Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Blood Arm
La Flèche d'Or  (Paris)  11 décembre 2006

Quelques semaines seulement après leur passage à la Boule Noire, The Blood Arm sont redescendus sur terre à la Flèche d’Or avec des refrains par milliers dans leurs boots.

Si l’affaire semblait entendue à l’écoute de Lie lover lie, brûlot incendiaire pop rock à la Louis XIV ricain, l’analyse se corse en live, car comme leurs compères de Franz Ferdinand, la bande de Nathaniel Fregoso déploie sur scène une énergie folle. Une envie d’en découdre avec les jeans slim et les groupies qui les portent. Les subissent peut-être.

Ainsi donc, le live de The Blood Arm est brutal et, pardon de la comparaison binaire, parvient comme Franz à imposer ses refrains et gimmicks simplistes et viscéraux. "Accidental Soul" débute et le public sous le charme cède aux tentations du bellâtre, sosie de Morrison Jim dans l’attitude (et les kilos superflus). Qu’importe, les californiens distillent un pop-rock totalement américain, straight to the point, qui touche au but sur "Suspicious character", avec ce genre de mélodies qui collent à la peau comme les méduses en été à la Baule. “I like all the girls/And all the girls like me” clame Nathaniel, et l’on sent les plus jeunes très humides dans leurs soutiens-gorge.

Même pour les rockers les plus blasés, l’aventure semble intéressante, marquée par un "Angela" carrément chanté assis au milieu de la foule par un Nathaniel crooner, sorte d’Adam Green de la côte Ouest. "Ceci est la plus belle chanson d’amour de tous les temps" plaisante le chanteur, certaines têtes approuvent, d’autres dodelinent, le public est bien. Avec son introduction à la Supertramp, "The Chasers" casse les derniers préjugés, The Blood Arm est un putain de groupe de scène, emmené par un clavier exemplaire, ponctuant la mélodie de richesse et de contrepoint.

Après un "Do I have your attention" un peu convenu, The Blood Arm retrousse ses manches et envoie la sauce avec un "Ps I love you but I don’t miss you" à grande envergure, confirmant finalement que le rock américain n’est pas encore six pieds sous terre.

Sauvage, brut sans décoffrage, The blood arm finit son set avec un chanteur littéralement possédé, debout sur le bar, criant que c’est le plus beau moment de sa vie, là, à l’instant présent.

Une manière de jouer avec les mots, une façon d’être qui rappelle étrangement plus les Doors, avec une sublime Dyan Valdes aux claviers en guise de Manzarek, que les Franz Ferdinand à qui ils sont souvent comparé. Well done The Blood Arm…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Blood Arm parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Blood Arm en concert au Festival Les Inrocks 2006

En savoir plus :

Le site officiel de the Blood Arm


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=