Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shellac - Zone Libre
Le Bataclan  (Paris)  26 mai 2007

Entrée dans la salle, force est de constater que sur son nom, Shellac déplace du monde, la salle est pleine et finira bondée par les retardataires.

Zone Libre est déjà sur scène, éclairés par un jeu de lumière plus qu'épuré (mumière blance, aucun effet) Marc Sens (guitare), Serge Teyssot-Gay (guitare) et Cyril Bilbeaud (batterie) jouent un rock plus que libre, comme leur nom l'indique. Les trois musiciens dégagés de toute contrainte musicale développent un projet musical original et concis. Riches de toutes leurs expériences passées (voir la biographie des membres sur leurs sites respectifs) le trio joue une musique complexe, dense parfois sombre.

L'ambiance sur la scène est sérieuse, appliquée. Les tentatives musicales s'enchaînent, utilisation d'un archer sur une guitare électrique, le travail du son est impressionnant de rigueur. Ces gars là sont des peaufineurs, des petits génies de la performance. Il sera intéressant d'écouter leur album, discrètement sortie en janvier sur T-Rec, jeune label de la région parisienne, pour écouter ces morceaux gravés sur disque. La simplicité et le dépouillement sont de mise.

A la fin de leur set, les trois musiciens viennent simplement saluer la foule à la manière d’acteur de théatre.

Puis Shellac se met en place, Steve Albini, dans une combinaison de travail frappée du sceau de son si célèbre studio d'enregistrement, Electrical Audio, vient connecter amplis et guitare. Quel matériel !! Du rarement vu, têtes d'amplis énormes et chromées. Pas de marque, ni logo apparent, corps d'amplis aux grilles rouillées, pour lui et Bob Weston, bassiste et "porte parole" du groupe (nous verrons plus loin) Todd Trainer, batteur de son état, se balade nonchalamment sur la scène ses éléments de batterie à la main.

Le trio de Chicago est enfin en place, et c'est parti pour un déluge sonore. La frappe de Trainer est toujours aussi impressionnante. Avec Weston ils assomment littéralement l'audience. Albini, quant a lui, conserve ce son de guitare si particulier, tranchant comme un diamant. Les titres des anciens albums se suivent, entrecoupés de quelques inédits de celui que toute l’assistance attend Exellent Italian Greyhound, à venir pour début juin.

Les morceaux connus ont subi un travail spécial pour la scène. Comment décrire ce que ces trois gamins sont sur scène. Pour les moins jeunes d'entre vous, peut-être avez-vous pu suivre les doubles messieurs du tournois de tennis (décidément ces temps-ci !!) de Elie Nastase et Jimmy Connors. Ce serait comparable à ça. Ils s'amusent avec leur musique, s'arrêtent là où personne ne les attend, pour rebondir encore une fois de manière inopportune.

Ils vont terminer un morceau ou Albini et Weston vont venir stopper, en coeur, les deux cymbales de Trainer en déclenchant un sourire sur toutes les lèvres. Et comme si cela ne suffisait pas, il vont le refaire trois fois et auront, eux aussi, du mal à garder leur sérieux. Des gamins je vous dis, mais attention des professionnels. Une qualité sonore et musicale rarement vues sur scène par les temps qui courent.

"Billiard Player Song" sera largement rallongée par rapport à la version du disque. "Wingwalker" sera l'occasion pour eux de faire l'avion !! Les bras étendus, Weston sur un pied, Trainer perché sur deux enceintes posées derrière sa batterie, à mimer un avion en vol (et même les turbulences) Les morceaux sont remarquablement exécutés. Que dire de plus, les meilleurs morceaux ont été joués, plus ceux que nous ne connaissions pas encore.

Ces trois personnages du rock ont une particularité en concert, entre les morceaux, ils s'arrêtent et demandent au public s’il a des questions à poser. Devant une salle de 1200 personnes, l'exercice est un peu difficile, mais dans des salles de plus petite capacité, c'est un régal. L'humour de Weston, qui ne manque pas de croquer les interviewers improvisés, tombe toujours à point nommé. A la question "sur quelle bande avez-vous enregistré ?" il répond "I think it's a BASF ... boy you're a geek" Passées les sempiternelles questions "Pourquoi ne venez vous pas jouer ici ou là ?" dont la réponse est évidemment, "Tu es là, nous sommes là, de quoi te plains-tu ?"

Certaines peuvent être sympathiques ou intéressantes. Malheureusement, pas ce soir. Une personne de l'assistance, qui aurait du tourner sa langue dans sa bouche avant de parler, leur a demandé "Pourquoi les places sont si chères ?" Cela a déclenché un léger énervement chez les musiciens, en particulier Todd Trainer, qui viendra s'adresser à lui à la fin du set. On peut comprendre leur incompréhension, la place ce soir était à 25 € environ, pour une qualité quasi irréprochable, un concert d'une heure et demie au bas mot. Pour d'autres artistes, le prix des places peut monter beaucoup plus haut, la quantité de personnes dans la salle étant lui aussi exponentiel.

Le concert se terminera en beauté, les musiciens faisant monter sur la scène, deux membres du public, pour les aider à marteler les cymbales, en rythme, avec eux. Une fin toute en couleur, pour une soirée vraiment spéciale.
 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dude Incredible de Shellac
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Shellac en concert au Grand Mix (25 mai 2007)
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2008
La chronique de l'album Faites vibrer la chair de Zone Libre
La chronique de l'album Les contes du chaos de Zone Libre vs Casey & B. James
Zone Libre en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Zone Libre en concert au Fil (28 mars 2009)
Zone Libre en concert au Festival Furia Sound 2009
Zone Libre en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Zone Libre en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Zone Libre en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
Zone Libre en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Zone Libre en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Zone Libre en concert à La Maroquinerie (mercredi 2 décembre 2015)

En savoir plus :

Le site officiel de Shellac
Zone Libre sur MySpace


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=