Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jerry Lee Lewis
Last man standing  (Naive)  novembre 2006

Le revoilà donc, le vieux gominé triporteur de sweet little sixteen. Prêt a remarteler l’ivoire comme en 1954, à ses débuts, comme le dernier homme encore debout, lui l’ultime, le dernier forcené de l’époque de Sun Recors qui comptait à l’époque Elvis the Pelvis, Johnny Cash ou Chuck Berry. Excusez du peu.

Cinquante trois plus tard, la plupart de ses rivaux et descendants enterrés six feet underground, le vieux gominé est de nouveau en ville, carbure pas au botox, mais au Rock&Roll, ici savamment distillé avec un album essentiellement constitué de duos prestigieux sur le papier.

Des duos qui donnent l’impression de la dernière visite post-mortem avant le trépas. Les amis de longue date sont bien là (BB King, Little Richard, Willie Nelson), la jeune garde baba ridée (Mick Jagger, Springsteen, Clapton), les jeunes loups édentés (Kid Rock !?), le prêtre aux cheveux qui se barrent plus que la guitare (Neil Young). Comme une cérémonie parfaite au Hall of fame pour couronner l’illustre pianiste. Oui mais…53 après ses débuts, le Killer peut-il encore lever la jambe assez haut pour atteindre les octaves ?

L’incrédulité rivalise avec l’admiration, la défiance avec l’engouement, tant l’auditeur n’est plus conditionné à écouter le VRAI Rock&Roll, celui des débuts et des pionniers. Et justement, le bien-nommé Rock&Roll ouvre le bal avec "Jimmy "Droopy face" Page" à la guitare pour reprendre l’un des titres phares de Led Zeppelin. Sourire en coin, bouche qui claironne devant la resucée un brin facile, en dépit de l’agilité du vieux gominé et de face de Droopy à faire groover le swing.

Il faut néanmoins admettre que Jerry Lee Lewis n’a rien perdu de sa voix, en dépit de ses 71 ans. Le doute subsiste sur l’honnêteté de ce album de covers, on résiste on prend garde… Et puis "Before the night is over" feat BB King fait son entrée, c’est tout un flashback de l’époque dorée qui revient alors en tête, avec ses accords chaloupés, la slide de BB faisant le reste, on échoue à rester objectif face à l’objet, c’est un trop plein d’émotions qui ressurgit, de fantômes qui reviennent, tels Pr Longhair et son gumbo gumbo. Le vieux gominé n’a pas dit son dernier mot, ni fracassé son dernier piano.

Album de rencontres et de retrouvailles, The last man standing surprend par la discrétion de ses invités, qui ont enlevé les chaussures à l’entrée. Il est d’autant plus troublant de retrouver le Mick à grosses lèvres comme au temps de Beggars Banquet, gentiment assis sur la banquette de Jerry pour un "Evening Gown" magique. Car simple et sans fioriture. Brian Jones n’est pas loin.

Il faudrait ici détailler chaque chanson, s’étendre sur le mythique "You don’t have to go" en duo avec Neil Young, qui en dépit des descentes d’accords si classiques reste immuable, perdu dans l’éternel. Avec un Young meconnaissable. Bravo vieux gominé, tu as bien trompé ton monde avec tes dix ans d’absence.

Introduction magique sur "Twilight", parfaite chanson pour la descente de sapin accompagnant le coffret Ally McBeal, prouvant que Jerry Lewis a touché tous les styles, de la ballade mélancolique au Boogie Woogie. Sans fausse note. Si le procédé, des covers en duo pour une rentabilité maximale, est critiquable, le contenu reste parfaitement génialement décent, écoutable au-delà d’une écoute, meilleur des 50 dernières années sur la sainte planète. Une fois oublié le traumatisme d’avoir encore à subir quarante ans après la voix de Ringo Starr sur "Sweet little sixteen", reste une œuvre complète, revue ici en grande pompe (Le brillant "Honky tonk woman" un brin bastringue).

"Don’t be ashamed of your age" débute comme un bon vieux gimmick de Scott Joplin, et c’est un clin d’œil évident au temps qui passe, blanchit les cheveux et embellit les souvenirs. Oui, il s’agit plus que d’un disque, nous parlons de nostalgie, du temps de la TV en noir et blanc, du temps où James Blunt n’était pas encore dans le ventre de sa mère.

Le vieux gominé a vendu son âme au diable, au Rock&Roll, et semble parti pour vivre cent ans encore, comme sur le rageur "Hadacol Boogie" en duo avec Buddy Guy. Tête de sioux et vieux gominé semblent s’en donner à cœur joie sur les gammes pentatoniques.

Alors oui, vieux gominé bluffe encore cinquante ans après ses débuts, sans regarder vers le futur il honore le passé sans se travestir ni renier ses origines. La mèche est décatie mais l’esprit, lui, est toujours là.

 
Jerry Lee Lewis en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Samedi)

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jerry Lee Lewis en concert au Festival des Terre Neuvas 2006


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=