Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Blood Arm
La Flèche d'Or  (Paris)  11 décembre 2006

Quelques semaines seulement après leur passage à la Boule Noire, The Blood Arm sont redescendus sur terre à la Flèche d’Or avec des refrains par milliers dans leurs boots.

Si l’affaire semblait entendue à l’écoute de Lie lover lie, brûlot incendiaire pop rock à la Louis XIV ricain, l’analyse se corse en live, car comme leurs compères de Franz Ferdinand, la bande de Nathaniel Fregoso déploie sur scène une énergie folle. Une envie d’en découdre avec les jeans slim et les groupies qui les portent. Les subissent peut-être.

Ainsi donc, le live de The Blood Arm est brutal et, pardon de la comparaison binaire, parvient comme Franz à imposer ses refrains et gimmicks simplistes et viscéraux. "Accidental Soul" débute et le public sous le charme cède aux tentations du bellâtre, sosie de Morrison Jim dans l’attitude (et les kilos superflus). Qu’importe, les californiens distillent un pop-rock totalement américain, straight to the point, qui touche au but sur "Suspicious character", avec ce genre de mélodies qui collent à la peau comme les méduses en été à la Baule. “I like all the girls/And all the girls like me” clame Nathaniel, et l’on sent les plus jeunes très humides dans leurs soutiens-gorge.

Même pour les rockers les plus blasés, l’aventure semble intéressante, marquée par un "Angela" carrément chanté assis au milieu de la foule par un Nathaniel crooner, sorte d’Adam Green de la côte Ouest. "Ceci est la plus belle chanson d’amour de tous les temps" plaisante le chanteur, certaines têtes approuvent, d’autres dodelinent, le public est bien. Avec son introduction à la Supertramp, "The Chasers" casse les derniers préjugés, The Blood Arm est un putain de groupe de scène, emmené par un clavier exemplaire, ponctuant la mélodie de richesse et de contrepoint.

Après un "Do I have your attention" un peu convenu, The Blood Arm retrousse ses manches et envoie la sauce avec un "Ps I love you but I don’t miss you" à grande envergure, confirmant finalement que le rock américain n’est pas encore six pieds sous terre.

Sauvage, brut sans décoffrage, The blood arm finit son set avec un chanteur littéralement possédé, debout sur le bar, criant que c’est le plus beau moment de sa vie, là, à l’instant présent.

Une manière de jouer avec les mots, une façon d’être qui rappelle étrangement plus les Doors, avec une sublime Dyan Valdes aux claviers en guise de Manzarek, que les Franz Ferdinand à qui ils sont souvent comparé. Well done The Blood Arm…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Blood Arm parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Blood Arm en concert au Festival Les Inrocks 2006

En savoir plus :

Le site officiel de the Blood Arm


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=