuet. Sans parler de cette voix tour à tour envoûtante, fébrile, charmeuse. Pourtant, en dépit de ces incontestables atouts, Taormina manque cruellement de surprises. On aurait aimé davantage d’originalité, retrouver le Murat prenant son monde à rebrousse poil comme sur Lilith ou Bird On A Poire. Sans compter que la qualité de l’ensemble manque parfois singulièrement d’homogénéité.

Qu’importe, notre homme s’embarque en tournée, pour quelques dizaines de dates à compter de la rentrée. Après une infidélité à la vénérable salle du boulevard Rochechouart au profit du Théâtre Edouard VII l’an passé, Murat effectuait son retour pour deux soirs à la Cigale. Petit changement de line-up donc, avec l’apparition de deux AS Dragon : Michael Garçon aux claviers et David Forgione à la basse. Pour l’occasion, une bonne partie des titres font l’objet d’une réorchestration : certaines parties de guitares se voyant exécutées au clavier.

Première moitié du set mitigée. Majoritairement dédiée aux titres les plus récents "Taormina", "Caillou", "L’Heure Du Berger", "Le Chemin Des Poneys", la prestation tarde à décoller. Les spectateurs ne bronchent pas, ou (trop) peu. Jean-Louis reste très distant, adressant avec parcimonie de polis remerciements. Sans se faire bougon, l’auvergnat ne se sent pas une âme communicative.

Deuxième moitié du set incroyablement réussie. Transcendé par un soudain réveil de l’audience, il enclenche la vitesse supérieure : "Est-Ce Bien L’Amour", "L’au-delà", "La Fille Du Capitaine". La performance bascule, pour virer au formidable. Fidèle à ses habitudes, Murat s’aventurera sur le terrain politique, dégotant au passage une petite pique à destination de Ségolène. Quel bonheur de le voir dans cet état.

On croirait voir Neil Young. Le concert s’achève sur un triomphe. Acclamé, ému, Jean-Louis reviendra quatre fois, délivrant au passage d’excellentes versions de "Les Jours du Jaguar" et "Le Cri Du Papillon".

Ce soir, Cigale en novembre rime avec Coopérative en juin.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Tristan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Le cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
L'interview de Jean-Louis Murat (20 septembre 2011)

En savoir plus :

Le site officiel de Jean-Louis Murat


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=