Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Coco - The Sessions - Hey Hey My My
Le Triptyque  (Paris)  21 novembre 2006

Le rendez-vous est pris ce mardi 21 novembre au Triptyque pour faire la connaissance de trois groupes prometteurs. Des français, avec Coco d’abord, Hey Hey My My ensuite, et des anglais of course, avec The Sessions " le meilleur groupe de Londres depuis les Libertines" nous renseigne le flyer.

Le début des hostilités est prévue à 21h, sur ma montre je lis 20h30… hum, le temps de prendre un petit verre…le demi à 6€, j’avais oublié ce petit détail fâcheux propre à cette salle parisienne très en vue.

21h. Coco s’empare de la scène. Petite introduction avec "White Night" avant que le grand départ ne soit donné par "Ease your Mind". Coco - chanteur à la classe toute "Interpolienne" - séduit par son chant limpide et efficace. Les titres s’enchaînent.

Ils ont en commun une réelle fraîcheur tout en étant chacun teintés d’influences bien différentes. "English Guys", un hommage clair à la pop british des 60’s, "Great and Awful", surfe sur la new wave et "The Wicked Child", une franche explosion rock très Franz Ferdinand. Mais c’est avec "Wide Open" que le quintet Coco marque tous les points. Le clavier jusque là artilleur devient possédé, le bassiste sort de l’ombre pour venir défier plus en avant la guitare, le batteur martèle plus urgent que jamais et le chanteur ruissèle.

Etrangement "Wide Open" ne figure pas sur leur dernier EP Great and Awful… on espère vivement que le tir sera rectifié par la sortie d’un simple. Coco prouve avec aisance sa capacité à conjuguer précision, intensité et efficacité. Coco, une performance impeccable.

Petit intermède.

Le quatre anglais de The Sessions font rapidement leur apparition. Le chanteur Taz Allie exprime sa joie de jouer pour la première fois hors des frontières britanniques.

Dès les premières notes de "I know", c’est la surprise. Aux vues des informations données sur le flyer, on s’attendait à une énième pâle copie des Libertines, mais il n’en est rien. C’est un rock très funky qui titille nos oreilles. De la pédale wah wah en veux tu en voilà, une basse extrêmement présente, un chanteur au timbre de voix rappelant celui de Finley Quaye… enfin du son neuf venu de la perfide Albion.

"What is this feeling", "Ain’t no me", le public prend plaisir à se dandiner sur ses notes nouvelles et à Taz Allie de marquer sa gratitude par des élans de "Jeu tèm" en direction de la salle. Malgré le bon feeling, le set est très court. 6 morceaux seulement avec un rappel, "No Dream" qui fait une fois encore la part belle à la 4 cordes.

The Sessions, une belle surprise.

Re-petit intermède. Juste le temps de se réhydrater et d’échanger quelques opinions, les très attendus Hey Hey My My (nom trouvé suite à une mésaventure enflammée, hommage à Neil Young,) font déjà leur entrée.

Le nombre de fans présents ce soir confirme le buzz autour de ce quartet folk français."Merryland" pour commencer, donne la possibilité à Julien de présenter sa voix haute, puissante et claire. Première évidence, l’aisance. Les Hey Hey My My dégagent une impression de bien être, de naturel… ils sont à la bonne place, là, sur scène. Le songwriting est subtil, simple, touchant, drôle.

"Your eyes when we kiss", "Easy", et les mélodies sont joyeuses et entraînantes, "Don’t sell me now", "Too much space". Le petit bonus vient encore du chanteur (accessoirement leader de British Hawaii). Paye pas de mine au premier abord (pas très grand, mal peigné, mal rasé voire barbu), mais une fois sa guitare sèche enfourchée, quel charisme ! Entre chaque titre, la salle a droit à ses interventions franchement rigolotes, ce qui ne gâche rien.

Leur show se terminera pas une chanson jouée par les 2 Julien, celui au chant + guitare sèche et celui à la guitare électrique. Le refrain est largement repris par un public conquis et connaisseur, qui ne s’y est d’ailleurs pas trompé.

Hey Hey My My, un ravissement.

Une soirée excellente, éclectique et originale qu’on pourrait renommée "Rock&Roll&Pop&Funk&Folk Tuesday". Bref une soirée qui enterre très largement celle de Mademoiselle Busty et de ses protégés foutraques et imberbes du vendredi soir.

A bonne entendeur…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Great and awful de Coco
La chronique de l'album We are beauty de Curry & Coco
Coco en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Coco en concert au Festival Radar #5 (vendredi 11 septembre 2009)
Coco en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
L'interview de Coco (janvier 2007)
La chronique de l'album eponyme de Hey Hey My My
La chronique de l'album A Sudden Change Of Mood de Hey Hey My My
Hey Hey My My en concert à Balthazar (2 juin 2007)
Hey Hey My My en concert à Hey Hey My My - Moriarty - Deportivo - Beat Assailant (21 juin 2008)
Hey Hey My My en concert au Festival Ground Zero

En savoir plus :

Le site officiel de Coco
Le site officiel de The Sessions
Hey Hey My My sur Myspace


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=