Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Reine morte
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  novembre 2006

Drame d'Henry de Montherlant, mis en scène par Jean-Luc Jeener, avec Philippe Desboeuf, Marta Corton Vinals, Dimitri Fornasari, Sara Viot, Rémi Godement, Eliezer Mellul, Alain Pretin, Jean Tom et Gérard Zimmer.

Dans La Reine morte, Montherlant s’inspire de l’extrême simplicité des tragédies antiques et d’une histoire réelle, celle du destin tragique d’Inès de Castro assassinée sur ordre du roi du Portugal Alphonse IV à la suite de son mariage secret avec le prince héritier, pour traiter de ce qui mène les hommes ces deux forces essentielles et antinomiques que sont le pouvoir et l’amour.

Un roi vieillissant, le roi Ferrante, que le physique et l’interprétation magistrale de Philippe Desboeuf rapproche des inquiétants héros de l’expressionnisme allemand, qui prépare sa succession en organisant le mariage politique de son fils unique héritier du trône avec l’infante de Navarre voit ses dessins contrariés par un mariage secret avec une roturière, bâtarde qui pis est.

C’est à partir de cette figure emblématique que Montherlant va construire l’une de ses plus belles pièces dans laquelle la force de sa langue transcende les personnages, révèle leur âme dès les premières répliques et scelle leur destin.

Au crépuscule de sa vie, ce roi de douleur, comme il se nomme lui-même, est assailli par le doute. Un doute sourd, taraudant qui est exacerbé par la découverte de ce mariage et la personne d’Inès de Castro, et qui touche essentiellement au choix de vie qui, en privilégiant l’exercice du pouvoir, obère toute chance de bonheur ordinaire. Et qui va jusqu’au bout de cette condition de "bête de proie royale qui pourrait faire grâce et qui tue, et qui enfin, à tuer, se sent roi."

Le pouvoir qui place au dessus de la condition humaine isole et l’amour rime avec impossible, amour paternel pour ce fils qui a perdu la grâce de l’enfance, amour filial pour ce père distant, amour partagé menace pour l’ordre établi. Et puis la figure féminine est toujours doublement déclinée de manière radicale avec l’opposition d’Inès, la femme douce, aimante et maternelle, substitut de la mère de Pedro, un reine morte bien jeune, et l’Infante, la femme de pouvoir aux puissants élans charnels.

Dans la petite salle du Théâtre du Nord-Ouest propice aux huis clos, Jean-Luc Jeener nous entraîne dans les arcanes du pouvoir en privilégiant les scènes d’opposition entre deux personnages au terme d’une mise en scène très épurée.

Des scènes de couleur différente, de la douceur entre le prince et Inès (Dimitri Fornasar et Sarah Viot grâcieuse représentation du couple d’amants intemporels), de la violence entre le roi et son fils, de la compassion entre le roi et Inès, de la sensualité entre Inès et l’Infante, (Manta Corton au tempérament volcanique) qui noue l’intrigue vers son inexorable dénouement.

 

"Les deux premiers actes s’élancent droit comme une tige alors que le troisième s’épanouit en une abondante ombelle gorgée de sève et de sens, ombelle dans laquelle les personnages prennent toute leur épaisseur et où la tension psychologique culmine dans l’affrontement entre des morales et des principes que tout oppose et pourtant intrinsèquement liés". Henry de Montherlant


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=