Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Travis
Conférence de presse  (Route du rock 2003)  aout 2003

Quel effet cela vous fait-il de revenir à la Route du rock 6 ans après votre premier passage ?

Fran Healy [chant]: C’est très gratifiant de revenir jouer ici. J’ai beaucoup aimé toutes les choses qui se sont déroulées depuis, et je trouve cela très fortifiant de revenir dans le lieu où nous avons débuté, au début de notre succès, ce lieu est un peu comme une référence.

Pourquoi avez-vous travaillé sans producteur cette fois-ci ?

F.H. : Ce n’était pas un choix délibéré. 7 mois après l’accident du batteur, nous avons décidé de partir en vacances avec un peu de matériel, mais sans aucune arrière pensée quant à un hypothétique disque à enregistrer. Mais au moment du départ, nous avons trouvé opportun le fait de se retrouver ensemble, au calme, et donc nous avons décidé d’enregistrer là-bas le travail fourni. Mais la raison principale de ce voyage n’était pas l’enregistrement d’un disque, mais nous devions nous retrouver. Cet accident avait totalement déstabilisé le groupe, quasi détruit. Nous voulions nous redécouvrir et réapprendre à s’aimer.

Le son de Travis a considérablement évolué, il est devenu plus pop, plus soft. Pourrat-on un jour retrouver le son de "Good feeling" ?

Neil Improse [batterie] : C’est impossible de le dire, c’est impossible de dire à quoi nous ressemblerons dans cinquante ans ! Quand nous enregistrons, on ne part pas avec un plan du genre : ce disque sera plus rock. Cela dépend de notre humeur.

"The Name Who" est dédicacé à Charlie. Qui est Charlie, c’est un chat ?

F.H. : Un de nos amis à Hambourg possède un chien, un labrador, et c’est le chien le plus joyeux que nous ayons jamais vu. Ce nouvel album est dédié au chirurgien qui a opéré la tête de Neil.

Cette mise au vert a influencé les ambiances de l’album ?

F.H. : Oui certes, mais c’est plutôt le fait de se retrouver tous les quatre ensemble qui a conditionné les chansons de l’album. Nous nous sommes isolés pour nous reconstruire. Pour "The Man Who" nous étions allés à L.A., ce qui a rendu un album plus cool, plus près des gens. Là nous étions en pleine campagne, sans rien autour, sans télé.

L’ambiance de l’album sera donc plus triste ?

F.H. : Non, cela ne veut rien dire. L’album sera totalement différent de nos précédentes productions. Cet album est comme un résurrection, se retrouver isolés tous ensemble nous a ouvert de nouvelles voies.
Nous avançons par palier. "Good feeling" nous a propulsé sur un premier palier, puis nous acons encore franchi une marche avec "The Man Who", que nous avons encore exploré avec "The Invisible Band", et là je pense que nous avons encore franchi un palier.

Est-ce que le nouvel album ressemble à la musique que vous aimez entendre ?

F.H. : En fait, même si j’écoute beaucoup de musique, je n’en achète pas. Je n’ai pas d’influences très pointuse en matière de musique.
Le nouvel album est très dense, je pense. Il y aurait des choses à dire tant musicalement que textuellement. Il y a cette chanson, "Piss the fuck out !» (barrez vous !) qui apporte une dimension politique. D’ailleurs, je ne suis pas un britannique, je me considère comme un écossais européen.

Quelle est cette histoire qui a été racontée par le NME où vous vous rendez dans un stade pour faire faire quelque chose au public ?

F.H. : C’était pour la chanson "Piss the fuck out !», quand nous avions terminé la chanson en studio j’ai eu cette idée folle de chanter dans un stade et la foule reprenant le refrain…

N.I. : : Vous devez admirer son courage, faire chanter une chanson inconnue à des supporters écossais, ce n’est pas évident !

F.H. : D’ailleurs, il y a une anecdote au stade. Quand je me suis rendu sur la pelouse pour faire chanter la foule, les arroseurs automatiques se sont mis en marche, mon ingénieur du son s’est mis à crier "attention, attention aux jets d’eau" et moi je courrais partout pour éviter la flotte ! Sur l’album le son de la foule sonne très bien.

Avez-vous entendu parlé du cover de "Sing" réalisé par la chorale belge Scalla ?

F.H. : Non … Le seul cover dont nous avons entendu parlé est celle de Jackie O’ [Jackass] qui a fait une version remix rap-techno a capella. Ca nous bien fait rire. D’ailleurs nous la mettions à la fin du concert, pour faire danser les gens…

Est-ce que Fran compte revenir seul sur scène, comme sur la dernière tournée, pour jouer "Twentie" totalement un-plugged ?

F.H. : Non, c’était pour la deuxième tournée. Vous l’avez vu une seule fois, mais nous l’avons fait en fait plus de deux cent fois. En France et dans d’autres pays, la foule se tait et écoute. C’était une autre paire de manche en Angleterre. A Manchester le public ne fait que parler pendant tout le concert…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Where you stand de Travis
Travis en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Travis Bürki (8 avril 2008)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=