Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joe Colombo, l'invention du futur
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 29 mars au 19 août 2006

Le Musée des Arts Décoratifs accueille "Joe colombo, l'invention du futur", la première rétrospective internationale consacrée à Joe Colombo, concepteur de mobilier, de produits industriels et d’intérieurs, qui est entré dans la légende et dans l’histoire du design par la pertinence de sa réflexion et la fulgurance de sa créativité.

Peintre, sculpteur et architecte né en 1930, Contemporain d'Ettore Sottsass, Gillo Dorfles, Alessandro Mendini et Gae Aulenti, il appartient à la génération qui adhéra au mouvement de peinture nucléaire fondé par Enrico Baj et s’inscrit à la fois dans la lignée du futurisme italien, pour le goût des lignes géométrico-mécaniques, et de l'Union des Artistes Modernes présidée par Robert Mallet-Stevens, pour l’exigence de fonctionnalité.

Dans une scénographie éclatante conçue par Dieter Thiel, l'exposition donne une vue d'ensemble du travail de Joe Colombo selon un parcours chronologique qui, illustre une conception du design qui dépasse le cadre de la simple décoration d'intérieure pour s'inscrire dans une vraie réflexion existentielle.

Les commissaires de l’exposition, Mateo Kries, le directeur du Vitra Design Museum de Berlin, et Ignazia Favata, qui fût l'assistante de Joe Colombo, ont judicieusement complété la présentation des pièces originales et des prototypes par de nombreux dessins, esquisses, plans, maquettes et films.

Ces documents illustrent et explicitent le concept urbanistique de Joe Colombo depuis sa fameuse "Cité futuriste", datant de 1952, son intérêt constant pour la technologie comme source d'inspiration et son approche ergonomique de l'habitat.

Le design de Joe Colombo paraît très daté si l'on se réfère à l'époque psychédélique des années 60, et très contemporain si on en fait abstraction. Donc intemporel.

De la recherche sur la modularité et la forme...

En moins de dix ans, à partir de sa réflexion sur la modularité et la flexibilité de la forme, Joe Colombo va développer le concept du fonctionnel, de l'empilable et de l'intégré en liaison directe avec les avancées technologiques et les impératifs de standardisation qu’il érige en principe sans pour cela renoncer à l’esthétique.

Fils d'un propriétaire d'une fabrique d'une usine de câbles électriques reprise par son frère qui participera à son travail, il commence par créer des luminaires, "Acrilica", Alogena", "Spider", devenus des must incontournables.

Très vite, sa carrière se développe au delà des frontières transalpines, avec la diffusion de ses éléments de mobilier comme la chaise "Universale" en plastique moulé en un seul bloc avec pieds interchangeables.


Le fauteuil "Elda"en fibre de verre et cuir, dans lequel pose le créateur, constitue désormais un classique.

 

 

 

 

 

 

L'exposition présente un florilège des créations les plus innovantes créées pour des fabricants de meubles comme le fauteuil "Sella" en contreplaqué.

Il se tourne ensuite vers le développement de systèmes modulaires, des containers mobiles aux sièges évolutifs.

Le module bibliothèque-bar-table "Combi-Center", les bacs et colonne de rangements, comme le célèbre casier à tiroirs "Uomo-Donna" ou le tabouret "The Bobby", et  la cuisine monobloc roulante "Minikitchen" séduisent autant le public que les grands diffuseurs d’équipements intérieurs.

La modularité atteint son apogée avec les sièges à géométrie variable.

Quatre cylindres emboîtables pour le "Tube-Chair" transportable qui se faitaussi bien fauteuil que transat et le "Multichair", en modules utilisables séparément ou regroupés, peut se décliner en une douzaine de configurations

... à l'univers cellulaire

Pour cet homme pressé, comme s'il savait son temps compté, à la recherche du confort optimal dans un habitat moderne en pleine évolution, ces mobiliers containers amenèrent fort logiquement à la création de blocs à vivre qui ne sont pas sans rappeler la cabine à vivre de Charlotte Pierrand, datant des années 30, qui serait relookée par les décorateurs des films de science-fiction et équipées par le créateur de James Bond.

Ces unités d'habitation totales aux noms évocateurs, "Cabriolet Bed", "Visiona 1", "Total Furnishing Unit" sont remarquables et spectaculaires.

Tant par la technologie de pointe, pour l’époque, qu’elle utilise que pour l’inventivité, qui préside à l’utilisation ingénieuse des matières industrielles, et l'innovation graphique et chromatique directement inspirée du pop art.

Ainsi, le "Rotoliving", élément multifonctionnel à double face, qui constitue à la fois un bureau, un salon et un espace de rangement permet de satisfaire les exigences de l'utile et de l'agréable tout en constituant un bel objet aux lignes aérodynamiques et aux couleurs

Joe Colombo disait : "Donner forme à des produits fabriqués industriellement par le moyen du design signifie par-dessus tout dessiner un objet d’une manière objective pour l’usage ou pour sa destination finale." Et, en plus, il vivait dans ses meubles !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'exposition Charlotte Pierrand
La chronique de l'exposition "Robert Mallet-Stevens"

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=