Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mogwai
Interview  (Paris)  5 juin 2003

Le groupe écossais Mogwai, qui a participé au dernier excellent album d'Arab Strap, sort son nouvel album Happy Songs for Happy Peoplele 9 juin prochain. Avant son concert à l'Elysée Montmartre, le 5 juin 2003, Barry Burns, guitariste, chanteur et pianiste, qui avait déjà répondu par mail à notre interview en avril dernier, s'est entretenu en direct live avec Loopkin.

Votre prochain album ne sort que dans quelques jours mais vous êtes en tournée depuis quelques temps déjà, est ce un choix?

En fait on voulait partir en tournée avant que l'album ne sorte. Nous faisons généralement quelques concerts avant la sortie de l'album, principalement pour essayer les nouvelles chansons en concert et voir si elles fonctionnent.

Pendant l'enregistrement, pensez-vous déjà à la transposition des morceaux en live?

Nous ne pensons pas en ces termes, les morceaux étant assez différents en live par rapport aux concerts. Ceci pour différentes raisons : ne serait ce parce que ce ne sont pas les mêmes personnes qui jouent. Par exemple je joue de la guitare sur un titre mais je ne peux pas le faire en concert car en même temps je dois être au piano ; donc en concert, John me remplace à la guitare. De fait, chacun joue donc différemment. Par ailleurs, nous n'avons pas le même équipement sur scène qu'en studio. Enfin, c'est bien de changer pour la scène.

En revanche, je préfère les concerts. A vrai dire c'était vraiment usant en studio, c'est beaucoup moins amusant. Ca fait plaisir quand le disque est fini, mais c'est très emmerdant à faire. On s'emmerde facilement il faut dire (rires).

Vos concerts sont très "bruyants" au niveau décibels...

On aimerait jouer fort en France ou en Hollande mais ils ne nous laissent pas le faire. Ailleurs cela ne pose pas de problèmes. En fait c'est juste qu'on aime ça, cela nous donne une chance de... je ne sais pas... d'abîmer les oreilles des gens (rire dément). Nous avons plus de contrôle dans ces situations, les gens sont forcés de nous écouter sauf s'ils quittent la salle. Par rapport à l'écoute du disque, c'est plus attirant et plus intéressant, je pense que c'est bien mieux de nous voir en live que se contenter de l'écoute des disques. Mais c'est juste mon avis.

Mais cela force le public à utiliser des protections auditives...

Tu n'en aura pas besoin. Ce sera assez calme ce soir, à cause des limites. Ca ne sera pas si fort, ce ne sera pas une hécatombe (rire dément). Dans d'autres pays, on peux le faire. Le truc c'est que tu ne peux pas sentir les basses sinon (il se frappe la poitrine), et se sentir exister tous ensemble et prendre son pied. Le groupe est là, le public est là, ils n'ont rien à voir si on veut mais nous sommes réunis pour une unique chose : c'est ça qui est important.

Ce qui est essentiel c'est l'existence d'une interaction entre le groupe et le public. Ils nous regardent et nous les voyons, tous ensemble : c'est une bien meilleure situation d'écoute que sur disque. J'adore jouer en concert. C'est sans doute la chose préférée pour Mogwai.

Quand vous entrez sur scène vous êtes presque métamorphosés, très sérieux.

C'est parce que nous avons vraiment besoin de nous concentrer, car nous ne sommes pas des musiciens "excellents", c'est assez clair, on est pas Tortoise. On essaie juste de bien jouer et de se concentrer car cela nous bouleverse... enfin non pas vraiment , mais ça nous ennuie de mal jouer.

Par exemple on ne boit pas ou on ne fume pas avant un concert car on prends les choses au sérieux, les gens ont payé pour être là et pour nous voir. On est beaucoup plus professionnels qu'on ne l'était il y a quelques années. On s'amuse encore mais on prend les choses beaucoup plus au sérieux maintenant.

J'aime ça, je ne sais pas pourquoi mais j'aime ça. Je pense que la plupart des groupes que je connais préfèrent jouer en live par dessus tout. Je ne sais pas pourquoi, dur à expliquer. Si on prend du recul, les gens qui aiment Mogwai ne considèrent pas les disques comme la chose la plus importante, mais bien le groupe en concert. Mais les disques permettent d'atteindre des gens qui ne peuvent pas nous voir en concert, par exemple on ne va pas aller jouer à Hong-Kong ou dans des endroits de ce genre...

Que penses de la taille des salles dans laquelle vous jouez désormais?

