Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bonnie Prince Billy
Mains d'Oeuvres  (Saint Ouen)  30 mars 2003

C'est sous le nom de Bonnie "Prince" Billy, que Will Oldham a traversé Paris ce week end, pour donner 2 concerts le même jour successivement à Mains d'Oeuvres et à la Guingette Pirate (tous deux complets en un temps record).

A la différence de son concert précédent (l'évenement remonte déja à mars 2001 au Café de la danse), Will n'est plus entouré du groupe étoffé d'alors qui comprenait David Pajo himself, mais se présente seul et désarmé face à un public de fans - qui ne cesse de s'étoffer depuis les premiers albums de Palace il y a 10 ans - qui a choisi de se priver de la chaleur réconfortante du soleil d'un dimanche après midi en désertant le centre parisien au profit de l'obscurité polysémique de cette salle incontournable de la banlieue nord.

Au programme un Oldham possédé par ses chansons nous présente directement sur son visage une transposition en technicolor de son univers, ses crispations faciales continuelles et outrancières dépeignent en effet au plus près ce qui fait l'intérêt de ses prestations : la sincérité de l'émotion qu'il véhicule et qui vous touche de plein fouet (dans l'estomac plus que dans les jambes).

Au delà de son charisme surréel, son large crâne et son implantation capillaire chaotique livre ainsi un terrain de jeux sur lequel évoluent des garçons qui pleurent, des trahisons et des déceptions et surtout des gens qu'on aime et qui meurent (ceux qu'on tue et ceux qui nous quittent).

L'enchainement souple des chansons indique clairement l'homogénéité des différents incarnations du vieux briscard de Louisville que ce soit sous les noms de Will Oldham, Bonnie Prince "Billy" ou Palace(s). Will avoue en effet prêter plus d'intérêt aux oeuvres qu'à leurs auteurs, on ne se laissera donc pas leurrer par cette multiplication de pseudonymes qui contribue à masquer la production prolifique du garçon à barbe (si 'Master and everyone' est son troisième album sous le nom de BPB, il est le douzième en vérité!).

L'interprétation aura la particularité durant le concert de perdre beaucoup en rythme et en énergie pour se concentrer sur une introspection hypnotique. Sans atteindre au final la fulgurance de sa tournée précédente, son talent incernable et généreux nous livre un moment véritablement magique et rare.

En coda, Bonny ne pourra s'empêcher de nous rappeler que la plupart des américains (ceux qu'il fréquente en tous cas) s'opposent à la politique belliqueuse de l'administration Bush : si ce mea culpa est devenu un passage quasi obligé pour la plupart des groupes anglo-saxons en tournée actuellement, ce sera la seule véritable part de dialogue avec le public de cet homme solitaire et indispensable dont l'influence dépasse largement le pré carré d'une nouvelle scène country alternative.

On notera par ailleurs que l'on a pu patienter en première partie avec plaisir en compagnie d'une énième incarnation de Hermann Düne et des interventions expérimentales saxophonées de Quentin du label français Prohibited Records : des habitués des lieux qui se révéleront particulièrement inspirés dans une intercalation de leurs prestations qui restera toujours dynamique, vivante et jamais ennuyeuse malgré l'incongruité formelle de certains passages.

En sortant de la salle on n'était presque déçu de retrouver si brutalement le soleil et la vie qui continue, presque obscène dans sa trivialité: c'est peut être avant tout pour cela que les concerts ont lieu le soir?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Brave And The Bold de Tortoise and Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (juillet 2006)
La chronique de l'album The Letting Go de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy parmi une sélection de singles (décembre 2006)
La chronique de l'album Is It The Sea ? de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Beware de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album The Wonder Show Of The World de Bonnie Prince Billy & The Cairo Gang
La chronique de l'album Wolfroy goes to town de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Singer's grave a sea of tongues de Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album Pond Scum de Bonnie Prince Billy
Bonnie Prince Billy en concert à L'Aéronef (mercredi 2 novembre 2011)
La chronique de l'album Ask forgiveness de Will Oldham


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=