Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les machines et les dieux
Musée Centrale Montemartini  (Rome)  Du 1er janvier au 31 décembre 2007

Lors des travaux de réfection du Musée Capitolin, un grand nombre de sculptures de la statuaire antique avaient été  transportées et exposées sur le site désaffecté de l'ancienne centrale thermo-électrique Montemartini.

Ce lieu est situé dans l’ancienne zone industrielle de Rome dont les bâtiments vont être conservés pour constituer un pôle universitaire et culturel, le musée d’art contemporain MACRO Future ayant déjà commencé à investir les anciens abattoirs.

Devant le succès remporté par cette exposition, le lieu baptisé simplement Musée Centrale Montemartini a été consacré comme second site muséal du Musée Capitolin et est désormais destiné, d'une part, à la recherche scientifique et, d'autre part, à l’expérimentation scénographique avec la présentation de collection d'acquisitions récentes.

Vu de l'extérieur, le grand bâtiment en pierre, construit au début du 20ème siècle, ne ressemble pas à une construction industrielle traditionnelle.

Et, cependant, il abrite encore les machines qui ont été soigneusement conservées.


L'exposition "Les machines et les hommes" réalise une magnifique performance muséale basée sur l'anachronisme apparent de la présentation d'oeuvres de la statuaire classique dans un environnement industriel.

Mais comme les dieux triomphaient des éléments et des créatures fantastiques, ils domptent ici les monstres mécaniques qui sont devenus silencieux et dociles.

La réussite de cette exposition tient également au choix d'une scénographie très épurée, très moderne et néanmoins aux lignes classiques, qui utilise avec pertinence les grands volumes du bâtiment comme elle transforme en atouts les contraintes résultant des structures existantes et de l'emplacement des machines, et au choix des couleurs pastels puisées dans la palette du seicento.

Après le hall qui retrace l’histoire de la centrale et sa rénovation, trois salles, correspondant aux trois niveaux du bâtiment dont les éléments décoratifs Art Nouveau d'origine ont été conservés, dessine un parcours chronologique de la Rome antique au 4ème siècle après JC, de la République à l'époque impériale.

Le classicisme de la Salle des Colonnes

D'un jaune lumineux, la Salle des Colonnes, ainsi nommée car cette immense salle aveugle, qui recevait le combustible, comporte des pilastres imposants destinés à soutenir les salles des étages supérieurs dans lesquelles étaient installées les machines.


Elle regroupe de nombreux vestiges de la Nécropole de l'Esquilin et du complexe de San Lorenzo ainsi qu'une galerie de bustes illustrant l'art du portrait à la fin de la République.

A voir des sculptures assez étonnantes comme celles réalisées en pèlerin, une roche volcanique grise, qui ont été retrouvées utilisées comme matériau de construction dans une maçonnerie postérieure ou cette sculpture le "Tobago Barberini" qui porte la tête de ses ancêtres.

Une salle présente également du mobilier domestique et funéraire comportant des ornements très raffinés et précieux ainsi que des fragments de somptueuses mosaïques polychromes qui ornaient les cours privatives.

La grandeur hiératique de la Salle des Machines

Dans la Salle des Machines, de couleur bleu azur, baignée par la lumière naturelle, le visiteur est accueilli par une superbe statue d'Athena, la déesse de la sagesse et de la guerre, qui trône dans le corridor entouré de gigantesques machines noires devant lesquelles sont déposées des statues provenant du Capitole.

Une galerie de portraits de personnages illustres et des copies de statuaire grecque retrouvées dans une résidence privée, la Villa Rivaldi, et des vestiges des temples de l'Aire sacrée du Largo Argentina avec notamment des fragments d'une colossale statue féminine.

Deux statues féminines, celles d'Agrippine la jeune et la Victoire des Symmaques, sont particulièrement remarquables par leur grâce et le travail du drapé de la tunique.

Au fond de la salle est reconstitué de manière symbolique le fronton d'un temple, celui d'Apollon Sosien, représentant la bataille entre Grecs et les Amazones avec Héraclès et Thésée, qui donne un aperçu du côté monumental des édifices de l'époque.

La beauté sensuelle et la grâce irréelle de la Salle des Chaudières

Dans le vert céladon de la Salle des Chaudières, la configuration des machines dégage un vaste espace central qui a été transformé en atrium.

Elle expose, outre les vestiges de la vaste nécropole d'Ostiense, de magnifiques statues qui ornaient des résidences prestigieuses, comme celles de César ou de l’empereur Gallienus, dont la superbe statue de la muse Polymnie et la grande mosaïque polychrome avec des scènes animalières qui est posée au sol.


Les résidences privées recelaient également des pièces magnifiques d'élégance et de beauté sensuelle sur lesquelles les rayons du soleil miroitent les animant d'un souffle de vie.

Inspirée par les modèles grecques, la statuaire romaine illustre la beauté idéale.

 

En savoir plus :

Le site du Musée Centrale montemartini (version française)

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée Centrale Montemartini


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=