Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Klaxons
Virgin Megastore  (Paris)  2 février 2007

Vingt heures passées de quelques minutes. A peine sortie de table et confortablement lovée devant son téléviseur, la ménagère du huitième avale paisiblement le journal de Claire Chazal et ses rengaines habituelles. Avant de zapper sur France 3 pour le téléfilm du samedi. Une folle soirée en perspective ...

À quelques encablures de là, micro autour du cou, c’est le moment que choisit Simon des Klaxons, pour se lancer dans un raid au milieu du public. Et de faire voler en éclat les délimitations savamment établies jusque là entre les spectateurs par deux douzaines d’intraitables molosses.

Apogée d’un showcase au Virgin Mégastore des Champs aux allures de répétition générale avant le lancement d’une conséquente tournée européenne. Efficace, frais, spontané …

En provenance d’Angleterre évidemment. Voilà le scoop de cette journée : Klaxons sera le groupe de l’année 2007. En quelques mois seulement, les londoniens ont totalement anesthésié la concurrence en la renvoyant à son niveau. Rayon nains de jardin. A l’instar des Arctic Monkeys l’an passé.

Mais pourquoi un tel engouement ? Pourquoi une telle unanimité autour de ces jeunes gens ? Etrange sentiment que de sortir séduit par une prestation, à bien des égards, imparfaite. Tentatives d’explications. Quarante minutes plus tôt, les clients pressés traversaient encore indifféremment le hall du Virgin des Champs. Puis le trio, augmenté d’un batteur très Jesus & Mary Chain, fit son apparition.

On attendait des joggings fluos, des lumières chamarrées, des gosses surexcités ... Rien de tout ça en réalité. De couleurs sombres, leurs fringues restent d’une banalité affligeante. Les éclairages font cheap. Passés les hurlements de bienvenue, un calme navrant envahit les premiers rangs. Pour parachever le tableau, l’acoustique de l’endroit s’avère absolument déplorable. Pas brillant comme début … Bon alors, les Klaxons bêtes de scène ? Chaque jour un peu plus …Même s’ils rament actuellement loin derrière leurs compatriotes de Forward Russia ou encore The Automatic.

Cependant, un potentiel énorme se dessine, à peine enfouit, prêt à jaillir ! L’actuelle formation timide et hésitante ne manquera pas de se muer durant les prochains mois en une redoutable machine de guerre prête à enflammer les festivals estivaux. Une question de pratique en somme. Et les chansons dans l’histoire ? Elles demeurent sans conteste le principal atout du groupe.

Leur approche totalement déstructurée, éloignée des schémas mélodiques classiques, amène un peu de fraîcheur dans le paysage actuel. Tout comme des influences lorgnant vers la fin des années 80 : grunge naissant et scène de Madchester à l’avant-garde. D’où cette impression de relative nouveauté. Concernant les compositions, d’importantes similitudes existent dans la construction des titres : intro de basse crade ou attaque de clavier hyper aiguë.

Dans le premier cas, on citera "Forgotten Works" et surtout "Gravity’s Rainbow" porté par un riff apocalyptique. Dans l’autre, "Atlantis to Interzone" et ses sirènes hurlantes déchirant le plafond semble la plus parfaite illustration. Pourtant, les sales gosses savent aussi faire dans le tube pop imparable : "Golden Skans", idéale pour calmer le jeu entre deux pogos. A force d’enchaîner les tubes ("As Above So Below" ou encore "Magick"), le public finit par sortir de sa torpeur jusqu’au final sus cité. Quel dommage que le son n’ait pas été à la hauteur …

Voilà, c’en est fini pour Klaxons aujourd’hui. Les prévoyants ont déjà pris rendez-vous dans cinq semaines pour un Trabendo d’ores et déjà complet. Sans tambour ni trompettes. Pouet. Pouet.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Myths of the near future de The Klaxons
Klaxons parmi une sélection de singles (décembre 2007)
La chronique de l'album Surfing the Void de Klaxons
Klaxons en concert au Festival Les Inrocks 2006
Klaxons en concert au Festival Les Trans 2006 (Vendredi)
Klaxons en concert au Festival Les Volcaniques de Mars 2007
Klaxons en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
Klaxons en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Klaxons en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
Klaxons en concert au Festival International de Benicàssim #16 (samedi 17 juillet 2010)
Klaxons en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Klaxons en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Klaxons en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Samedi 15 septembre

En savoir plus :

Le site officiel de The Klaxons


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=