Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mono - Le Diktat
Le Korigan  (Aix en Provence (Bouches du Rhône))  3 décembre 2006

Date improbable pour le quatuor japonais Mono en ce début de décembre : Aix-en-Provence. Deuxième date française d’une tournée européenne commencée un mois plus tôt. Premier passage au Korigan, café-concert modeste de 200 places, au look épuré et à la scène exiguë. A croire que les groupes de post-rock vont enfin cesser d’éviter le sud-est. On se prend à rêver.

En première partie, Le Diktat projet solo (ce soir-là, en tout cas) d’une électro-indus relativement peu enthousiasmante - pour ne pas dire : poussive ; assénée non sans conviction, mais avec peu d’inventivité. Une tasse de thé for peu à mon goût, qui n’aura pas ce soir-là rencontré son public. Applaudissements polis - salut poli - entre gens de bonne compagnie, on reste poli.

Barrière culturelle, affectation post-rockéenne, réserve personnelle, l’entrée en scène de Mono a quelque chose d’incompréhensiblement froid. Une absence totale. Assis ou debouts, les musiciens après une rapide installation se tiennent raides, les visages cachés par leur cheveux, d’une absence totale.

S’il y a quelque chose d’horriblement austère dans cette attitude, n’est-ce pas cependant pour mieux servir quelques notes dépouillées, une mélodie belle de lenteur et de vide ?

N’est-ce pas pour mieux laisser naître et saisir quelque chose de l’ordre de la transe ? Comme si ce vide et cette lenteur ne savaient qu’enfler, se crever avec frénésie dès lors qu’on les laisse vivre.

On a beau être prévenu, connaître par cœur la formule, que d’aucuns diront ressassée, ce plan depuis longtemps élevé au rang de standard d’un post-rock pour manuels scolaires, le schéma canonique de l’alternance entre le calme et l’explosion, la douce furie splendide - on a beau s’y être préparé, l’avoir attendu, appelé, tant guetté, il y a toujours quelque chose de saisissant dans l’énergie brute qui s’en dégage. Saisissant de voir ces corps fantomatiques, privés de visages, privés de vie, trembler soudain, chanceler, perdre l’équilibre jusqu’à chuter réellement, poussant de déchirants hurlements venus du plus profond des entrailles de leurs instruments.

En la matière, les compositions de Mono font figure d’exercice de style. Plus exactement : feraient figures d’exercice de style si elles ne portraient pas en elles une évidente étrangeté - et ceux qui ont déjà prêté l’oreille à de la musique traditionnelle japonaise verront de quelle étrangeté je parle - de cette étrangeté au sens propre, culturelle, qui fait que l’on ne sait trop d’où tout cela vient, ni où tout cela va.

On peut en effet écouter Mono d’une oreille distraite, attendant à chaque note douce égrenée sur l’un ou l’autre des guitares qu’enfin tout cela en arrive à son paroxysme.

Ecouter Mono, en somme, comme un énième suiveur appliqué mais sans originalité de la recette de maîtres plus grands que lui. Mais on peut aussi prêter l’oreille, attentivement, à la suite de ces notes, essayer de la saisir pour elle-même.

On entendra alors, réellement, autre chose - autre chose qu’une musique (simplement) nord-américaine, par exemple. Autre chose, tout à fait, que l’élaboration croissante des compositions du groupe donne de mieux en mieux à entendre ; et qui s’est livré, avec intensité et authenticité, ce soir-là, une heure durant, à un public recueilli et ravi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Walking Clouds and Deep Red Sky Flag Fluttered and the Sun Shined de Mono
La chronique de l'album Holy Ground : New York City Live with the Wordless music orchestra (CD + DVD)   de Mono
La chronique de l'album For My Parents de Mono
Mono en concert au Festival de Dour 2006 (dimanche)
Mono en concert à Glaz'Art (27 mars 2009)
Mono en concert au Festival Furia Sound 2009

En savoir plus :

Le site officiel de Mono
Le site officiel de Le Diktat

CXrédits photos : Cédric chort (Plus de photos sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=