Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Franck Delay
Interview  (Paris)  28 février 2007

Franck Delay est sur scène dans "L'anniversaire" actuellement à l'affiche du Théâtre Essaion.

Rien d'étonnant penserez-vous s'agissant d'un des membres de l'ex-boy band 2be3.

Etonnant non mais nouveau puisqu'il s'agit de sa première expérience théâtrale dont il nous entretient avec enthousiasme et lucidité.

 

Impossible bien évidemment de ne pas parler, ou du moins évoquer, le groupe 2be3 qui vous a fait connaître au grand public. Rétrospectivement que vous apporté cette belle aventure au plan professionnel et personnel ?

Franck Delay : J'ai appris beaucoup de choses avec 2be3 mais aussi avec ce que nous avions fait auparavant. Car 2be3 n'a pas été le commencement d'une carrière car nous avions commencé bien avant cette aventure. Nous étions 3 copains d'enfance qui avons vécu à Longjumeau et avaient toujours eu comme divertissement la danse, le chant et même le théâtre puisque nous faisions très jeune la ligue d'improvisation dans la MJC. Nous aimions vraiment divertir les gens. Et en fait c'est la chanson qui nous a ouvert la voie et nous avons saisi cette opportunité en 1996. Et puis nous voulions le faire ensemble.

2be3 s'est arrêté en 2001 car en 1999, nous sommes partis aux Etats Unis pour enregistre un album en anglais qui n'a pas trouvé de relais en France. D'où la décision de partir tenter noter chance chacun de notre côté. Entre temps, j'ai eu deux enfants, j'ai fait un long métrage avec Melvin Peeble "Le Conte du ventre plein", sélectionné à la Semaine de la Critique du festival de Cannes., et joué dans des courts métrages, j'ai fait des apparitions télévisées.

Comment êtes-vous venu sur le projet de "L'anniversaire" qui constitue donc votre première expérience théâtrale ?

Franck Delay : C'est une opportunité et puis la dernière chose que je n'avais pas fait en étant un mélange de ce que j'avais fait : la comédie et du live ce qui n'est pas facile, je dois bien l'avouer.

Et vous prenez conscience des difficultés ?

Franck Delay : Oui. Il faut jouer chaque soir et chaque jour comme on est d'humeur différente le personnage est un peu différent. Les représentations se suivent et ne se ressemblent pas. Et quand un soir on a été bon, et le lendemain non, on s'interroge et c'est assez difficile à vivre. De plus, le personnage que je joue n'est pas facile pour moi en tout cas. Et puis j'aime me mettre en danger donc je pensais que c'était une bonne expérience.

Avant de tenter cette expérience avez-vous pris des cours particuliers ?

Franck Delay : Non. Pour mon personnage d'homosexuel habillé en rose, je disposais de références autour de moi pour me permettre de composer ce personnage sans tomber dans la caricature.

Je ne me suis pas fait coacher parce que j'ai fait confiance à Jules Vallauri, l'auteur et le metteur en scène, avec qui j'ai eu un bon feeling. Et puis je travaille beaucoup à l'instinct. J'ai essayé aussi de m'imaginer dans une telle situation de manière à donner de la crédibilité à mon interprétation.

Vous apparaissez dans cette pièce dans un savoureux déguisement de lapin rose qui d'une certaine manière tranche avec votre look public de boy band plutôt sexy. Cela vous a-t-il posé des problèmes ou au contraire est-ce pour vous une manière de montrer d'une part que vous avez suffisamment le sens de l'humour et de l'autodérision pour accepter de paraître un peu ridicule et d'autre part de casser cette image magazine véhiculée par les médias ?

Franck Delay : Je n'ai même pas réfléchi à tout ça. Ce qui m'intéressait c'était le personnage et la pièce et la prise de risque. J'assume tout simplement.

Dans cette pièce, vous jouez le 3ème homme par rapport au couple père-fils sur lequel sont braqués les projecteurs si on peut dire, 3ème homme qui intervient notamment comme modérateur de conflits. Est-ce cet aspect du personnage qui vous a séduit ?

Franck Delay : Non, c'est plutôt son côté "rayon de soleil". Les deux autres personnages sont forts et assez sombres alors que moi je suis comme un rayon de soleil. C'est un personnage qui est bien dans ses pompes, il a rejeté tous les tabous et est plein d'amour et plein d'humour en assumant sa vie.

Après quelques représentations, quelles sont vos impressions sur cette nouvelle expérience ?

Franck Delay : Bonnes. C'est super difficile surtout pour ne pas tomber dans le côté "tapette" du personnage vers lequel on tend d'ailleurs presque inconsciemment. Mais j'ai vraiment envie de continuer.

Vous avez déjà d'autres projets ?

Franck Delay : Oui, mais c'est trop tôt pour en parler. Et puis je veux prendre mon temps pour faire les choses car je veux les faire bien. Et puis je suis libre de mes choix qui sont aussi un peu stratégiques.

C'est-à-dire ?

Franck Delay : Le théâtre me paraît important quand on veut faire ses preuves dans la comédie. C'est ainsi qu'on gagne ses galons de comédien.

Donc pour vous "L'anniversaire" est une première étape un peu pour obtenir, par comparaison avec les niveaux en ski, votre "flocon" ?

Franck Delay : Oui. De plus cela me paraît être une étape nécessaire compte tenu du parcours que j'ai eu. Faire du cinéma tout de suite est difficile. En faisant du théâtre, les professionnels peuvent voir et juger sur place.

Alors on se donne rendez-vous pour la première étoile ?

Franck Delay : Oui, rendez-vous au prochain step !

 

A lire aussi sur froggy's Delight :

La chronique du spectacle "L'anniversaire"

Crédits photos : Thomy Keat


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=