Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arcade fire - Electrelane
Olympia  ( Paris)  19 mars 2007

15h39.

Pfff, encore 4 bonnes heures à attendre, c’est trop long. Impossible de se concentrer et encore moins de travailler. Ce concert, en plus de l’attendre depuis des mois (depuis leur fabuleuse prestation à Rock en Seine en 2005), il a fallu bastonner pour choper une place. Mais ça y est, c’est ce soir qu’on va pouvoir contempler les grandes lettres rouges sur la façade de la "salle mythique de l’Olympia" (oui l’Olympia ne peut pas être "juste" une salle, c’est une salle "mythique", c’est comme ça). Exit Laurent Gerra en néon rouge, ce soir, on lira ARCADE FIRE ! Putain la classe !

19h15.

C’est l’heure de plier les gaules, direction Opéra. Damned, la station est fermée. ça sera donc Havre Caumartin à la place. Bref, on s’en fout, le tout c’est d’arriver.

19h40.

Rue Caumartin. Des hôtels 3 étoiles et des restaus. Alors que l’excitation monte un peu plus à chaque pas, je remarque un jeune couple attablé, en train de se faire, tranquillou, une entrecôte. Une question s’impose. Y’aurait-il des gens à Paris, ce soir, qui ne courent pas désespérément vers la salle de Gilbert Bécaud pour assister au concert immanquable des canadiens accordéonistes ?! Est-il possible de ne pas être "aware" de l’événement incroyable qui est sur le point de se produire ce soir, à quelques pas d’ici ?! Ah les inconscients…

19h44.

"Allo, ouais, c’est moi ! T’es où ? Ok. Bah moi j’y déjà suis là. Je t’attends devant à côté du kiosque. Olala, c’est trop beau Arcade Fire écrit en rouge comme ça ! Magne."

En attendant, c’est le moment de se griller une clope avant de rentrer. L’Olympia comme bon nombre de salles de spectacles parisiennes, a décidé d’anticiper d’une année, l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics. Il s’avéra que le public, bien que n’étant pas d’une nature super rebelle (bah oui, c’est pas un concert de Motörhead non plus), montrera sa désapprobation en se fumant autant de clopes qu’il lui semblera bon de fumer, levant ainsi symboliquement, mais bien haut son majeur devant cette nouvelle forme de privation de liberté.

19h55.

Une pinte à la main, nous voilà parées, au 3ème rang, juste derrière le mec le plus grand de l’univers. Les lumières s‘éteignent, les 4 filles d’Electrelane s’emparent de la scène.

Verity, Emma, Mia et Ros impressionnent immédiatement. Elles maîtrisent la musique tout autant que la scène. Les Riot Girls réussissent sans peine à faire bouger les têtes, grâce, quasi exclusivement aux morceaux de leur nouvel album. Du post-punk agrémenté de quelques montées instrumentales, orchestrées avant tout par la charmante guitariste. Elle finira d’ailleurs le set allongée sur sa guitare, sur son immense ampli, sortant ainsi des sons aigus quasi extra-terrestres.

L’Olympia est ébloui et c’est logiquement qu’il rend la pareille par un tonnerre d’applaudissements en clôture de show. Une 1ère partie convaincante et cohérente avec le reste de la soirée. Autour de nous, tout le monde s’accorde à dire que c’était beaucoup trop court et que "pour des gonzesses elles déchirent grave, mais bon la bassiste elle est quand même super moche"… voilà pour la remarque macho constructive de la soirée…

20h35.

Ça joue des coudes au bar.

20h45.

Evidemment on a perdu nos places tout devant. Alors on se cale plus au milieu, un peu plus loin, juste derrière le frère jumeau du mec le plus grand de l’univers. Avant que le grand spectacle commence, on observe en détail le décor ainsi que les instruments déjà présents sur scène. Des guitares, des claviers mais aussi des violons, une vielle à roue, des mégaphones, des cuivres, une contrebasse et un orgue d'église à l’allure très solennel. Autour du velours rouge, des néons prêts à dévoiler leurs secrets lumineux.

21h15.

La lumière tombe. (criiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii). Tout le monde se met sur la pointe des pieds pour voir arriver le groupe sur scène. Mais surprise ! Arcade Fire fait son entrée par une porte située sur le côté droit de la fosse. (re-criiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii). Ils entament, au milieu d’une foule aux anges, un "Wake Up" en version acoustique (donc). L’ensemble de la foule participe aux chœurs, incroyable communion entre plus de 2000 personnes. Un tel effet semble logique, de la part d’un groupe qui a enregistré son dernier album dans une église.

