Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Heritage Orchestra
Heritage Orchestra  (Cooperative Music)  octobre 2006

Il était une fois l’histoire d’un genre musical vivant en reclus, seul, aux confins du monde, délaissé de tous depuis 50 ans déjà. Un genre musical que seuls les initiés maîtrisaient encore, déambulant par poignées dans les rayons FNAC ou Virgin à la recherche d’une étale avec les nouveautés du genre. S’il en existait encore.

Aucun autre genre musical ne fut autant respecté et dénigré, en fonction des saisons. Le jazz, et ses déviantes, n’ont en 2006 pas la vie facile. Délit de sale gueule, ostracisme belliqueux. Les joueurs de jazz ne sont plus sous les feux des projecteurs. Quant au classique….

Bang ! Le consommateur de disques pense à tort que le jazz moderne n’existe pas, que seuls Gershwin et Cole Porter semblent valables d’intérêt. Peux-on seulement parler de jazz lorsqu’on évoque le cas de The Heritage Orchestra ?

Le combo Londonien sors ces jours-ci un disque incroyable, bande-son parfaite de la série 70’ Mannix qui voyait Joe Mannix courir sur les ponts de San Francisco avec la mort à ses trousses. Un mélange humble et pourtant parfait de Blaxploitation et de swing contrôlé, comme l’inoubliable BO de "Citta Violenta" composée par Morricone himself.

"Mothers and Daughters now Mothers" débute, et c’est une grosse claque sur l’épiderme. Le genre qui laisse la marque rouge des heures durant. La fusion instrumentale du rock, du jazz et du classique font d’emblée de cet album une décalcomanie idéale des ambiances moites et monochromes des 50’, 60’ et 70’. Sans jouer le rétro, le combo de The Heritage Orchestra réussit là où Michael Oldfield (Cf Tubular Bells et ses dérivatifs) a échoué ; réaliser le crossover entre instrumental et grand public, sur fond de Wah wah saignantes et de Rhodes riches en sucre. Et surtout de violons tragiques et joyeux, qui glissent sur l’arrangement toujours complexe. Jamais prétentieux.

L’impression de voyage est phénoménal sur "D’lin", d’une richesse harmonique qui ne voit pas la voix prendre le dessus. Tout est à sa place, les anglais ont du goût, la politesse ne pas interrompre les préliminaires. Qui touchent à leur fin sur le très Stevie Wonder "Sky Breaks", période Innervisions, enrobé de soul funky sans oublier la ligne directrice d’ensemble. La mélodie.

The heritage orchestra pioche dans l’ensemble des genres, pas regardant sur l’étiquette et la provenance. Si le sirupeux "Ballard for strings" est un brin surfait dans le style "Film-noir-ambiance-ascenseur pour l’échafaud", le groupe reprend la main sur "Tell me stories", accompagné de sublimes voix, on pèse les mots, aux vocals, donnant à l’album une hétérogénéité sans comparaison. Idéale pour les poursuites en voiture au fond du ravin.

Et puis vient la rupture, la grande dédicace au maître du jazz rock expérimental. "The 1890 affair II" est un clin d’œil évident au "Bitches Brew" de Miles Davis, sommet de création mystique mêlant le rock au funk, le funk au jazz. Sur "The 1890 affair II", les batteries cognent sec, la guitare tient bon, suit le rythme, les violons jouent fort pour se faire entendre, les cuivres sont en embuscade, le tempo frémit, s’arrête. Se soulage. Et reprend de plus belle. Cette composition est plus belle, plus rythmée, qu’une échappée du Tour de France dans les cols.

Quelques mois après la surprise procurée par l’écoute de 12twelve, groupe jazz prog espagnol, l’album de The Heritage Orchestra s’impose comme la révélation de ce genre musical, dont on n’espérait plus un jour entendre le battement de cœur.

 

Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=