Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marina Céleste
Zèbre de Belleville  (Paris)  13 avril 2007

Marina Celeste en concert? Enfin une bonne occasion d'arrondir les angles suite à l'écoute de ses deux albums Acidulé et Cinéma Enchanté, sortis récemment. Rendez vous était donné pour un début de concert à 20h30. Arrivé sur les lieux 19h55 histoire de pouvoir prendre la température d'avant concert.

Premières impressions, le Zèbre de Belleville situé au 63 boulevard de Belleville dans le 11ème arrondissement se voit de loin. Avec sa devanture portant l'effigie d'un...Zèbre, le tout fait tout de suite de suite penser à un cabaret plus qu'à une salle de concert. D'ailleurs, c'est un cabaret, le plus petit cabaret d'Europe selon la pancarte à l'entrée.

A cette heure, il n'y a pas encore grand monde. Tout au plus 5 à 6 personnes à l'entrée fumant une cigarette et discutant de leur semaine, et le même nombre à l'intérieur, une bière à la main devisant de la même manière. De quoi se trouver une place laissant un bon point de vue sur la scène et la salle. L'ambiance générale du lieu, fait penser à un mix entre une salle de jazz à l'américaine des années 20 et, bien entendu, un cabaret, sauf qu'il n'y a que trois tables au devant de la scène toute affligée d'un carton "Réservé" pour décourager les non initiés.

Avec ses murs et sa moquette aux couleurs chaudes obscures et son foisonnement de rideaux, le tout donne une atmosphère agréable, accentuée par l'éclairage diffus aux chandelles, qui nécessite tout de même un certain temps d'adaptation, et les cadres accrochés au mur laissant apparaître des photos de cirque et cabaret de l'ancienne époque rajoutent la touche historique à l'ensemble. En somme, un cocon chaud où la musique de Marina Celeste pourra prendre tout son essor. Un autre coups d'oeil laisse apercevoir un balcon en hauteur qui fait le tour de la salle, ce qui laisse un très bon point de vue pour apprécier le spectacle.

Au fur et à mesure du temps qui passe, la salle se remplit à son rythme. Un publique trentenaire, dans la veine jeunes actifs, très mondains, pas de "psychopathes" ce soir pour reprendre les mots d'un observateur situé non loin. Quelques japonaises viennent s'attabler à côté, peut être des fans de la jeune femme qui a déjà pu faire ses premières armes au Japon... Tout ce petit monde reste timide, personne ne se met au centre de la salle, ou ne sort du lot.

Espérons que la première partie chauffera l'ambiance, bon ce n'est pas un concert rock, mais tout de même un public vivant rend le spectacle bien plus agréable. 20h24, un coups d'oeil discret depuis les coulisses laisse présager un début imminent, qui ne sera effectif que 6 minutes plus tard, quand Cheveux entrera en scène.

Oui, son nom est bien cheveux, et tel que la description qu'il fait de lui même, son entrée est celle d'un cheveu dans la soupe, discret, là où l'on ne l'y attend pas, mais bien présent. Le jeune homme qui approche sûrement la trentaine (plutôt 25-27 ans semble-t-il) arbore un look décontracté. Une barbe de quelques jours, un jean qui laisse transparaître un coté un peux Grunge, et de simples baskets blanches quelque peu usées par le temps aux pieds. Il ne paye pas de mine, mais sa musique en est tout autre.

Il chante le quotidien, ces petits détails en apparence anodin, et qui sont pourtant ceux dont on se souvient le plus dans une vie. Un univers romantique, quelque peu mélancolique, laissant transparaître un vécu personnel sur le plan sentimental à tendance désabusée. Le tout agrémenté d'une pointe d'humour toujours présente. Cheveux va pendant 24 minutes préparer la salle. Performance respectable vu l'ambiance de départ, et sa guitare acoustique miniature ne sera pas de trop pour cet artiste chantant.

Fin de la première partie, cheveux nous quitte le sourire aux lèvres, prêt a laisser sa place à Marina Celeste. Une Marina qui saura se faire attendre. Le temps de laisser le public consommer... il est d'ailleurs étrange de voir comment boire est devenu comme fumer, ça occupe. Alors en attendant ça papote, ça s'informe des dernières infos dans le journal du jour, ça patiente. Vivement l'arrivée de Marina.

Elle ne montera sur scène qu'a 21h30 dans sa petite robe légère, laissant apparaître un petit bout de femme avec un côté petite fille rêveuse... mais tout autant que les roses ont des épines, il ne faut pas se fier aux apparences, et cette apparence somme toute feinte, cache une femme sûre d'elle et sensuelle.

Sur le set, 13 morceaux, une majorité tiré de son album Acidulé, et trois venus de Cinéma Enchanté. Tiens 13 morceaux, pour un vendredi 13, Marina ne serait elle pas superstitieuse? L'ensemble de sa prestation, est à l'image de son univers, rafraîchissant et envoûtant. La chanteuse danse au rythme des mélodies éléctro telle une fleur portée par le vent. Elle a un côté séductrice qui n'est pas pour déplaire, et sait jouer avec son public qui restera captivé, comme envoûté. Le petit sourire malicieux au coin des lèvres de Marina laisse à penser qu'elle s'amuse beaucoup.

Dans l'ensemble, un très bon concert, malgré quelques lenteurs par moment, sûrement dues à l'envoûtement que produit Marina sur son public, liés aussi à un problème d'informatique négligeable. N'empêche, ça a tout de même légèrement cassé l'ambiance, ah l'informatique... En tout cas, après 1 heure de concert, les lumières se sont éteintes, la musique s'est tue, et la fleur a laissé planer dans le cabaret son odeur et ses mélodies qui n'abandonneront plus ceux qui sont tombés dans ses filets. S'il est un concert à voir, c'est bien celui de Marina Celeste, qui une fois de plus, fera parler d'elle.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Marina Céleste parmi une sélection de singles (mars 2007)
La chronique de l'album Acidulé - Cinéma enchanté de Marina Céleste
L'interview de Marina Céleste (13 avril 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de Marina Celeste


Mickael Diot         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=