Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elvis Perkins
Ash wednesday  (XL Recordings / PIAS)  juin 2007

Contrairement aux évocations de son patronyme, Elvis Perkins ne possède aucune filiation avec Carl "Blue Suede Shoes" Perkins. Pourtant, les parents d’Elvis furent d’illustres artistes : l’acteur Anthony "Psychose" Perkins et la photographe Berry Berenson. Furent … car tous deux ont perdu la vie. Dans des circonstances dramatiques qui plus est : son père en 1994 du SIDA, sa mère dans les attentats du 11 septembre 2001.

On imagine le traumatisme subit par ce jeune homme de 32 ans … Entamée au début des années 2000, la composition de Ash Wednesday revêt au fur et à mesure un caractère particulier pour son auteur, véritablement partie intégrante du processus de deuil. Car les thèmes développés ne s’éloignent jamais vraiment de ces tragédies personnelles.

Au lieu d’opter pour un disque noir, sombre, pesant voire vindicatif, Elvis choisit une écriture gaie, aérée, poétique, métaphorique. Plutôt "After The Gold Rush" que de "Tonight’s The Night" donc. Elément notable, Elvis a choisi de présenter ses chansons dans leur ordre d’élaboration, comme pour mieux faire ressortir l’évolution s’opérant chez lui. Et de constater que Ash Wednesday se décompose en deux mouvements distincts séparés par le titre éponyme en guise de rupture.

A ce stade, seule une écoute chronologique s’impose. Premiers contacts et premières génuflexions sur "While You Were Sleeping", sidérant de beauté. Six minutes voyant le morceau s’étoffer, la voix grimper, puis retomber, les instruments s’ajouter jusqu’à une époustouflante montée finale. A tirer les larmes des yeux. Thom Yorke, le Nick Drake de Bryter Layter ou Adam Green, autant d’influences classieuses sur l’écriture à peine dissimulées.

Après un blocage prolongé sur ce titre lumineux, on consent finalement à poursuivre l’exploration du disque. Pour y découvrir une multitude de joyaux au rang desquels peuvent être rangés "All The Night Without Love" ou encore "Moon Woman II". Arrangements de cuivres et de cordes luxuriants, mariage subtil de guitares sèche et électrique, Elvis Perkins propose sur la forme une country-pop que n’auraient pas reniés Fairport Convention ou encore plus récemment les Decemberists ("May Day !").

En plage sept, arrive le tournant du disque, à savoir la déchirante "Ash Wednesday", évocation à peine voilée des attentats du World Trade Center. Sur cette chanson, Elvis délaisse les rivages folk-pop du début pour se muer en chanteur soul littéralement habité. Sam Cooke, Otis Redding ou Marvin Gaye, là encore les influences restent évidentes mais le talent de notre homme fait le reste.

D’inspiration folk, quasi-religieuse, les quatre derniers morceaux sonnent comme une prise de recul et un travail sur soi face à ces évènements. Cette fois, les références sont plutôt à chercher du côté du Nick Drake de "Five Leaves Left" mais aussi de Papa M ou de Matt Ward.

Voilà pour ce tour d’horizon du premier effort d’Elvis Perkins, véritable révélation folk-pop de ce début 2007. Une générosité, un talent de composition et d’interprétation sans bornes, une déconcertante facilité à passer d’un registre à l’autre … qui ne sont pas sans rappeler un certain Jeff Buckley.

Impossible de se tromper, une nouvelle étoile est née.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Elvis Perkins In Dearland de Elvis Perkins
Elvis Perkins en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Elvis Perkins en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Elvis Perkins en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Elvis Perkins en concert au Grand Mix (samedi 26 septembre 2009)
Elvis Perkins en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
Elvis Perkins en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition) - 2ème
L'interview de Elvis Perkins (mai 2007)
La conférence de presse de Elvis Perkins (16 août 2007)
L'interview de Elvis Perkins (27 mars 2009)

En savoir plus :

Le site officiel d'Elvis Perkins


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=