Cette taille de salle est bonne (se retournant vers la scène de l'Elysée Montmartre que l'on domine depuis le balcon), peut être un tout petit peu trop grand : les salles plus petites sont plus adaptées car... je préfère tout simplement. Quand nous avons commencé à jouer dans des plus grandes salles, cela ne m'a pas plu à cause du nombre de gens et puis du son, beaucoup de réverbérations : cela sonne un peu comme les groupes mods (rires). On n'avais jamais joué ici avant, je crois... ça a l'air assez grand en fait. Le son ne doit pas être terrible mais nos ingénieurs du son sont supers ils vont arranger ça.

Quelle est la place des paroles chez Mogwai?

On utilise uniquement les voix comme un autre instrument, on fait attention aux sens des mots qu'on utilise, mais cela n'a pas vraiment importance. Tu sais cette chanson sur l'album "Boring machines disturb sleep', je chante dessus et cela m'a pris 5 minutes pour le faire, de force, trouver les mots et les chanter. On aime pas cela, chanter. J'utilise aussi des vocoder, en live aussi. Mais ce n'est pas très important. C'est juste du bruit, sans message.

Et le "Music is bigger than words and wider than pictures" sur Young Team...

Ah oui! C'était très bon. En fait c'était un coup de chance. A l'origine c'est un ami norvégien qui a traduit ça et on s'est rendu compte que c'était terrible et étrange en même temps. C'est une bonne chose d'utiliser des samples parlés et cela peut fonctionner très bien avec la musique.

On n'en a utilisé quelques fois effectivement : par exemple pour le discours de Iggy Pop on a créé une musique spécifique (punk rock) ; pour "Help both ways" la musique avait été faite avant et on a rajouté les voix par dessus. On essaye beaucoup de choses pour voir si ça marche, on essaye et on se plante. Beaucoup d'échecs à vrai dire (rires ).

Après avoir travaillé avec Steve Albini et David Fridmann, vous avez fait appel à Tony Doogan. Quelle a été sa participation?

Tony nous a aidé sur le dernier l'album et le dernier EP, il a aussi enregistré pour Rock Action dans le studio de Dave Fridmann. C'est un bon ami. Il vit dans le même appartement que John et Martin. Il a joué avec Belle & Sebastian aussi, il est vraiment doué dans son domaine. On voulait surtout faire l'album à Glasgow, pour qu'on puisse rester à la maison. Dormir dans nos propres lits (rires amusés) et aussi pour prouver qu'on pouvait le faire à la maison s'en se mettre une tête tous les soirs (rires de connaisseurs). On a pu se prouver qu'on était assez professionnels. Qu'on avait grandi un peu.

Vous aimeriez travailler avec d'autres producteurs comme McEntire ou O'rourke.

Oui. Jim O'Rourke est vraiment quelqu'un de fort, très intelligent. On aimerait travailler avec lui parce que son dernier album sonne tellement bien, "Insignificance", même si tu n'aimes pas les chansons, et je les aime, cela sonne vraiment d'une manière incroyable. Il fait un travail excellent. Je pense que c'est intéressant de travailler avec des personnes différentes, et c'est plus agréable. Steve Albini était vraiment très enthousiaste et sympathique, il nous a beaucoup aidé, vraiment quelqu'un de très doué. En réalité Tony n'a pas vraiment produit ce disque, il l'a juste enregistré. Personne ne produit sur l'album, c'est juste les cinq membres du groupe et un ingénieur du son, pas de production.

Sur certains autres disques cela a été plus important : Dave Fridmann avait composé certains arrangements de cordes et a donné des idées pour le disque, il était tout comme un membre du groupe. A chaque album on veut faire quelque chose de différent et changer sans cesse.

A propos de All Tommorrows Parties (mythique festival anglais indépendant organisé chaque année par un groupe, Mogwai reparticipe l'an prochain en compagnie de Shellac et de Tortoise ), vous aviez lancé ce festival en 2000...

En fait non, Belle & Sebastian a fait la première version du festival. Mais ca ne s'appelait pas encore All Tommorrows Parties. C'était une sorte de pilote pour le festival, déjà avec Barry Hoogan et au même endroit que maintenant (Camber Sands près d'Hastings). Ils voulaient juste faire un one shot au départ et puis ils se sont rendu compte que c'était une bonne idée. Donc on a enchaîné l'année suivante.

En fait cette année là on avait choisi uniquement la moitié des groupes qu'on voulait car ils étaient déjà pris. Mais on va le refaire l'année prochaine et cette fois ci ca va vraiment être génial. C'est vraiment important pour nous, je pense que c'est tout simplement une excellent idée, avec des groupes beaucoup moins mainstreams. Par exemple Shellac l'avait fait l'an dernier, et c'était vraiment incroyable : beaucoup de groupes dont je n'avais jamais entendu parlé auparavant, c'était vraiment super.

