Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Charlotte etc
Interview  (Paris)  décembre 2006

"Rendez-vous métro Télégraphe". Charlotte etc. n’aime pas les coups téléphonés, marche plutôt à l’émotion la demoiselle, carbure aux mots, sirote la poésie comme d’autres les tequilas.

Avec ce mélange d’âme et de cœur qui séduisent les amoureux du rock comme ceux de littéraire, avec de vraies idées dedans, Charlotte etc. se taille une réputation, gravit la montagne sans les sherpas, et trace son sillon dans la chanson française depuis plusieurs années.

En concert ce dernier samedi au Divan du Monde, et avant un programme très chargé en 2007, Charlotte met les points sur les i et nous fait découvrir son univers, entre Bashung et Thom Yorke, parle des "durs à fuir", évoque l’amour au quotidien, ses sentiers et ses méandres. Interview fleuve qui déborde de son lit.

Charlotte etc. : Tiens, un cadeau pour toi. Ce deuxième album date d’il y a trois ans, j’en suis super fière de cet album dans l’absolu, mais il a le cul entre deux chaises, entre la chanson acoustique et l’anglophone, un peu plus rock. Il y a une chanson que j’adore, qui parle d’une histoire d’amour entre Tom Waits et Betty Boop, écrite en 15 minutes..

Et ça se finit comment ?

Charlotte etc. : C’est compliqué ! (Rires)

Lorsqu’on regarde la jaquette de ce deuxième album, comme celle des démos actuelles, on peut se dire que l’artwork a une grande importance pour toi non ?

Charlotte etc. : C’est un ami d’un des musiciens avec qui je bossais sur l’album, c’est toujours une histoire de relation, pour la dernière jaquette des démos, c’est un ami du guitariste Yann Féry qui s’y est collé, cela se fait toujours naturellement. Comme mon emploi de comédienne en ce moment pour la pièce de Théâtre "Issue", c’est la première fois que j’ai un emploi de comédienne, c’est encore une rencontre et...

Et tu ne te reposes jamais ?!

Charlotte etc. : Non ! Et je n’ai même pas les moyens de prendre de la coke ! (Rires) Disons que c’est parti d’une idée de Yan Allegret, metteur en scène avec qui j’ai noué des relations fortes voilà deux ans, et qui en nous voyant sur scène avec Yann a décidé de nous mettre en scène dans une pièce écrite pour nous, "Issue".

Pour t’avoir vu récemment à l’Espace Jemmapes, j’ai l’impression que ton spectacle est hybride, entre la chanson et le théâtre, et ce mélange nourrit tes créations. Comment est venu ce melting-pot ?

Charlotte etc. : Yan Allegret était en résidence au Forum du Blanc-Mesnil, en banlieue parisienne, et j’étais en même temps en résidence chanson, je me suis donc intéressée à son travail et réciproquement. Nous sommes restés en contact, je lui offert mon disque, puis il a écrit "Issue" pour nous deux. C’est plutôt flatteur ! D’autant plus que nous ne sommes pas comédiens de formation, et le travail de Yann est incroyable, car tout est naturel chez lui, il n’a jamais travaillé la scène. Tu as des mecs comme ca tellement barrés qu’ils sont naturellement acteurs, comme Bowie par exemple, qui semble dégager un truc. Je ne trouve pas qu’on puisse ressentir ça en France de manière générale, les choses sont plus figées, et je dois même dissocier mes deux activités, musicienne et comédienne, car les médias sont très cloisonnés.

Cela peut également faire penser au travail scénique de Jasmine Vegas, avec qui tu es amie non ?

Charlotte etc. : Ce qui est drôle c’est que nous avons commencé quasiment en même temps, elle a commencé dans des bars, moi, aussi, à un moment donné elle a eu un trio, accordéon contrebasse clarinette, moi également. Puis elle s’est mise à l’électrique avec batterie, basse, et forcément j’en étais également là ! (Rires) Ce sont de drôles de coïncidences, nous sommes amies, même si nous n’avons jamais le temps de nous voir. J’ai un goût prononcé pour le théâtre, j’en ai fait étant jeune, mais jamais comme une profession. J’ai toujours considéré qu’il fallait un plus dans les concerts, et j’ai besoin d’un gros travail sur les lumières, étant de nature très «intérieure», timide un peu (pas tout le temps !). Une sorte d’habillage enrobage avec des lumières.

Des exemples d’artistes français qui t’ont marqué ?

Charlotte etc. : Forcément, Bashung est une pierre angulaire de ma culture musicale… Sinon Higelin, avec qui j’ai pris une grosse claque, et de la même manière Arthur H, tous ses spectacles sont hyper travaillés, et il est tellement zen que tout passe, tout semble naturel. Il se complique la vie pour le public, je me souviens d’un concert au Théâtre du Gymnase, à l’époque de Trouble-fête, vraiment magnifique. Bluffant. J’ai raté Tom Waits au Grand Rex voila quelques années, je le regrette mais bon…Bjork pareil…Sinon…dans la catégorie spectacle, M reste vraiment une référence en France, après on aime ou on aime pas, mais le spectateur s’en prend plein la gueule.

