Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Cooper Temple Clause
Interview  ( Paris)  mars 2007

La venue de The Cooper Temple Clause est un mini évenement. En effet, le groupe qui tourne dans le monde entier n'était pas venu en France, pourtant si proche de la perfide albion, depuis cinq ans.

Problèmes de label, départ de leur bassiste, le groupe aurait pu sombrer... C'était sans compter sur leur ténacité et leur motivation. Entretien avec Ben Gautrey et Dan Fisher.


Comment vous êtes-vous rencontrés et comment le groupe a-t-il évolué?

Nous étions dans le même collège. C'était il y a 10 ou 12 ans. On a commencé à ce moment là à faire de la musique, puis en 1999-2000 , nous avons signés avec RCA. C'était le début de l'aventure. En ce qui concerne la France, nous avons eu quelques soucis avec notre précédent label, qui n'avait ni envie de promouvoir notre disque, ni de nous faire jouer. On a donc changé de label pour cet album, et les gens de Pias France font tout leur possible pour nous faire jouer à Paris, comme ce soir par exemple.

Votre nouvel album est plus produit, construit différement de vos deux albums précédents. Comment avez-vous fonctionné pour la composition?

Avant, nous composions principalement en jammant, les mélodies et les paroles venant en dernier. Pour cet album là, on a d'abord cherché les mélodies, qui allait chanter quoi. En effet, sur nos bsides , Dan et Tom avaient l'habitude de se partager équitablement le chant. Cela s'est donc répercuté sur le nouvel album. Nos trois voix s'harmonisent parfaitement, créant de nouvelles atmosphères. Après les mélodies, on monte une sorte de structure avec guitares, basse, batterie et sons éléctroniques.C'était un défi à relever pour nous, mais cela nous a permis de progresser. Des chansons comme "Head" sont nées de cette méthode de composition.

Ce changement dans la manière de composer a-t-il quelque chose à voir avec le départ de votre bassiste Didz Hammond (maintenant dans Dirty Pretty Things) ?

Pas vraiment. Son départ a été motivé par des raisons personnelles, et non professionnelles. Il a eu un bébé quand l'enregistrement du troisième album a commencé. Il voulait y participer activement, mais nous enregistrions dans l'ouest de l'Angleterre, et il habitait à Londres. Quand Carl Barat lui a demandé de rejoindre Dirty Pretty Things, il a logiquement accepté.

Qui joue de la basse alors?

Nous avons toujours échangé les instruments. Donc cela ne change pas grand chose. Mais en concert, cela a posé quelques problèmes au début!Il fallait aller vite. Pour nous roder, nous avons fait une mini tournée en Italie et en Suisse qui s'est très bien passée.

Le fait d'avoir votre propre studio d'enregistrement a-t-il changé des choses?

Un peu oui. Nous avons plus de temps. Mais bon, le souci quand on a un studio, c'est qu'on pourrait prendre des mois voire des années à faire un seul album! Pour Make this your own, nous avons seulement fait les démos là-bas, justement pour être dans l'urgence au moment de l'enregistrement de l'album proprement dit.

On vous définit souvent comme un groupe brit pop. Qu'en pensez-vous?

C'est une caractéristique très anglaise de vouloir mettre les groupes dans des petites cases, le NME tout particulierement. On a été new prog, prog rock, post prog... Très varié!

Alors, comment vous définiriez-vous en trois mots?

Sexy, oui nous sommes tous les cinq très sexy... Indéfinissable, incroyable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Make this your own de The Cooper Temple Clause

En savoir plus :

Le site officiel de The Cooper Temple Clause


Camille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=