Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mathis - Shannon Wright
Théâtre Denis  (Hyères)  14 avril 2007

J’ai toujours été très méfiant vis à vis des concerts auxquels on assiste assis. C’est que, plus jeune, j’étais fort amateur de pogos ; que le rock me passe par les pieds autant que par la tête dodelinante. Ma trentaine approchant n’y change rien : le postérieur vissé, la musique a parfois tendance à me faire un rien chier. J’en connais beaucoup d’ailleurs qui partagent cet avis, même si c’est assez secrètement ou, en tout cas, avec assez de discipline pour n’en rien laisser paraître lorsqu’il le faut - à témoin j’appellerais tous ceux qui finirent par se lever avec moi le temps de Password et Revolution (repris des Spacemen 3) durant le rappel du concert de Piano Magic à l’espace Julien de Marseille, en octobre 2005.

En arrivant ce samedi 14 avril 2007 dans le joli petit théâtre Denis d’Hyères, j’ai donc eu un long soupir désespéré. Théâtre à l’italienne, de poche, tout de rouge et d’or, aux fauteuils massés au pied d’une scène encore vêtue de son rideau noir. Public discipliné, bien assis à sa place, poli. Pas de bière à l’intérieur, merci.

Soupir & doute. Y aurait-il ce soir-là du rock ? Le Festival Faveur de Printemps ne se fourvoyait-il pas grandement en s’annonçant rock en un tel lieu ? Doute devenu crainte à entendre le discours d’introduction de la soirée : Mathis venu sans les Mathematiks pour jouer seul du blues ; Shannon Wright dont on nous annonce, entre autres choses, qu’elle sera ce soir-là plus calme qu’à l’accoutumée.

Les lumières s’éteignent et j’attends les trois coups. Quelques notes de guitare, chaudes, emplissent le silence. Le rideau s’ouvre.

Sur une chaise, Mathis à la guitare, véritable acoustique s’il vous plaît, bottleneck au doigt, quelques pédales devant lui.

On lit toutes sortes de choses sur ce français-là et son groupe. Des descriptions où se télescopent les genres, des critiques où les compliments se bousculent. Pour ma part, je n’aurais qu’une seule chose à en dire : ce type a l’âme la plus blues qu’il m’ait été donné d’entendre sur scène.

Germano-ardéchois du delta, Mathis, assis comme le public, me laisse sur le cul. Il chante et crie, rugit, miaule et fait miauler un public timide un peu ; séducteur, enjôleur, comédien ; humain, simple et humble, aussi - une guitare à la main, Mathis est irrésistible, tout simplement. Et si l’on ne peut pas se lever, on peut toujours taper la mesure du bout du pied.

Les titres s’enchaînent, compositions personnelles (dont les excellents "Blush" et "Voodoo Bitch", pour des versions solo-acoustiques épatantes) et standards (dont un très réussi "Little Red Rooster"), tout à la guitare, slide ou pas, parfois de percussions simplistes jouées au pieds sur une pédale. Comme le musicien lui-même, qui finit par annoncer un dernier titre tout en avouant ne pas trop savoir depuis combien de temps il joue, on perd le fil, envoûté par le charisme évident de l’homme.

Le rideau se referme le temps d’un changement de plateau. Les gens se lèvent, vont se dégourdir les jambes. Entracte. Un peu rassuré par la prestation de Mathis, j’essaie d’imaginer comment la musique de Shannon Wright pourra s’adapter à un public assis. Plus calme que d’ordinaire, nous a-t-on annoncé. Voilà qui peut augurer du pire comme du meilleur. C’est que j’avais oublié, tout à ma hâte de retrouver mes émotions de rocker néo-pubère découvrant avec ébahissement amoureux l’existence d’une certaine Polly Jean, que Let in the Light (Vicious Circle, 07), le nouvel album de Shannon, faisait la part belle au piano.

Ouverture de rideau, Shannon et ses deux musiciens entrent en scène, un batteur et un bassiste barbus, chevelus, de noirs vêtus - un peu décalés en ce théâtre mignonnet. Shannon, elle, a des airs de grungette sur le retour, jean & chemise, imposante frange qui cache ses yeux.

Au piano, elle gigote comme on le fait en jouant de la guitare. Sa voix est douce et mélodieuse, mais pas légère - plutôt profonde, prête à se briser en un cri au besoin. La chanteuse s’est apaisée, son évolution d’album en album est palpable. "Don’t you doubt me", "Defy this love", "Steadfast and true", chacun dans son registre, l’établira ce soir sans l’ombre d’un doute.

Il n’aura fallut que trois titres pour que le piano soit délaissé au profit de la guitare. Quelques titres plus anciens donneront alors l’occasion de beaux morceaux de bravoure rock’n’roll. Et si l’on n’aura pas droit à ce "You’ll be the death" que j’attendais avec une impatience non dissimulée, "With closed eyes" me rappellera presque aussi avantageusement la période Over the sun (Vicious circle, 04).

Reste que, dans un fauteuil de théâtre, on se sent comme isolé du courant qui électriserait tout ça. Dans un fauteuil au milieu de la salle, un gamin que ses parents n’ont certainement pas réussi à faire garder joue avec une console portable, ignorant tout de ce qui l’entoure. Sur scène, les musiciens font pourtant de leur mieux. Mais la scène est comme trop loin des spectateurs. Les applaudissements restent trop polis. Sit down ovation.

Non pas que les spectateurs ait l’air lassé d’être assis là, ou de s’ennuyer. Simplement que le soir n’est pas à la folie, à la sueur, à l’excitation. Reste l’émotion - qui atteindra un sommet pour le final de la chanteuse, seule en scène, se lamentant lentement au piano. Après un set assez court et deux rappels, Shannon Wright quitte la scène pour n’y plus revenir, malgré les applaudissements insistants. Les lumières se rallument. Fin de la représentation.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 5 de Mathis and the Mathematiks
La chronique de l'album Playing My Dues de Mathis Haug
La chronique de l'album Distance de Mathis Haug
Mathis en concert à La Maroquinerie (7 juin 2005)
Mathis en concert à La Flèche d'Or (26 octobre 2005)
Mathis en concert au Triptyque (15 novembre 2006)
L'interview de Mathis And the Mathematiks (14 juin 2005)
L'interview de Mathis Haug (14 novembre 2011)
L'interview de Mathis Haug (lundi 25 mars 2013)
La chronique de l'album Over the sun de Shannon Wright
La chronique de l'album eponyme de Yann Tiersen & Shannon Wright
Shannon Wright en concert au Festival les femmes s’en mêlent 2004
Shannon Wright en concert au Festival MOFO 2004
Shannon Wright en concert au Festival de dour 2004 (vendredi)
Shannon Wright en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (vendredi)
Shannon Wright en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Shannon Wright en concert à L’Aéronef (mercredi 14 otobre 2009)
Shannon Wright en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 8 novembre 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Mathis & The Mathematiks
Le site officiel de Shannon Wright

Crédits photos : Cédric Chort (Plus de photos sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Mathis Haug (25 mars 2013)
Mathis Haug (14 novembre 2011)


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=