Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Antifolk 2003
Jeffrey Lewis - Herman Düne - Daniel Johnston  (Saint Ouen)  25,26 et 27 juin 2003

Troisième édition du plus salutaire et subversif des festivals, l'Antifolk, renommé MO'FO cette année pour remettre la salle Mains d'Oeuvres au centre de cette initiative courageuse, militante et un brin timbrée. Après deux premières programmations marquées par l'esprit des Moldy Peaches et de Lou Barlow, le festival commence à être bien rodé (a trouvé son public comme on dit dans les médias établis) et affirme une ambition renouvelée et vivante.

Comme toujours les frères Hermann Düne font office de maîtres de cérémonie, si ce n'est plus, et cette scène ouverte laissera largement la place à des collaborations plus ou moins préparées ("et les gars, si quelqu'un veut venir sur scène faire du bruit..." lâchera par exemple Jeffrey Lewis). Ainsi Q(entin) du label Prohibited et David "Kungen" Düne se retrouveront assez souvent sur scène pour agiter avec justesse respectivement le saxophone asmathique (il faut l'entendre pour bien le comprendre...) et la guitare jouet, mais plus généralement les artistes se retrouveront successivement dans le festival en avant ou en arrière plan, en tête d'affiche ou en support traduisant bien la cohérence de cette programmation.

Au final c'est un petit bout de l'Amérique qui s'échoue sur St Ouen, ce petit monde new yorkais atypique, nouveau St Germain des Près du Nouveau Monde, où on trouve une densité peu commune de génie au mètre carré.

Dans cette catégorie, on trouve en tête le barde touche à tout de Jeffrey Lewis qui marquera sans conteste le festival. Son attitude, son intelligence à fleur de peau et sa voix, à l'intonation rappellent un autre new yorkais Thurston Moore, lui assure un charisme incroyable et immédiat. Inventeur formel, il révolutionne le concept de la performance scénique et du vidéo clip en proposant une illustration en flip book quasi-grandeur nature d'une de ses chansons, la crudité des paroles se matérialisant dans la cruauté des dessins.

Le garçon cultive en effet avec les feu Moldy Peaches ce goût pour les histoires salaces mais sort du simple artifice régressif pour l'insérer dans des titres fulgurants à l'humour surdéveloppé. En effet Jeffrey Lewis a un sens de la narration rare (on ne s'étonnera pas qu'il se fasse aussi remarquer dans le milieu de la bande dessinée underground outre-atlantique) qui lui permet de captiver le public sur de très longs morceaux monocordes (sans refrain, couplets ou fioritures de ce genre) calé sur une boucle à deux ou trois accords.

Cet exercice de style atteint son paroxysme sur un tout nouveau morceau interprété en rappel sur lequel Jeffrey lit une lettre (deux pages écrites serrées) pendant lequel un groupe, improvisé autour de Jack Lewis, d'Anders Griffen et des deux frères Düne, servent le couvert dans une liberté totale ("- c'est quoi les accords déja Jeff? - La dernière fois on avait fait ACG mais tu peux mettre ce que tu veux"... pour donner un peu le ton...) : au final une performance en happening qui rappelle certains morceaux en spoken words de John Cage, Lewis n'introduisant des intonations chantés que par intermittence, l'effet hypnotique est total.

C'est sans aucun doute le set le plus abouti et réjouissant du festival, synthétisent parfaitement l'esprit et l'ambition du mouvement, moitié fou moitié génie.

Avant on avait pu le voir au sein du groupe (là encore à l'existence sans doute assez conjoncturelle) des Bundles aux côtés entre autres de Kymia Dawson, on était alors plus dans le registre foutraque et décadent des Moldy Peaches, Jeffrey ayant ajusté son t-shirt percé sur sa figure, faisant ici intimement référence aux outrances vestimentaires des pêches pourris où licorne, robin des bois et princesse trash trouvaient une nouvelle jeunesse.

Un esprit neuf et riche qui rappelle peut être le bouillonnement des sixties, ici dans une liberté et une lucidité totale et avec un paquet de talents.