L'année prochaine se sera vraiment différent par rapport à la fois précédente. Par exemple on n'a même demandé au Funkadelik de venir jouer (rires), mais je ne penses pas qu'ils viendront. Sinon peut être the Cramps et des tas de groupes bizarres que je ne suis pas sûr d'avoir. On n'a pas encore parlé avec Shellac et Tortoise mais on a vu leurs listes de groupe et on s'est rendu compte que l'on avait beaucoup de noms identiques donc on s'est dit putain ils ont tous les bons groupes! Des trucs vraiment barrés et différents auxquels on avait pensé.

Ah je n'arrive pas à me rappeler des noms de ces groupes... "Je suis très désolé" (en français en se prenant la tête entre les mains)... Ce sera tout ce qu'il y a de meilleur au final. Dans les faits chaque membre de Mogwai a juste donné une liste de quatre groupes qu'on voulait voir, et si ils peuvent, alors ils y seront. La seule source de querelle sera le partage des chambres d'hôtel (rires).

Vous avez aussi crée votre propre label Rock Action.

(Grognements). Oui c'est vraiment un travail difficile. Très difficile. Nous avons signé Kling Klang...(et James Orr Complex qui fera votre première partie). Oui, il est incroyable. Un garçon très intelligent. Et aussi Part Chimp de Londres, qui sont fantastiques, et aussi Envy qui vient du Japon, et qui va sortir un disque bientôt...

En fait le tout premier single de Mogwai était sorti sur Rock Action et puis depuis plus personne ne s'en était soucié. Peu de temps après SouthPaw/Pias nous ont racheté le label. Et l'an dernier ils nous ont proposé de racheter Rock Action et on a accepté. Donc on possède entièrement Rock Action désormais. Ce qui est dangereux car ça pourrait tous nous baiser à cause de l'argent en jeu. (rires) C'est vraiment quelque chose qu'on avait envie de faire. C'est vraiment frustrant de voir tant de bons groupes qu'on adore et de ne pas avoir de maisons de disques pour les signer et les aider. Par exemple John a produit l'album de Part Chimp pour les aider car c'était peu cher et au final cela sonne vraiment bien. Je suis très content qu'on ait ce label et que cela fonctionne.

Est ce que vous pensez que le label pourrait survivre à Mogwai?

Je pense que oui. Car nous n'utilisons plus l'argent de Mogwai pour le financer. Nous n'avons pas de problème de conscience concernant l'argent. Quand quelqu'un nous demande d'utiliser notre musique dans une publicité, on ne refuse jamais : on est pas comme Fugazi on s'en branle d'être dans une pub, tout ce qui nous intéresse c'est la musique et que le plus de monde possible en profite. On gagne de toutes façons moins que nos amis qui ont un emploi normal.

Avant on devait mettre l'argent de Mogwai dans Rock Action, mais maintenant c'est plutôt séparé. En fait ca fonctionne de manière assez simple. Car les groupes sur Rock Action ont des agents. Donc on leur permet juste d'avoir accès à une plus grande audience et d'aller de l'avant. Il n'y a pas de compromis de notre part. Donc cela fonctionne bien. Beaucoup mieux que nous ne l'anticipions au départ à vrai dire.

Votre album "Happy Songs for Happy People" devait s'appeler "Bag of Agony", pourquoi ce titre et l'avoir changé?

En fait on avait choisi par bravade, pour se moquer. Au départ c'était un truc que j'avais vu à la télévision dans une comédie de Crosby, il parlait de la drogue et il disait qu'un sachet de cocaïne était un "Bag of Agony", et cela nous a paru très drôle. Et puis après on s'est rendu que c'était pas si drôle. Donc au final on n'avait plus que dix minutes pour décider le nom du titre car on avait la maison du disque au téléphone. Stuart pour blaguer leur a demandé : pourquoi ne pas l'appeler "Happy songs for happy people", puisque justement ce n'est pas le cas (rires) et sans doute que les gens qui écoutent Mogwai ne sont pas très heureux non plus (rires en cascades). En fait la plupart des trucs qu'on fait sont des blagues, à part la musique. On est assez blagueurs.

Avez vous déjà préparé la setlist du concert de ce soir?

On la fait une heure avant d'habitude. Quand les managers se ramènent en nous gueulant après pour avoir une setlist (rires) et là on en fait une. En fait on change tous les soirs, à part la première et la dernière chanson car on pense qu'elles sont bien à eur place mais on change tout le reste.

