Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Babet
Drôle d'oiseau  (V2)  mars 2007

Babet, plus connue comme la violoniste des Dionysos, s’apprête à sortir un premier album solo. Après 10 ans passés avec le groupe, après avoir joué dans tout l’hexagone et rencontré le succès que l’on connaît, Babet a eu besoin de se retrouver et l’a fait à travers ce disque.

Annoncé depuis 2 mois avec son single "Le Marin", ce Drôle d’oiseau, enregistré au Studio La Frette, sortira le 5 mars.

L’album commence avec "Le Voyageur" et la voix de Babet en anglais... La douce voix est rejointe par une guitare et des cordes. Babet chante très haut. Une superbe mélodie… l’album commence vraiment bien. "Saurez vous rire du lendemain ? / Oublier le temps qui nous fait défaut / Et profiter dès maintenant / De ce vent fou qui veut nous prendre / … / Je veux vous voir vous amuser / A marcher sur la Lune / Sans jamais avoir peur de tomber". Babet annonce la couleur dès le début…on est loin ici des sonorités des Dionysos…

Des chants d’oiseaux ouvrent "Les Amoureux". Un rythme entraînant, nonchalant… On retrouve le même accompagnement musical, à savoir guitare / violon. Si le texte précédent était une invitation au voyage, celui là est quant à lui une invitation à l’amour….

Vient ensuite le single "Le Marin"… Babet et sa voix de sirène nous raconte une histoire d’amour avec un marin…On retrouve l’esprit magique et féerique des textes de Dionysos. Des histoires "d’algues qui s’amusent à imiter les hommes et les femmes qui se sont aimés", les coquillages qui hurlent, le sable qui glisse pour s’échapper…

Pour "Cling Clong", chantée en anglais, on tombe dans une atmosphère un peu plus sombre… Dans "C’est Quand Déjà", on retrouve la voix de Babet mêlée de violon et soulignée par une basse excellente… l’un de mes titres préférés de l’album. "C’est quand déjà qu’on peut dire que c’est fini / Ou que tout recommence / Je vois le jour repousser la nuit / Avec élégance".

"Piano Eléphant" se différencie du reste de l’album par son accompagnement au piano. "Dis-moi" est peut être mon titre préféré de l’album. Babet nous y raconte des retrouvailles difficiles… "Dis-moi pourquoi tu viens me voir / On ne m’avait pas prévenue / C’est dur, tu sais, de te revoir / Et j’ai peur de pleurer une fois de plus…"Le texte est superbe et la musique y colle parfaitement… une réussite !

"Cocomoto" commence par des voix superposées… les guitares se font plus électriques, la batterie est également plus présente. "Andy" arrive très doucement… la guitare presque étouffée, le chant murmuré… "Je crois que je vais mourir tellement je suis bien avec toi". Un titre juste piano / voix très sympa. Pour la petite histoire, cette chanson a été écrite pendant l’enregistrement du disque, alors que Babet attendait l’accordeur de piano.

Le texte de "Bel Ami", en anglais, sautille parmi les accords de guitare acoustique, le seul instrument du titre. "Another day / I could have come to see you / Another time / I should have come to marry you".

A travers la chanson "Mon Oncle", écrite il y a 6 ans, Babet nous raconte ses regrets par rapport à un oncle… "Il traînait dans les rues / J’l’ai détesté quand il buvait / J’l’ai détesté quand il parlait / Même quand il pleurait". Une chanson très émouvante…Pour "In My Shoes", tout commence par un riff de basse ; Babet chante en anglais. La basse instaure une ambiance assez glauque, la guitare place un riff entêtant tout le morceau…

Une petite intro guitare amène "Body Club", une histoire d’amour avec la nuit comme décor… "Malgré la nuit qui nous ennuie / Tes yeux sont tout illuminés / Regarde là-bas, c’est la nuit / Je crois qu’elle veut nous inviter", "C’est drôle j’avais rêvé déjà / Qu’on se kidnapperait toi et moi". Un morceau assez entraînant…

Le morceau "Merzouga", nous raconte une sortie de Dionysos dans le désert, à dos de chameau, lors de l’enregistrement de Monsters in love. Babet y chante en anglais, joue la guitare et fait également les chœurs du refrain.

"Je Pars" clôture le disque avec des paroles se rapprochant toujours de cette idée du voyage et de la découverte : "Curieuse du monde qui m’attend, je tends les bras dans le noir et je cherche un bout de terre, un bout de rêve où je pourrais me reposer".

Bref… Babet nous offre, à travers ces quinze chansons, le meilleur de ses compositions, des chansons assez courtes mais de très bonne qualité ! Album dépouillé, nu, frais, chantant, tout en douceur… que du bonheur…

Babet sera sur la scène de la Maroquinerie le 5 mars prochain (jour de la sortie de l’album), afin de présenter ses chansons. Vous serez surpris par la différence d’énergie entre l’album et le live ! Un concert à ne pas manquer !

Pour les fans, la première édition de ce disque comportera un disque bonus avec les mêmes chansons mais chantées seulement en guitare / voix. Sûrement, une autre vision intéressante des morceaux !

Babet sur Myspace : www.myspace.com/babetmusic

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Le marin de Babet
La chronique de l'album Piano Monstre de Babet
Babet en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Babet en concert à Pavillon du Lac, Buttes Chaumont (mercredi 29 septembre 2010)
L'interview de Babet - Dionysos (29 octobre 2005)
L'interview de Babet (février 2007)
L'interview de Babet (mercredi 29 septembre 2010)

En savoir plus :

Babet sur Myspace


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Babet (29 septembre 2010)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=