De retour sur scène, Win Butler entame "Black Mirror", "1, 2, 3, le miroir noir", démarrant ainsi le set officiel. Lui est plus charismatique que jamais, la salle est totalement acquise en seulement 2 morceaux. De nombreux titres du dernier album s’enchaînent, dont le trippant "No Cars Go" (on aurait préféré qu’il le garde pour la fin ou pour le rappel mais bon…). Régine Chassagne prend ensuite le micro pour offrir, à nous petits français, une nouvelle surprise, avec "Poupée de Cire, Poupée de Son". Grâce à la fabuleuse et particulière orchestration que seuls cette dizaine de musiciens sait produire, Arcade Fire redonne une deuxième jeunesse à ce titre.

Suivent toujours du dernier opus, "My Body is in A Cage", sublime et intense en version live, "Neon Bible" visuellement accompagnés d’immenses néons en forme de bible (forcément) ou de vidéos (style baigneuses des années 20) en toile de fond (de scène). Les instruments sont régulièrement échangés, tout naturellement, Régine passe de la batterie, au mégaphone en passant par l’accordéon, Win de l’orgue à la guitare… Il faut suivre. Le nouvel album aura été joué dans son entièreté, soutenu par une audience plus qu’enthousiaste.

Mais force est de constater que ce sont les morceaux du 1er album Funeral qui sont le point d’orgue (ahah) de la soirée. Sûrement parce qu’ils ont bien sûr été déjà largement digérés par le public, mais surtout parce que ces titres ont quand même plus la banane. "Rebellion" (Lies) ou la série des Neighborhood rendent le public complètement dingue, chacun y allant, toute gorge déployée, de son "whooooohooooo hoooooohoooo hooooo hoooo hoooo". C’est quand même bien pensé ces chœurs que tout le monde peut chanter juste !

22h35.

C’est l’heure du "on vous fait croire qu’on s’en va mais en fait vous savez bien qu’on revient". Le rappel donc. "Neighborhood 2" (Laika) suivi de près par "Power Out". Le public est totalement insatiable et bien entendu en redemande.

22h50

Bataille veine. Les lumières se rallument et l’ambiance se teinte d’une légère tristesse car indéniablement, c’est la fin (enfin c’est ce qu’on croit… les plus opiniâtres auront été récompensés en assistant, devant un Olympia à moitié vide, à un 2ème rappel improvisé avec "Backseat").

En prenant le chemin de la sortie, on entend les commentaires fuser. Des superlatifs en veux-tu en voilà, "énormissme", "génialissime", des avis définitifs aussi "c’est LE concert de l’année, c’est clair", "ils sont vraiment excellents sur scène, l’ampleur que prennent les morceaux, c’est incroyable, c’est les seuls à savoir faire un truc pareil."… finalement, aucun mécontent n’aura été recensé ce soir.

22h55.

Le blouson est sur le dos, le sourire est sur les lèvres. Aucun bémol ce soir, aucun regret non plus, à part peut-être celui de ne pas avoir de billet pour le soir suivant. Un concert complètement jubilatoire, au delà de toutes attentes. Et pour les quelques 2000 personnes qui ont participé à cette grande messe païenne, la chance de pouvoir dire des années plus tard "J’y étais !". ! Putain la classe !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Funeral de Arcade Fire
Une 2ème chronique de l'album Funeral de Arcade Fire
La chronique de l'album The Suburbs de Arcade Fire
La chronique de l'album Reflektor de Arcade Fire
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Arcade fire en concert à la Maison de la Radio (White session) (9 mars 2005)
Arcade fire en concert à l'Olympia (20 mars 2007)
Arcade fire en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
Arcade fire en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Arcade fire en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (vendredi)
Arcade fire en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
Arcade fire en concert à Halle Tony Garnier (vendredi 26 novembre 2010)
Arcade fire en concert au Festival International de Benicàssim #17 (dimanche 17 juillet 2011)
Arcade fire en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du 13 au 16 juillet 2017
Arcade fire en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
L'interview de Arcade Fire (1er mars 2005)
La chronique de l'album The Power out de Electrelane
La chronique de l'album Axes de Electrelane
La chronique de l'album No shouts, No calls de Electrelane
Electrelane en concert au Festival Rock en Seine 2004
Electrelane en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
Electrelane en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
Electrelane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Electrelane en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
L'interview de Electrelane (10 mars 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Arcade Fire
Le site officiel d'Electrelane


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=