Et vous finissez toujours par My Father, My King?

Non on ne la joue plus, enfin on la jouera peut être ce soir mais je ne pense pas que l'on ait envie de la jouer alors qu'on ne peut pas jouer fort, donc on va plutôt faire des titres plus calmes. On pourra quand même faire des titres comme "Xmas Steps" mais c'est dur de prendre son pied dessus si ca n'est pas joué vraiment très fort.

Vous utilisez des protections auditives je suppose?

En fait j'ai des écouteurs dans les oreilles pour entendre tout le groupe, comme si c'était sur disque. C'est assez bizarre, je ne les utilise que depuis quelques semaines, Dominic me les a conseillé, le son est très pur et sans les réverbérations de la salle. Et puis il y a une chanson qui est entièrement calé sur un tempo sur ordinateur avec un séquenceur et ainsi je peux entendre le clic du tempo sans que le public n'entende ce son horrible. C'est très pratique.

Stuart utilise des protections auditives. Le problème c'est que si tu supportes ce volume tous les jours, c'est dangereux cela te rend sourd avant d'avoir trente ans. Je ne veux pas être sourd, je veux pouvoir continuer à écouter de la musique. C'est une précaution.

Sur une de vos guitares on peut lire "Don't mess with Texas!"...

(il éclate de rire) C'est en même temps une blague et cela permet de faire un passer en message sur ce que tout le monde pense en Angleterre. Peut être est ce une mauvaise idée, on est rempli de mauvaises idées parfois. Je ne pense pas que quiconque aussi bien en France qu'ailleurs pense que ce soit une bonne idée d'aller tuer les Irakiens, ça fout les jetons. Et surtout on n'a pas demandé notre avis. Je suis content que la France se soit opposé. Tony Blair a été plus bas que tout. As tu déjà vu Georges Bush à la télé, il ressemble à un singe et il est tellement stupide et fat. Je pense que Tony Blair aurait du essayer de calmer Bush. Il a fait des tas d'erreur, récemment on a appris qu'il avait manipulé les services secrets britanniques. J'espère qu'il ne sera pas réélu mais qu'il y ait un parti plus à gauche, vraiment socialiste et pas si au centre, si proche des soucis de la droite.

Est ce qu'il y a point que l'on a pas abordé que tu voudrais développer?

Oui. Fais passer le message pour que le plus de personnes en France se plaignent de ce règlement ridicule qui empêche de jouer aussi fort qu'on le veut. Pour nous, les amplis ne sonnent pas bien si tu ne les mets pas à fond, on ne peut jouer notre musique comme on veut.

Dans ce pays on peut mettre des prostitués dans la rue mais on ne peut pas monter le volume des guitares, c'est complètement dingue! Les gens dans la salle peuvent mettre des bouchons si ça les dérange. (Tu fais référence à l'incident du Café de la danse d'il y a deux ans?) Oui tu étais là? C'était marrant! (rires). En même temps, je comprends en même temps, mais à Glasgow il y a des salles dans laquelle tu peux jouer très fort sans qu'il y ait de nuisances à l'extérieur . Je pense qu'il faudrait dépenser plus d'argent pour isoler les salles et nous permettre de jouer normalement comme dans les autres pays.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happy songs for happy people de Mogwai
La chronique de l'album Mr Beast de Mogwai
Mogwai parmi une sélection de singles (été 2006)
La chronique de l'album Zidane : A 21st Century Portrait de Mogwai
La chronique de l'album The Hawk is Howling de Mogwai
La chronique de l'album Special Moves de Mogwai
La chronique de l'album Hardcore will never die but you will de Mogwai
La chronique de l'album Les Revenants OST de Mogwai
La chronique de l'album A wrenched virile lore de Mogwai
La chronique de l'album Rave Tapes de Mogwai
La chronique de l'album Central Belters de Mogwai
La chronique de l'album Every Country's Sun de Mogwai
Mogwai en concert à l'Elysée Montmartre (5 juin 2003)
Mogwai en concert à La Laiterie (9 avril 2006)
Mogwai en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Mogwai en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Mogwai en concert à l'Olympia (30 septembre 2006)
Mogwai en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Mogwai en concert à L'Aéronef (vendredi 18 mars 2011)
Mogwai en concert au Trianon (jeudi 17 mars 2011)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
Mogwai en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet
L'interview de Mogwai (Avril 2004)
L'interview de Mogwai (décembre 2005)
L'interview de Mogwai (8 juillet 2008)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=