Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bernard Quentin, l'écriture au coeur de l'art
Musée de la Poste  (Paris)  Du 21 mars au 1er septembre 2007

Avec "Bernard Quentin, l'écriture au coeur de l'art", le Musée de la Poste consacre une exposition quasiment rétrospective de l’œuvre de Bernard Quentin qui, des graffitis de 1947 aux monuments du 3e millénaire, a, comme l'indique le titre synthétique de l'exposition, placé l'écriture au coeur de sa démarche artistique.

Enfant, avec l'écriture, Bernard Quentin découvre la fascination du monde des lettres et avec son père architecte, qui l'emmène sur les chantiers, l'espace et l'environnement. Les dés sont jetés.

Elève de l’Ecole nationale des beaux-arts, peintre, sculpteur, architecte, il fréquente le bouillonnant Saint Germain des Près de l'après guerre et s’inscrit dans le mouvement lettriste.

Ce mouvement d'avant-garde est né en 1945 lors de l'arrivée en France d'Isidore Isou.

Il prône, selon son manifeste le "Bilan lettriste", un "art qui accepte la matière des lettres réduites et devenues simplement elles-mêmes (s'ajoutant ou remplaçant totalement les éléments poétiques et musicaux) et qui les dépasse pour mouler dans leur bloc des œuvres cohérentes".

Depuis, sous toutes les latitudes, peintre, sculpteur et architecte, il n'a cessé d'explorer et d'expérimenter le champ des possibles du caractère graphique des signes de toutes origines.

De l'écriture aux arts majeurs

Pionnier des graffiteurs, Bernard Quentin commence par des sténo-graffiti automatiques puis par des idéogrammes-écritures qu’il va décliner sur tous les supports.

 

 

 

De là à la peinture il n’y a qu’un coup de pinceau. Un pinceau qui aime la couleur comme ce récent "Vive Saint Germain des Près".

 

 

Les lettres prennent aussi leur envol en trois dimensions dans des sculptures qui deviennent de plus en plus volumineuses et qui, du "Big Bang" au "Néant" explorent les grandes problématiques existentielles.

 

 

Tous les matériaux sont propices à étendre son champ d'investigation.

De la miniature au monumental

Ancien élèvé de l’Ecole des arts décoratifs, Bernard Quentin décline sa passion aux livres, bijoux, objets-poèmes, mobilier et vaisselle.

Et puis, entre peinture et sculpture, il crée, dans la mouvance du spatialisme italien, des oeuvres spatiales pour ouvrir l'espace de représentation vers une nouvelle dimansion et repenser la politique de la ville.

Co-fondateur du groupe "Art +"  en 1977 avec Pierre Restany, qui réunit des artistes autour de l’art élargi à l’environnement, il passe aux structures gonflables, aux rues-poèmes, aux totems-écriture érigés en pleine naturedans le cadre du land art.

Enfin, il s'oriente vers l'édification de monuments "anamorphoses" et aux caractères monumentaux dans le désert ("Jardin d'éternité, mirage du désert").

Bernard Quentin a 84 ans et cette exposition retrace plus d'un demi siècle d'art contemporain.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée de la Poste

Crédits photos : MM (plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée de la Poste


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=