Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeanne Cherhal
Le Trianon  (Paris)  30 novembre 2006

Elle arrive sur scène comme elle en repart, en sautillant comme une danseuse étoile dans ses grosses et hautes doc Martens lacées sur ses frêles chevilles.

Elle, c'est Jeanne Cherhal. Une petite bonne femme dans une petite robe rigolotte un grand sourire aux lèvres et une vraie joie de vivre et de jouer masquant tranquillement son trac en cette première soirée de concerts pour inaugurer son tout nouvel album L’eau.

Rendez vous donc dans le théâtre du Trianon pas aussi plein que l'on aurait pu le croire. En effet, tout le monde est assis et il reste même pas mal de places. Personne debout dans les coursives, on se croirait presque au théâtre.

D'ailleurs personne n'a envie de se mettre debout dans les coursives. On n'est pas à un concert de rock que diable, ici on est propre sur soi et dans sa tête, on mange bio et on lit Armistead Maupin et Marc Levy, pas question de siroter de la bière dans des godets en plastique et de taper la discute au fond de la salle.

Même le premier rang est sage lorsque arrive ce petit lutin sur scène accompagnée de ses 3 musiciens. Ce soir l’hystérie sera collective et organisée ou ne sera pas !

Quelques ovations plus tard le concert commence ... ou presque. Jeanne Cherhal, tape sur son piano, là, debout, tandis que ses musiciens s’installent sagement et puis toujours en faisant de la percussion sur son beau piano elle se dirige vers le clavier et s ‘y installe pour disparaître presque entièrement derrière un gros micro.

Début de concert tranquille et presque classique pour qui connaît Jeanne Cherhal, rivée derrière son clavier faisant des petits mouvements rigolos en chaussons de danse sur ses précédents concerts. Pourtant, et les doc Martens sont aussi là pour le rappeler, quelque chose a changé chez Jeanne (et ce n’est pas à cause d’une marque de céréales pour petit déjeuner, du moins pas à ma connaissance).

On avait déjà bien compris que sur son nouvel album, le virage avait été pris et la page tournée.

Les chansons deviennent moins narratives, les mélodies plus pop et ne se contentent pas d’un accompagnement faisant la part belle au texte.

Le titre "L’eau" qui sera par ailleurs joué 2 fois ce soir en 2 versions différentes, en est la parfaite synthèse avec sa construction basée sur une rythmique et une scansion un peu hachée et deux voix.

Pour qui connaissait les ritournelles de la belle, la surprise est de taille, la mélodie se déstructure pour mieux rebondir là ou l’on ne l’attend pas (notamment au niveau des percussions et des rythmiques en général), les textes se font plus abstraits et déclamatoires sans forcément raconter une histoire (encore que "L’eau" est un peu l’exception et que la part belle est encore faite au sens plutôt qu’aux sonorités sur l’ensemble du concert) et la demoiselle ose quitter son piano pour jouer de la guitare, sauter et gesticuler en tous sens avec une certaine spontanéité même si elle est sans doute à relativiser pour qui aura vu le même spectacle plusieurs fois de suite.

Le groupe lui est à l’aise. Souriants et visiblement complices les 3 musiciens passent tranquillement de la guitare au clavier, de la basse au chant ou encore de la batterie à la "percussion vocale" autrement appelé human beat box.

Le plaisir que tous les 4 prennent à jouer ensemble est communicatif et les titres s’égrainent tranquillement tandis que le public commence à s’agiter et à taper dans les mains de plus en plus souvent, sollicité par Jeanne Cherhal il est vrai. Et c’est là que les deux univers de la demoiselle se recoupent à nouveau. Celui de la nouvelle Jeanne et ses morceaux plus difficiles d’accès et celui de la Jeanne que le public attend qui demande de taper dans les mains ou de chanter en choeur un pompom sur un titre au final plutôt réussi.

Mais la nouvelle Jeanne c’est aussi "L’eau" et c’est autour de l’eau que le décor de la scène fait allusion. Bon autant le dire tout de suite, c’est moche.

En effet, cela consiste à disposer des bonbonnes d’eau bleues que l’on trouve en entreprise (tout le monde connaît cela parmi vous n’est-ce pas ?) munies plus ou moins d’un éclairage (tantôt à l’intérieur pour celles disposées au sol, tantôt par dessus pour celles suspendues en l’air) avec quelques menues bulles d’eau dedans tellement petites que l’on ne les décerne sans doute déjà plus du deuxième rang.

Et puis franchement, des bonbonnes d’eau, ce n’est pas ce qu’il y a de plus esthétique sur une scène de spectacle… Curieux choix alors si ce n’est pour rappeler au joyeux bourgeois bohême présent ce soir de façon massive que ‘oui, Jeanne Cherhal vous aime et pense à vous et c’est pour cela que vous l’aimer’ (mais peut-être que je vois le mal partout et que le décorateur a vraiment mauvais goût ou un petit budget …).

Bref, petite parenthèse ludique sur le décor qui, de toute façon, ne change pas la face du monde puisque c’est celle (de face) de la belle Jeanne que tout le monde était venu voir ce soir.

"Merci" chante-t-elle en rappelle accompagnée seulement de son guitariste en acoustique.

Chanson un peu racoleuse, tabouret de bar compris, et un peu inutile replongeant la demoiselle dans ses anciennes tentations de textes un peu scolaires vaguement mis en musique.

On préfèrerait presque sa maladroite reprise de Fiona Apple avec un accent anglais qui aurait fait pâlir de jalousie Arafat mais dont l’intention était bonne et la référence assez bien vue (on aurait vu moins crédible une reprise de Johnny Cash).

Qu’à cela ne tienne, c’est une standing ovation, un peu démesurée tout de même, qui salue celle qui ne veut pas qu’on l’appelle la "Vincent Delerm féminine"…et elle à bien raison, pour le meilleur et pour le pire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Charade de Jeanne Cherhal
Jeanne Cherhal en concert à La scène (4 mai 2004)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Jeanne Cherhal en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (vendredi)
Jeanne Cherhal en concert au Rive Gauche (5 décembre 2006)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mercredi)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Jeanne Cherhal en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
La conférence de presse de Jeanne Cherhal (8 juillet 2005)

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=