Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elise Caron
Eurydice Bis  (Le Chant du Monde)  octobre 2006

Elise Caron, artiste polymorphe, sort un album, Eurydice Bis, tiré d’un spectacle qu’elle rode en France depuis plusieurs années. La clé pour pénétrer l’un des plus beaux univers musico-poétique du moment, et des autres moments.

Il n’y aurait pas assez d’une page pour résumer Elise Caron, à l’univers si multiple, si riche… Ovni de la scène française : actrice, on a pu la voir dans les films de Dyane Kuris notamment, et c’est avant tout le cinéma qui fut son premier métier.

Danseuse, on l’a vu sur plusieurs spectacles contemporains de renom. Chanteuse, elle a plusieurs cordes à son arc, dans un livret classique en tant que mezzo-soprano, mais aussi auteur d’un disque pour enfant avec une voix plus douce ou de disque de jazz avec une technicité vocale hors-pair. Elise n’a pas traîné avec des savants fous de la musique comme Albert Marcoeur pour rien, elle n’est jamais là où on l’attends et toujours à propos, elle fouine, elle farfouine, elle invente…

Mais toujours pour être brillante, solaire et magnétique. Il suffit d’avoir vu une fois Elise Caron sur scène pour s’en souvenir toujours. Ca tombe bien, car elle enchaîne en ce moment plusieurs spectacles pour le bonheur de tous.

Effectivement, l’année 2006, fut l’année Elise Caron, et celle-ci se termine en beauté, par ce projet personnel dont on désespérait de le voir un jour finir sur un CD. Une année 2006 qui l’a vue à la fois travailler avec le tromboniste Yves Robert pour une création musicale épatante sur le thème de l’argent, mais aussi dans une adaptation très contemporaine des poèmes de Cesare Pavese avec le guitariste David Chevalier ou dans une revisite des textes de Sade à travers la formation Archimusic.

Tout ce ceci semble très sophistiqué et très "hype"… Si ce n’était pas fait sans prétention, pour le seul plaisir des sons, des mots et des atmosphères. On attendait une galette d’Elise qui lui soit personnel ; on aimait fort sans pour autant s’en contenter Chanson pour les petites oreilles le disque de chanson pour enfant qu’elle avait produit il y a quelques années, s’appuyant sur une écriture claire sans être simplifiée, des allitérations pointues et des rimes riches et rythmiques. Eurydice Bis est là.

Accompagnée du fidèle Denis Chouillet, arrangeur et pianiste, au jeu très fluide, de Sylvain Daniel à la basse et - surtout - de Bruno Sansalone aux clarinettes qui font un fabuleux contrepoint au propos, parfois nostalgique, parfois cynique, Elise Caron livre des textes sous forme de prose, sans obligation de rime mais juste de rythmique et de propos doux, amers, sucrés d’une grande justesse et d’une vraie richesse, qui emprunte tant à Brecht qu’à Apollinaire pour créer une atmosphère propre.

On cherche des parentés dans la chanson française. Barbara ? Pas loin, mais ce serait faux…Elise Caron est une musicienne qui a choisi la chanson comme surface sensible de ses émotions, propre, définitives. Elise Caron ne peut donc être qu’elle-même, ou cette Eurydice (Bis) douce, éthérée et sans artifice, comme sa musique : "Laisse moi te dire et te contredire, l’expire ne suit il pas l’inspire ? Laisse moi venir de ta nuit vers mon jour, et fait pas comme Orphée, qui se retourne avant. Si tu viens me chercher, méfie toi, méfie toi, le gardien de l’enfer garde aussi les amours".

Elise Caron interprète ses chansons en comédienne, elle est ce qu’elle chante, ce qui donne un vrai relief à son propos d’autant que la musique est là aussi tout à fait pertinente. Découvrir un monde aussi riche est toujours un plaisir entier.

 

Franpi Barriaux         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=