Quel retour as-tu eu par rapport à ton spectacle du Jemmapes ?

Charlotte etc. : Ecoute, des retours très tranchés en fait ! Ceux qui me suivent depuis le début, qui m’ont vu grandir, seule avec l’accordéon, et qui ne rentrent pas du tout dans l’univers, d’autres qui adorent, des gens qui découvrent et sont intrigués. L’alternative théâtre / chanson en a énervé quelques-uns, qui ont trouvé cela trop long, d’autres qui étaient sous le charme. Alors qu’avant j’étais plutôt consensuelle, à force de vouloir plaire à tout le monde…., j’essaye maintenant de faire réagir, que cela soit en bien ou en mal. Je préfère les artistes qui ont un univers tranché, c’est une question de maturité peut-être. Cela m’excite assez de déplaire ! (Rires).

Mais le format des concerts était un peu long, nous l’avons réaménagé au fur à mesure des soirées. Et tu as raison lorsque tu écris que Label Société n’est pas encore assez convaincante sur scène, alors qu’elle plait énormément sur disque. Nous n’avons pas encore réussi à la transposer en live en version duo.

J’aime bien voir les gens qui tiennent leur truc, n’en démordent pas, comme Marcel Kanche par exemple, très noir et barré, qui n’a jamais fait de compromis, c’est celui qui a écrit le texte "Qui de nous deux" de M, mais son univers n’a rien à voir. A coté je suis dix fois plus commerciale tu vois... Je respecte cette intégrité. Tu vois par exemple je ne trouve pas de label, peut-être que tout est lié (Rires)

D’où est venue cette forte influence anglo-saxonne, très Radiohead sur les guitares ?

Charlotte etc. : C’est Yann Féry qui m’a fait découvrir Radiohead, il a une énorme culture anglo-saxonne, et c’est ça le bonheur des apports mutuels. Découvrir le monde d’un autre. Et le travail de Yann, ses influences, ont forcément modifié ma façon de composer. Surtout par rapport à Bouquet d’Epines, à l’époque on comparait un de mes titres (histoires d’ex) à l’un du premier album de Camille, alors que moi je préfère le deuxième (Rires). Lorsque je parle d’intégrité, il faut tout de même voir que le précédent album a très bien marché, mais m’a également coûté très cher. Et sans label il est très dur de construire un projet rentable.

L’écriture peut être assez douloureuse. Quand je vois le travail de Jean Fauque… du boulot…y’a pas de secret…. J’aime bien écrire sur des thèmes sensibles…un titre comme "J’ai de la chance" est un thème à la fois triste et gai, qui parle des mésaventures (quasi surréalistes) d’une femme à qui il arrive les pires galères, mais qui garde toujours l’espoir…la naïveté ?, d’autres chansons sont écrites en anglais, si on les traduisait en français ce serait chaud ! Mieux vaut qu’elles soient en anglais (Rires).

Il y en a une qui s’appelle "Just a little more", avec les paroles "Will you come" qui reviennent et reviennent.. Pas la peine de te traduire (Rires). Peut-être que j’écrirai un jour en allemand, tout est ouvert. J’écris de manière générale sur des thèmes qui me touchent, mais qui ne sont pas des catharsis de ma vie personnelle. C’est un mode d’expression avant tout. Je suis super heureuse dans ma vie je te rassure ! J’ai simplement besoin de choses fortes.

La suite Charlotte?

Charlotte etc. : Je suis actuellement sur un projet de compil, des covers pour un célèbre groupe de new wave londonien. Tout a commencé via une rencontre sur myspace, et je ne peux pas te dire qui c’est, c’est encore confidentiel, mais je suis très très flattée… Je suis actuellement en train de transcrire le texte pour l’adapter correctement, l’album devrait sortir aux USA et en Angleterre. Chut c’est un secret !

Les Jeunesse Musicales de France m’ont également proposé de collaborer au projet " Un deux trois Chedid", collection des œuvres de la famille qui sera présenté au jeune public - et aux autres - à partir du printemps 2007. J’espère que les Chedid seront là ! Sinon, je fais la Bande Passante RFI au Triptyque le 8 janvier 2007, avec Franck Monnet, que j’adore, encore une fois c’est une belle expérience encore.

Au fait Charlotte, pourquoi "Charlotte etc. ?

Charlotte etc. : Tu te doutes qu’on m’a souvent confondu avec Charlotte Gainsbourg. Mais Charlotte est mon vrai prénom. Et le fait de rajouter etc., contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, n’est pas une façon de profiter de quoi que ce soit. Comme je le vois, c’est une porte ouverte, trois petits points de suspensions qui introduisent le spectateur dans mon univers…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Charlotte etc en concert à l'Espace Jemmapes (7 novembre 2006)
Charlotte etc en concert à l'Espace Jemmapes (8 novembre 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Charlotte etc

Crédits photos : DR


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Charlotte Etc. (10 février 2009)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=