Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nouvelle Vague - Sir Alice
Grand Rex  (Paris)  25 avril 2007

C'est une foule nombreuse qui fait la queue, ce soir, devant le Grand Rex pour LE concert des trentenaires, j'ai nommé Nouvelle Vague, soirée spéciale, sponsorisée par des marques de vêtements, boissons, radios et télévisions, les différents encarts nous en informent.

Ne connaissant le Grand Rex que comme salle de cinéma, il est étrange de voir des gens avec des bières assis sièges (2 600 places tout de même, excusez du peu) et je suis loin, très loin de la scène, tout en haut il ne reste plus que les 3 ou 4 derniers rangs pour m'asseoir.

Sir Alice, qui ouvrira la soirée, est une des chanteuses de Nouvelle Vague 1 ("Psyche" de Killing Joke) C’est plutôt une performeuse qui se présente, proche de Peaches. Ce qui n'a pas l'air de plaire au public, elle sera copieusement sifflée, conspuée.

Performeuse, le mot n'est pas faible, seule sur scène, avec bande son et boucles, Sir Alice déclame ses textes, tour à tour, habillée en Wonder Woman (elle fait un combat de catch avec une poupée Spiderman), en mariée ou infirmière.

Elle utilise des objets, se met en scène, le tout agrémenté d’un montage vidéo. Le son est résolument underground, sa façon de scander les textes, dure.

La sonorisation n’était particulièrement pas à son avantage et la salle peu coutumière de ce type de performance. Elle mériterait d’être vue dans un lieu plus adapté à son jeu de scène.

A l’arrivée de Nouvelle Vague, le public exulte, les tubes de notre adolescence vont s'enchaîner ... je m'adresse ici aux plus de 30 ans, vous autres, plus jeunes, ne pouvez pas vraiment comprendre.

Au départ le son est plutôt brouillon, et placé tout au fond au plus haut, les voix sont un peu faibles (pour les lecteurs ayant le vertige, évitez à tout pris le balcon, angoisse garantie)

A l’inverse, le son prêt de la scène, semblait trop fort. Mais cela n'enlève en rien sa ferveur au public, composé essentiellement de jeunes femmes, se trémoussant ça et là entre les fauteuils ... pas tous les jours facile d’être chroniqueur.

 

Les tubes, donc, prennent réellement leur envol sur les Buzzcocks, puis Blondie est le tremplin pour une série imparable.

"Too Drunk Too Fuck" rend les sièges problématiques pour les plus agités.

Mention spéciale à la version reggae de Siouxsie and the Banshees. Un "Sweet and Tender Hooligan" particulièrement émouvant suivra.

Nous aurons aussi droit à une chorégraphie improvisée par des spectatrices proches pendant "Bela Lugosi’s Dead" … mention spéciale également.

"Love Will Tear Us Appart" viendras clôturer le premier set, avec participation dévouée de l’assistance, ce soir on enregistre.

En tout, trois chanteuses et un chanteur guitariste se seront succédés au micro au court de cette soirée.

En guise de rappel, la bande emmenée par Marc Collin et Olivier Libaux, nous gratifiera d'inédits, Gérald Toto entamera seul "Relax", vite accompagné par les plus perspicaces d’entre nous. Viendra ensuite "Sweet Dreams", plus proche des îles ensoleillées que la version originale.

Beaucoup de titres nous ont été joués, pour le plus grand bonheur d’une audience doublement acquise, à la fois par les souvenirs d’adolescence et aussi par leurs équivalents revisités.

La machine tourne actuellement dans toute l’Europe, de Reykjavik à Sydney en passant par Les Sables d’Olonne.

A la sortie, des bons de pré commande de l’enregistrement de la soirée, limités à 300 exemplaires, étaient disponibles. Sans oublier les disques, T-Shirts (un choix incroyable de formes, couleurs …) objets de décoration, badges etc…

Nous découvrons que Nouvelle Vague est aussi une entreprise de marketing bien rodée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bande à part de Nouvelle Vague
La chronique de l'album 3 de Nouvelle Vague
La chronique de l'album Couleurs sur Paris de Nouvelle Vague
La chronique de l'album I could be happy de Nouvelle Vague
Nouvelle Vague en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nouvelle Vague en concert au Fil (17 octobre 2008)
Nouvelle Vague en concert à Aéronef (samedi 12 février 2011)
Sir Alice parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Sir Alice en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #17

En savoir plus :
Le site officiel de Nouvelle Vague
Le Bandcamp de Nouvelle Vague
Le Facebook de Nouvelle Vague

Crédits photos : Maya (Plus de photos sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=