Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Cooper Temple Clause
Interview  ( Paris)  mars 2007

La venue de The Cooper Temple Clause est un mini évenement. En effet, le groupe qui tourne dans le monde entier n'était pas venu en France, pourtant si proche de la perfide albion, depuis cinq ans.

Problèmes de label, départ de leur bassiste, le groupe aurait pu sombrer... C'était sans compter sur leur ténacité et leur motivation. Entretien avec Ben Gautrey et Dan Fisher.


Comment vous êtes-vous rencontrés et comment le groupe a-t-il évolué?

Nous étions dans le même collège. C'était il y a 10 ou 12 ans. On a commencé à ce moment là à faire de la musique, puis en 1999-2000 , nous avons signés avec RCA. C'était le début de l'aventure. En ce qui concerne la France, nous avons eu quelques soucis avec notre précédent label, qui n'avait ni envie de promouvoir notre disque, ni de nous faire jouer. On a donc changé de label pour cet album, et les gens de Pias France font tout leur possible pour nous faire jouer à Paris, comme ce soir par exemple.

Votre nouvel album est plus produit, construit différement de vos deux albums précédents. Comment avez-vous fonctionné pour la composition?

Avant, nous composions principalement en jammant, les mélodies et les paroles venant en dernier. Pour cet album là, on a d'abord cherché les mélodies, qui allait chanter quoi. En effet, sur nos bsides , Dan et Tom avaient l'habitude de se partager équitablement le chant. Cela s'est donc répercuté sur le nouvel album. Nos trois voix s'harmonisent parfaitement, créant de nouvelles atmosphères. Après les mélodies, on monte une sorte de structure avec guitares, basse, batterie et sons éléctroniques.C'était un défi à relever pour nous, mais cela nous a permis de progresser. Des chansons comme "Head" sont nées de cette méthode de composition.

Ce changement dans la manière de composer a-t-il quelque chose à voir avec le départ de votre bassiste Didz Hammond (maintenant dans Dirty Pretty Things) ?

Pas vraiment. Son départ a été motivé par des raisons personnelles, et non professionnelles. Il a eu un bébé quand l'enregistrement du troisième album a commencé. Il voulait y participer activement, mais nous enregistrions dans l'ouest de l'Angleterre, et il habitait à Londres. Quand Carl Barat lui a demandé de rejoindre Dirty Pretty Things, il a logiquement accepté.

Qui joue de la basse alors?

Nous avons toujours échangé les instruments. Donc cela ne change pas grand chose. Mais en concert, cela a posé quelques problèmes au début!Il fallait aller vite. Pour nous roder, nous avons fait une mini tournée en Italie et en Suisse qui s'est très bien passée.

Le fait d'avoir votre propre studio d'enregistrement a-t-il changé des choses?

Un peu oui. Nous avons plus de temps. Mais bon, le souci quand on a un studio, c'est qu'on pourrait prendre des mois voire des années à faire un seul album! Pour Make this your own, nous avons seulement fait les démos là-bas, justement pour être dans l'urgence au moment de l'enregistrement de l'album proprement dit.

On vous définit souvent comme un groupe brit pop. Qu'en pensez-vous?

C'est une caractéristique très anglaise de vouloir mettre les groupes dans des petites cases, le NME tout particulierement. On a été new prog, prog rock, post prog... Très varié!

Alors, comment vous définiriez-vous en trois mots?

Sexy, oui nous sommes tous les cinq très sexy... Indéfinissable, incroyable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Make this your own de The Cooper Temple Clause

En savoir plus :

Le site officiel de The Cooper Temple Clause


Camille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=