Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Keren Ann
Keren Ann  (Capitol)  avril 2007

J’ai souhaité prendre mon temps pour cette chronique. Prendre le temps d‘écouter et le temps d’écrire était nécessaire tant cet album me semblait magique. Magique, le mot est lancé pour le cinquième disque éponyme de Keren Ann.

Premier album depuis Nolita sorti en 2004, l’artiste a, semble-t-il, mis à profit ces trois années et revient avec un album aérien et d’une incroyable beauté. A la différence de Benjamin Biolay, collaborateur de ses débuts, Keren Ann ne ronronne pas, au contraire elle ose s’aventurer vers de nouveaux horizons musicaux.

Elle nous offre avec cet album des chansons d’une grâce et d’une beauté uniques. On avait flairé le bijou avec "Lay Your Head Down", diffusé en guise d’amuse-bouche. Avec ce titre, la New-yorkaise d’adoption plaçait la barre très haut : intro à la Velvet Underground, cordes et chœurs à dresser les poils, voix impeccable.

Avec cette nouvelle galette, Keren Ann intègre aisément la division supérieure, celle de ses consoeurs américaines : Cat Power, Shannon Wright ou Nina Nastasia. Un succès outre-atlantique n’est pas à exclure, au contraire il semble indiscutable.

Ce nouvel album est extrêmement dense : 9 titre seulement mais près de 44 minutes d’écoute enchantée. Les titres échappent au format standard, le plus court affichant 3 min 54 tandis que le plus long frôle les 6 min. Keren Ann a su remarquablement jouer sur la durée, construire des chansons à étages multiples et aux arrangements remarquables.

Enregistré à la maison et chanté exclusivement en anglais, l’album est moins monocorde que ses grands frères. Les sonorités et la production furent une des préoccupations majeures. Keren Ann nous présente un nouveau visage musical avec des titres comme "It’s a lie" ouverture magistrale de l’album ou "It ain’t no crime" blues rock génial porté par des guitares crades et une batterie des plus percutantes.

Le majestueux "Liberty" au piano aérien et à la voix cristalline ainsi que le classieux "Where no endings end" sont sans nul doute les plus belles chansons de l’auteur. Expérimentant avec justesse ("Caspia" et ses boucles musicales), Keren Ann n’oublie cependant pas les sonorités de ses débuts ("In your back" ou "The harder ships of the world").

Avec ce véritable bijou musical, Keren Ann grave à jamais son empreinte sur la scène internationale. Certains regretteront l’absence du français, d’autres y verront au contraire un épanouissement complet, tant ces petites pièces musicales sont taillées pour les ambiances anglo-saxonnes.

Après trois années de pause, Keren Ann ne pouvait pas espérer un meilleur retour. A la fois simple et osé, intimiste et universel, mélancolique et classieux, cet album est une des plus belles réussites de ce printemps 2007.

Un coup de foudre pour un album et une artiste rares.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ecoute de l'album 101 de Keren Ann
La chronique de l'album Bleue de Keren Ann
Keren Ann en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Keren Ann en concert à La Vapeur (29 mars 2008)
Keren Ann en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Keren Ann en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Keren Ann en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet

En savoir plus :

Le site officiel de Keren Ann


Groggy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=