Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Tender Forever - Gomm - Electrelane  (La Cigale)  27 avril 2007

Plateau éclectique ce soir avec Tender Forever, Gomm et Electrelane. De l’intimo-folk, de l’expérimental pop et du kraut-sentimental. Rien que ça.

Et c’est Tender Forever qui se colle à l’ouverture d’une soirée remplie jusqu’à la gueule de publics divers et variés.

D’emblée, on se dit que la Bordelaise seule en scène va bien avoir du mal à remplir l’espace. Et puis la dame se met au clavier. Un mini clavier pour de grandes compositions. La française chante en anglais, c’est un bon point, des chansons remplies d’émotions, sur le fil, comme Bjork à ses débuts. Voix râpeuse qui hésite entre la pop et l’expérimental. Les deux, il est vrai, se marie bien.

Silence dans la salle, Mélanie est touchante : "D’habitude à la fin de mes chansons, il y a toujours ce moment fatidique où la chanson s’arrête, et je bois, je bois beaucoup, et le silence s’installe. Alors s’il vous plait, applaudissez pour remplir le silence". Succès garanti.

Tender Forever, c’est l’assurance d’une chanteuse sans la confiance, comme sur ce "Take it off" bien senti. Une reprise de Cody Chesnutt plus tard, Mélanie a gagné la salle à sa cause electro-folk, en dépit du dépouillement musical (une voix, un mac, des loops). On penserait presque à Cocorosie pour le grain de voix, quelques arrangements similaires. Ce serait un peu réducteur. La dame gagne à être revue, réentendue en concert intimiste. Ca vaut bien les borborythmes de Camille.

Ambiance radicalement plus sauvage pour Gomm. Gomm qu’on imaginait pas comme ça. Gomm, c’est la violence d’un électron nucléaire en pleine fission. Gomm, ce n’est même pas français. Ca lorgne du coté de la Belgique, et on ne peut s’empêcher de penser à ce concert de Ghinzu à l’Olympia voila deux ans.

Même énergie, même force des compositions, même charisme de la chanteuse (Marie) littéralement possédée, envoutée. Envoutante. Les yeux sortis de leur orbite tellement les mélodies se cachent derrière le larsen, mais toujours présentes les mélodies. C’est le rock symphonique à l’électricité débordante, et on ne voit que Steeple Remove pour développer aussi bien les motifs musicaux en boucle, autour d’une voix chamanique.

Marie massacre son orgue sur "Crashing Waves", et la chanson de durer plusieurs minutes en mode religieux…. Gomm assure ce soir et gagne sans nul doute son statut d’outsider de l’hexagone dans les musiques nobles et ambitieuses.

Voila les quatre de Brighton. Electrelane. Ces anglaises sont attendues comme le messie, pour le moins. Electrelane, en l’espace de trois albums, ont acquis le statut de groupe ultime, en dépit de physiques pour le moins singulier.

Et dès les premières notes, les gens savent que le concert de ce soir sera grand. Vocalement en forme, Electrelane démarre avec les titres de son dernier opus, Axes, toujours aussi sombres sans tomber dans le pathos. Légèrement plus kraut sur les rythmes, la batteuse semblant sampler la batterie de Neu ! à chaque instant. Il y a ce coté Moe Tucker sur le jeu, binaire et puissant, austère et incisif. Pendant ce temps, Ros et Verity se partagent le chant.

Et c’est l’explosion sur "After the calls". Electrelane ressemble à une version festive de Mogwai. Festive, c’est un bien grand mot, mais les pogos vont bon train dans la foule. C’est insensé. La moitié de la salle, autant d’hommes, tombe amoureuse de Mia Clarke la guitariste belle comme un diable en strato.

Les quatre de Brighton méritent bien leur statut culte, car le son est impressionnant, et les harmonies vocales de premier plan. Il est étonnant de remarquer que le public réagit dès les premières notes de chaque chanson.

On sort du concert, les pas sur le bitume de Pigalle, un peu sonné par trois concerts radicalement différents. Oui, définitivement, les femmes ont gagné la bataille ce soir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Tender Forever en concert au Festival Les Inrocks 2006
Tender Forever en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Tender Forever en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010)
Tender Forever en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010) - 2ème
La chronique de l'album Destroyer to perfection de Gomm
La chronique de l'album 4 de Gomm
Gomm en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Gomm en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Gomm en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Gomm en concert au Festival Le Rock dans tous ses Etats 2007 (samedi)
L'interview de Gomm (19 août 2005)
La chronique de l'album The Power out de Electrelane
La chronique de l'album Axes de Electrelane
La chronique de l'album No shouts, No calls de Electrelane
Electrelane en concert au Festival Rock en Seine 2004
Electrelane en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
Electrelane en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
Electrelane en concert à l'Olympia (19 mars 2007)
Electrelane en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
L'interview de Electrelane (10 mars 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Tender Forever
Le site officiel de Gomm
Le site officiel d'Electrelane


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=