Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grinderman
Grinderman  (Mute / Labels)  mars 2007

L’omerta anti-moustache n’est pas nouvelle. Voila près de 15 ans que le modèle n’est plus en vigueur; trop de connotations, de clips 80’s saccadés, de contorsions sexuelles et d’hygiènes controversées. La moustache, à en croire la rumeur, aurait été l’ennemi du bien, le poil à abattre, celui qui gratte les artistes "bankables".

La moustache, si on s’écoutait, aurait été la preuve d’un mauvais goût discutable, trace unique des hommes homos, chemises à fleurs et cheveux gras. Phénoménologie des clichés.

Et puis il arrive. Et revient. Le Nick ressort de sa cave, avec sa moustache sous le bras. Sorte de signature du nouveau projet, son nouveau projet, sans les Bad Seeds en day off, on croit comprendre qu’il s’appelle Grinderman, ce projet. L’homme singe. Celui qui n’hésite pas à porter la moustache, justement. Enfin pas vraiment la moustache, c’est un peu plus subtil. Moustache qui descend sur le menton, sans le clôturer comme le bouc, aujourd’hui devenu émissaire.

Voila donc la grande nouvelle : Nick Cave revient sur le devant de la scène musicale avec un projet rasé de près sur les cotés, mais broussailleux blues au dessus des lèvres. La moustache de l’homme singe est de retour, qu’on se le dise, et elle pique plus que jamais.

De son dernier opus, Abbatoir Blues, Nick Cave semble donc conserver uniquement la première face, la plus énervée. Fini le lyrisme d’Orpheus. D’emblée, la rage électrique semble prendre le pas sur le romantisme, comme sur ce bordélique "Get it on" qui passerait presque pour le cousin australien de Fun House.

Cheveux grisonnants, et moustache tendance, Nick Cave semble tapé de plein fouet par la crise de la quarantaine, songeant à ses premiers amours (Birthday Party) avec mélancolie. Sans retrouver la force de ses débuts au plan vocal, le bluesmen tape juste avec Grinderman, car c’est un virage à 180° pratiqué avec la frange radicale et énervée des Bad Seeds (Warren Ellis et consort). Pas de piano, pas de mélodie, ou si peu. C’est un blues électronique qui jouit sur "No Pussy Blues".

Et l’embardée se déroule sans la moindre fausse note, car les quatre compères jouent serrés, comme si Grinderman était l’une des dernières occasions de jouer fort, électrique,énervée. Comme si le monde allait virer acoustique dès demain. Urgence. De ses amours avec Polly Jean Harvey, Nick recrache le brillant "Grinderman", chanson éponyme, sorte de ballade du marais, comptine qui colle aux boots. L’envie est encore là, et Nick Cave semble se renouveler un peu à chaque album, phoenix qui, même s’il perd un peu la voix pour conserver le talk-over, garde un beau plumage majestueux (L’étonnant low-tempo de "Go tell the women").

Et puis il y a la chanson piste 7. La chanson piste 7, c’est tout l’amour pour Nick Cave qui ressurgit en un éclat de basse virevoltante, la guitare incisive qui racle les bords, et ces paroles qui tranchent. "(I dont need you) set me free", est sans nul doute écrite dans la plus grande tradition des blues romantiques de Nick Cave. Cette chanson piste 7 possède la rage punk collée à la mélodie. On penserait presque à la Brit’ pop période The Verve avec ses soli aériens. C’est beau comme un avion qui décolle.

Mystique comme une chambre remplie de fantômes jouant au poker australien sur "Man in the moon", chanson éthérée à l’intensité intemporelle. Seul Nick Cave est encore capable, avec Mark Lanegan, de telles percées cérébrales sur le seul son de sa voix.

Et cet album, au final, est une sacrée gifle qui rappelle l’urgence des Stooges, mais sans le déambulateur et les rhumatismes. Vive la moustache. Vive le blues.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Grinderman 2 de Grinderman
Grinderman en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Grinderman en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Grinderman en concert à Cité de la Musique (mardi 26 octobre 2010)
L'interview de Grinderman (mercredi 1er septembre 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Nick Cave an dThe Bad Seeds


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=