Le moment attendu était sans doute avant tout la présence de notre timbré préféré, Daniel Johnston, chanteur guitariste mega-lo-fi culte et atypique (au moins) déjà parrain du festival depuis ces derniers via la charte graphique du festival tournant autour des avatars graphiques du vieux garçon. Performance a priori hautement imprévisible : le festival rejetait toute responsabilité s'il annulait au dernier moment ou s'il ne chantait que deux chansons avant de partir, le garçon cultivant avec Cat Power ce penchant chaotique qui transforme leurs concerts en parcours du combattant où tout prétexte peut être pris pour partir en vrille...

Cette fois ci Daniel Johnston sera curieusement très raisonnable et visiblement très content d'être ici et enchaînera une bonne dizaine de titres à la guitare et au piano réussissant quelques coups de maître et en offrant généreusement en pseudo-rappel les tubesques "Speeding Motorcycle" (reprise par Yo la Tengo sur Fakebook) et "Casper the friendly Ghost" (qu'on retrouve dans Kids dans la scène où Chloe Sevigny heu... enfin titre très évocateur d'une certain idée du rêve américain).

La prestation est largement imparfaite techniquement (lo-lo-fi surtout à la guitare) mais ce qui marque c'est surtout de retrouver ce personnage hors norme qui cherche ses chansons dans un cahier d'écolier avec une attitude d'anti-pop-star dans l'excès et qui a écrit des perles comme seuls les fous peuvent en trouver.

Autour de ces faits marquants on trouve une programmation riche servie par des enchaînements entre les groupes extrêmement rapides et des soirées bien remplies, à mi chemin entre les USA (le tri-state en tête) et la France (programmation moins étonnante pour ce côté-ci de l'océan forcément) qui donne un aperçu vivant de toute une scène alternative en éclosion via des groupes à périmètre variable et la création musicale qui a lieu dans les sous-sols du festival.

L'été c'est donc à St Ouen que ça se passe.

Just gimme anti folk!

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album It's The Ones Who've Cracked That The Light Shines Through de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Hallso Box de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album 12 Crass Songs de Jeffrey Lewis
La chronique de l'album Manhattan de Jeffrey Lewis & Los Bolts
Articles : Jeffrey Lewis est un paradoxe -
Articles : Jeffrey Lewis - biographie
Articles : Jeffrey Lewis - Kevin Coyne - Le concert évènement signé Froggy's Delight.
Jeffrey Lewis en concert à La Guinguette pirate (10 octobre 2003)
Jeffrey Lewis en concert au Restaurant Pain et Vin (6 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Nouveau Casino (9 février 2004)
Jeffrey Lewis en concert à Paris (8 octobre 2004)
Jeffrey Lewis en concert au Point Ephémère (29 janvier 2005)
Jeffrey Lewis en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Jeffrey Lewis en concert au Triptyque (30 juin 2007)
L'interview de Jeffrey Lewis (septembre 2003)
L'interview de Kevin Coyne et Jeffrey Lewis (9 Fevrier 2004)
L'interview de Interview de Jeffrey Lewis (22 octobre 2004)
La chronique de l'album Mash Concrete metal mushroom. de Herman Düne
La chronique de l'album Giant de Herman Düne
La chronique de l'album Mariage à Mendoza de Herman Dune
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003
Herman Düne en concert au Festival Mo'Fo 2003
Herman Düne en concert à Pizzeria du Soleil (2 février 2004)
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Herman Düne en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
Herman Düne en concert à La Cigale (4 novembre 2006)
Herman Düne en concert à Angers (22 novembre 2006)
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Fil (9 avril 2009)
Herman Düne en concert à La Vapeur (15 avril 2009)
Herman Düne en concert au Festival Furia Sound 2009
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)
Herman Düne en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Herman Düne en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
L'interview de Herman Düne (2 novembre 2006)
La conférence de presse de Herman Düne (15 août 2007)
La chronique de l'album Discovered and Covered de The Late Great Daniel Johnston
La chronique de l'album Yip / Jump Music - Continued Story / Hi, How Are You - Welcome To My World de Daniel Johnston
La chronique de l'album Beam Me Up! de Daniel Johnston
La chronique de l'album Space Ducks Soundtrack de Daniel Johnston
Articles : Rejected Unknown - Le site Daniel Johnston
Daniel Johnston en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Daniel Johnston en concert au Splendid (dimanche 18 avril 2010)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=